Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

BOURSE-Le rebond des valeurs bancaires nourrit l'espoir de reprise
Reuters10/11/2020 à 18:15

* L'indice Stoxx européen du secteur a pris 16% en deux séances

* Un vaccin réduirait le besoin d'un assouplissement monétaire accru

* Décision en décembre sur les dividendes

* Les banques jugées plus solides, les valorisations attractives

* Mais tous les risques n'ont pas disparu

par Julien Ponthus et Danilo Masoni

LONDRES/MILAN, 10 novembre (Reuters) - Les valeurs bancaires européennes devraient boucler la séance de mardi sur leur meilleure performance sur deux jours depuis la crise financière de 2008, un rebond spectaculaire déclenché par l'espoir soudain de voir un vaccin contre le coronavirus mis en circulation prochainement.

Pénalisées par des années de politiques monétaires ultra-accommodantes et de taux d'intérêt quasi-nuls, ces valeurs figuraient parmi les grandes perdantes de la chute boursière de mars provoquée par la pandémie, puisqu'elles affichaient au pire moment une baisse de plus de 40%, plus prononcée encore que celle du secteur du tourisme et des loisirs.

Mais l'annonce lundi par Pfizer et BioNTech de résultats provisoires très prometteurs de leur candidat vaccin a favorisé leur rebond: l'indice Stoxx européen des banques .SX7P s'acheminait mardi vers une envolée de plus de 16% en deux séances, du jamais vu depuis octobre 2008.

"Ce n'est pas un feu de paille", estime Sylvain Goyon, responsable de la stratégie actions d'Oddo BHF à Paris. "Les banques avaient atteint des valorisations tellement basses que ce qui vient de se passer (les annonces de Pfizer, ndlr) change la donne."

Le déploiement d'un vaccin et le retour progressif à la normale de l'activité économique signifieraient en effet que les banques n'auraient pas à augmenter les provisions déjà énormes passées ces derniers mois pour couvrir d'éventuels défauts de remboursement de leurs clients, explique-t-il.

Barclays est du même avis en soulignant que les estimations par le marché des pertes sur créances du secteur dépassaient les niveaux évoqués par les banques elles-mêmes.

"Dans la mesure où la nouvelle conforte la conviction selon laquelle les pertes de crédit seront plus proches des indications des dirigeants, elle peut être un moteur positif pour les estimations", ajoutent les analyses de la banque anglaise dans une note mardi.

Des analystes estiment en outre que l'amélioration des perspectives économiques liée aux progrès de la recherche d'un vaccin réduisent la probabilité de voir les banques centrales assouplir encore leur politique monétaire, une perspective favorable à la hausse des rendements obligataires, et donc aux marges des banques.

"Nous constatons un intérêt croissant de la part de nos clients (...) Le dividende est un catalyseur clé pour les banques", dit Jérome Legras, d'Axiom Alternative Investments, ajoutant que les annonces de Pfizer n'ont fait qu'accroître cet intérêt.

La Banque centrale européenne (BCE) doit décider le mois prochain si elle prolonge ou pas l'interdiction faite aux banques de verser des dividendes, décidée au printemps pendant la première vague de l'épidémie en Europe dans le but de favoriser le crédit aux entreprises et aux ménages par rapport à la rémunération des actionnaires.

L'embellie de cette semaine intervient en outre après la publication de résultats trimestriels globalement meilleurs qu'attendu dans le secteur bancaire, grâce entre autres à la croissance des volumes d'échanges sur les marchés financiers.

Certains observateurs notent toutefois que le risque d'importantes pertes de crédit reste bien présent, tout comme la perspective de voir persister pendant des années un environnement de taux historiquement bas.

Pour les analystes de Citi, les investisseurs ont ainsi intérêt à profiter du rally actuel pour vendre et à favoriser le secteur de l'énergie s'ils veulent jouer un secteur cyclique.

"Les financières semblent bon marché mais le potentiel de hausse supplémentaire des rendements obligataires devrait être limité", expliquent-ils.

<^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ European banks record cheap valuation https://tmsnrt.rs/2GKTtbR European banks strongest rally since 2008 https://tmsnrt.rs/3kjfnAN

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>

(Version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 10/11/2020 à 18:15:25.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer