Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Retraites complémentaires : les nouvelles réformes permettront-elles de sauver l'Agirc et l'Arrco ?

Boursorama 21/10/2015 à 14:04

Les caisses des complémentaires retraites vont se vider à un rythme moins rapide que prévu suite aux mesures envisagées vendredi dernier.

Suite à l’accord trouvé vendredi dernier entre patrons et syndicats sur les complémentaires retraites des cadres et des salariés (Agirc / Arrco), plusieurs éléments changent de manière significative pour les salariés et les retraités. Explications et remise en contexte.

Le texte doit encore être voté le 30 octobre prochain, mais son adoption ne fait plus tellement de doutes : l’accord trouvé entre patronat et syndicats devrait permettre de résoudre pour les prochaines années les problèmes de court terme des complémentaires retraites des salariés et des cadres. Mais les vrais problèmes restent néanmoins repoussés à plus tard.

De quoi parle-t-on ?

Pour rappel, en France, les complémentaires retraites concernent les salariés du privé qui cotisent tous obligatoirement à la complémentaire Arrco. Les salariés cadres cotisent également de manière obligatoire à une seconde complémentaire : l’Agirc. Les cotisations donnent droit au versement d’une retraite complémentaire selon un système de points. Un peu plus de 10 millions de salariés sont concernés par ce système en France.

La particularité des caisses de retraite complémentaire est qu’elles ne peuvent pas emprunter d’argent pour subvenir à leurs besoins : toutes les prestations (versements de retraites) se font à partir des cotisations prélevées.

Pendant de nombreuses années, les complémentaires retraites ont été excédentaires : les cotisations des salariés étaient systématiquement supérieures aux montants versés aux salariés retraités. Néanmoins, avec le vieillissement progressif de la population et le maintien du chômage à un niveau plus élevé qu’en 2007, les régimes de retraite complémentaire sont devenus lourdement déficitaires depuis 2010. Le mouvement est voué à s’amplifier, réduisant comme neige au soleil les réserves des caisses complémentaires. Au point que les caisses de l’Agirc auraient dû être vides dans les prochaines années. Il devenait donc nécessaire d’agir pour l’Agirc.

Quels changements ?

Pour éviter une crise à court terme, les principales solutions acceptées vendredi sont les suivantes :

- Une fusion des caisses de l’Agirc et de l’Arrco en 2019, car les caisses de l’Arrco restent fournies alors que celles de l’Agirc approchent dangereusement du niveau zéro.

- Un recul de l’âge de la retraite à taux plein.

- Une hausse des cotisations patronales.

L’ensemble des éléments est résumé dans l’infographie suivante :

Retraite complémentaire : les changements.

Quels effets ?

Les mesures prises resteront trop faibles pour que les complémentaires retraite, même fusionnées, parviennent à retrouver une stabilité financière à l’avenir. Les réformes devraient simplement permettre de ralentir le rythme du déficit annuel de ces régimes.

D’après les prévisions, les deux régimes fusionnés devraient perdre encore 5 milliards d’euros en 2017, puis entre 2 et 4 milliards d’euros par an entre 2020 et 2030. Des chiffres élevés, mais inférieurs aux prévisions d'avant les réformes : le déficit prévisionnel était jusqu'alors bien plus lourd, estimé à 8 milliards d’euros en 2020 pour passer progressivement à plus de 12 milliard par an en 2030. Les deux régimes n’auraient pas pu supporter un tel déficit : les caisses auraient été vides à un horizon compris entre 2023 et 2027 selon les différentes prévisions.

Reste qu’avec une poursuite du déficit chronique, les régimes de retraites complémentaires resteront mal orientés financièrement. La solution trouvée vendredi n’est donc que temporaire et ne permet pas de « sauver » les complémentaires retraites, mais au moins de repousser les difficultés à plus tard.

Le déficit des retraites complémentaires depuis 2009.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.