1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

C'est aux Européens de désigner le DG du FMI, dit Merkel
Reuters10/07/2019 à 14:34

 (Actualisé avec Merkel)
    BERLIN, 10 juillet (Reuters) - C'est aux Européens que
devrait revenir la tâche de désigner le successeur de Christine
Lagarde à la direction du Fonds monétaire international (FMI), a
déclaré mercredi Angela Merkel.
    S'adressant à la presse après avoir rencontré le ministre
finlandais des Finances, Antti Rinne, la chancelière allemande a
déclaré : "Nous sommes d'accord pour dire qu'il y a une volonté
européenne de désigner une fois de plus le dirigeant du FMI. Le
monde a changé, alors nous devons nous battre pour que cela
reste le cas."
    Angela Merkel s'exprimait au lendemain de la publication
d'un article du Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) selon
lequel Berlin et Paris s'étaient mis d'accord il y a quelques
temps sur la désignation de Mark Carney, l'actuel gouverneur de
la Banque d'Angleterre, à la tête du FMI à l'expiration du
mandat de Christine Lagarde.  
    L'arrivée probable de cette dernière à la présidence de la
Banque centrale européenne est toutefois venue rebattre les
cartes et accélérer le processus de désignation du futur
dirigeant du FMI.
    Prié de réagir à l'article du FAZ, une porte-parole du
gouvernement allemand en a réfuté la teneur, assurant qu'aucun
engagement n'avait été pris sur un nom ou sur la nationalité
d'un candidat.  
    La direction du FMI a systématiquement été confiée à un
Européen et la présidence de la Banque mondiale, l'autre grande
institution financière née dans l'après-guerre, à un Américain.
Cette règle n'est toutefois pas inscrite dans le marbre,
d'autant que les pays émergents espèrent briser un jour ce pacte
transatlantique.
    Paris regarde avec intérêt d'autres candidatures possibles,
comme celles de la danoise Margrethe Vestager, commissaire
européenne à la Concurrence, ou du néerlandais Jeroen
Dijsselbloem, qui fut président de l'Eurogroupe de 2013 à 2018,
disait-on également ce week-end à Bercy.    

 (Holger Hansen
Jean-Stéphane Brosse et Nicolas Delame pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer