Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Auto-Berlin investit dans les batteries, où l'Asie domine
information fournie par Reuters09/11/2018 à 17:34

    * L'Allemagne veut soutenir les fabricants locaux
    * Les constructeurs auto européens dépendent des
fournisseurs
asiatiques
    * Berlin présentera bientôt une alliance dans les batteries

    par Michael Nienaber
    BERLIN, 9 novembre (Reuters) - L'Allemagne a affecté un
milliard d'euros au soutien d'un consortium qui cherche à
produire des batteries pour véhicules électriques et prévoit de
financer un centre de recherche pour cette prochaine génération
d'accumulateurs électriques, a appris Reuters de trois sources.
    Ces mesures devraient être annoncées la semaine prochaine
par le ministre de l'Economie Peter Altmaier lors d'une
conférence à Berlin prévue les 12 et 13 novembre. 
    Elles visent à réduire la dépendance de constructeurs
automobiles allemands aux fabricants asiatiques de batteries
électriques et à protéger l'emploi en Allemagne du fait de
l'évolution du marché automobile vers les voitures à zéro
émissions.
    Berlin s'écarte ainsi de sa politique de "non ingérence"
dans la vie des entreprises. 
    Son initiative s'inscrit en revanche dans les efforts
déployés au niveau européen pour favoriser l'émergence d'un
"Airbus des batteries", c'est-à-dire une industrie des batteries
électriques en mesure de concurrencer les entreprises chinoises,
japonaises et coréennes qui dominent le secteur.
    La Commission européenne a lancé en 2017 sa propre Alliance
européenne des batteries, mais le suédois Northvolt est
considéré comme le seul concurrent européen sérieux à avoir
émergé jusqu'à présent.
    Pour l'Allemagne, où - comme en France - l'automobile est
particulièrement importante dans le tissu industriel, le temps
presse. Les leaders asiatiques du marché des batteries
renforcent leur production et certains experts estiment qu'il
existe un risque de surabondance de l'offre qui pourrait
empêcher d'assurer aux nouveaux venus européens d'une production
à grande échelle, gage de leur pérennité.
    Le cabinet Boston Consulting Group (BCG), par exemple, a
estimé que la capacité mondiale de production d'accumulateurs de
batteries dépassera la demande de 40% en 2021, ce qui exercera
une énorme pression sur les prix.  
    
    MONTRER QUE LE GOUVERNEMENT AGIT
    Pour la coalition de la chancelière Angela Merkel, ce plan
batteries est aussi une façon de montrer aux électeurs avant
trois scrutins l'an prochain dans l'est du pays, qu'il agit pour
que la première économie d'Europe prospère dans l'ère des
voitures à moteurs électriques comme elle l'a fait dans celle
des moteurs thermiques.
    "Nous avons une concentration de risques dans le secteur
automobile. L'industrie est trop dépendante du moteur à
combustion", a déclaré à Reuters le ministre délégué à
l'Economie Christian Hirte. "Le gouvernement veut donc aider le
secteur dans ses efforts de diversification."
    Berlin, a-t-il ajouté, est en discussions avec plusieurs
entreprises et d'autres gouvernements en Europe pour apporter
son soutien à la construction d'une usine de batteries.
    "Il existe par exemple des possibilités dans la Lusace, 
peut-être en coopération avec la Pologne", a-t-il dit.
    La Lusace est une région qui s'étend dans le nord-est de
l'Allemagne et le sud-ouest de la Pologne.
    Parmi les entreprises qui participent aux discussions avec
le ministère figurent le fabricant de piles VARTA Microbattery
 VAR1.DE , le groupe de chimie BASF  BASFn.DE  et la filiale
allemande de Ford  F.N , Ford-Werke GmbH, ont dit à Reuters
trois sources au fait du dossier.
    Une porte-parole de BASF a déclaré que le groupe se
joindrait à une réunion avec le ministre de l'Economie Peter
Altmaier la semaine prochaine. Varta et Ford se sont refusés à
tout commentaire.
    Le conseil de surveillance de Volkswagen  VOWG_p.DE 
examinera la stratégie du groupe dans les véhicules et les
batteries électriques le 16 novembre. Le constructeur allemand a
déclaré dans le passé qu'il étudiait la possibilité de produire
des accumulateurs dans son usine de Salzgitter.
    Une source a dit jeudi à Reuters que le conseil de VW
discuterait d'une alliance avec le fabricant sud-coréen de
batteries SK Innovation  096770.KS .

 (Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Benoît
Van Overstraeten)
 

Valeurs associées

Tradegate +0.80%
Euronext Paris 0.00%
Euronext Paris +2.25%
Euronext Paris +3.44%
Euronext Paris 0.00%
Euronext Paris +30.29%
XETRA +1.11%
XETRA +1.21%
XETRA +1.12%
XETRA +1.61%
XETRA +0.44%
NYSE +0.07%
Euronext Bruxelles 0.00%
Euronext Bruxelles +1.80%
NASDAQ 0.00%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

1 commentaire

  • 13 novembre10:10

    Ça paraît dingue que ça ne soit toujours pas fait en Europe ! On commence seulement à parler de la production en masse de batteries et accumulateurs... Depuis le temps qu'on parle des voitures électriques, on va encore se faire coiffer par les asiatiques, nos élites sont vraiment aux abois


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.