Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer
Forum TOTALENERGIES
63,500 (c) EUR
+1,08% 
Ouverture théorique 63,500
indice de référenceCAC 40

FR0000120271 TTE

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    63,530

  • clôture veille

    62,820

  • + haut

    63,940

  • + bas

    63,220

  • volume

    3 135 787

  • capital échangé

    0,13%

  • valorisation

    152 253 MEUR

  • dernier échange

    12.07.24 / 17:38:05

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    57,103

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    69,102

  • rendement estimé 2024

    5,04%

  • PER estimé 2024

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    7,50

  • dernier dividende

    A quoi correspond le montant du dernier dividende versé ?

    Fermer

    0,79 EUR

  • date dernier dividende

    19.06.24

  • Éligibilité

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

    Qu'est-ce que le service Horaires étendus ?

    Fermer
  • Risque ESG

    Qu'est-ce que le risque ESG ?

    Fermer

    25,6 /100 (moyen)

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet TOTALENERGIES

TOTALENERGIES : PATRON TTE HOUSTON CONFERENCE ENERGIE REUTERS 7 MARS --)

07 mars 2022 21:09

HOUSTON, 7 mars (Reuters) - L'invasion de l'Ukraine par la Russie est un "grand signal d'alarme" pour les gouvernements européens qui espèrent trouver un équilibre entre les besoins en combustibles fossiles et les préoccupations environnementales, a déclaré lundi le président du géant français de l'énergie TotalEnergies.

L'Europe dépend du gaz naturel russe, qui fournit environ 40 % de ses besoins. Lundi, les prix de référence du gaz ont atteint leur plus haut niveau jamais enregistré, les commerçants craignant que la Russie ne réduise ses approvisionnements.

"Ce qui se passe aujourd'hui en Europe est un grand signal d'alarme pour de nombreux décideurs politiques s'ils sont sérieux au sujet de la sécurité d'approvisionnement, de l'accessibilité et bien sûr de la compatibilité avec le changement climatique", a déclaré Patrick Pouyanne, directeur général de TotalEnergies, lors de la conférence sur l'énergie CERAWeek à Houston. .

"Il faut penser aux trois parties de ce triangle et ne pas penser qu'une seule partie est importante."

L'Europe vise à réduire considérablement sa dépendance aux combustibles fossiles au cours des prochaines décennies pour lutter contre le changement climatique, les gouvernements restreignant la production de pétrole et de gaz et le financement des projets de combustibles fossiles.

Alors que la capacité de production d'énergie solaire et éolienne de l'Europe a fortement augmenté ces dernières années, ses systèmes électriques et énergétiques restent fortement dépendants du gaz naturel et du charbon.

Pouyanne a déclaré que l'Europe devait construire plus d'infrastructures pour importer du GNL supplémentaire si elle voulait une alternative au gaz russe.

"La réalité en Europe est que nous n'avons pas suffisamment de terminaux de regazage aujourd'hui pour remplacer le volume de gaz acheminé depuis la Russie par du GNL."

PAS DE PRESSION

Pouyanne a déclaré que TotalEnergies n'avait pas subi de pression gouvernementale pour quitter complètement la Russie après l'invasion de l'Ukraine.

TotalEnergies est la seule grande société énergétique occidentale qui ne prévoit pas de quitter complètement la Russie ; BP, Shell et Exxon ont tous annoncé leur intention de se retirer. TotalEnergies a déclaré qu'il arrêterait toute nouvelle dépense en Russie.

La major pétrolière française détient une participation de 19,4% dans Novatek, le plus grand producteur russe de gaz naturel liquéfié (GNL), ainsi qu'une participation dans le projet Arctic LNG dirigé par Novatek.

"J'ai eu des discussions évidemment avec la plus haute autorité de mon pays et il n'y a aucune pression de leur part pour que nous quittions la Russie", a déclaré Pouyanne lors d'une réunion de cadres de l'énergie.

Pouyanne a déclaré que les sanctions occidentales contre la Russie excluent le gaz naturel et qu'il serait donc incohérent pour les entreprises qui produisent le gaz de quitter le pays.

TotalEnergies a néanmoins cessé d'acheter du pétrole à la Russie, a ajouté Pouyanne, bien que l'une de ses raffineries enclavées en Allemagne continue de recevoir du brut russe par oléoduc. (Reportage de Ron Bousso à Houston; Montage par David Gregorio)

9 réponses

  • 07 mars 2022 21:56

    Merci


  • 08 mars 2022 07:19

    Spasiba camarade 😂


  • 08 mars 2022 07:58

    Projet Gnl Mozambique a tout son sens économique et géopolitique mais région compliquée avec les djiadhistes... 


  • 08 mars 2022 08:08

    J'aime bien sa phrase "La réalité en Europe est que nous n'avons pas suffisamment de terminaux de regazage aujourd'hui pour remplacer le volume de gaz acheminé depuis la Russie par du GNL."... La limite du "Y a qu'à, faut qu'on" des politiques ! Combien de temps pour construire un terminal ? Où mettre les nouveaux terminaux ? D'où viendra le futur GNL ?

    Les politiques feraient bien de réfléchir à ces questions avant de vouloir supprimer le gaz russe... ou un autre d'ailleurs !


  • 08 mars 2022 08:29

    On découvre qu après le Covid on est toujours dépendant de matières premières maintenant, aucune stratégie long termiste, politique politicienne, on a fermé Fesseheim pour permettre à Hollande de gouverner avec appui des ecolos.... Maintenant marché arrière toute.
    En Guyane pétrole et gaz mais C est pas bien... 
    Imaginez le nombre de recours pour des usines pour Gnl... No comment. 
    Éolien en mer 10 ans de recours en Bretagne.... 


  • 08 mars 2022 08:31

    Pour cet hiver rentrez du bois et isolez votre maison si vous pouvez ou partez 6 mois aux Antilles pas de chauffage et un peu de clim. 


  • 08 mars 2022 08:47

    PP semble serein.
    Merci pour cette info Rafi.


  • 08 mars 2022 08:47

    La Nouvelle-Zélande c'est pas mal aussi pour passer l'hiver ! 😂


  • 08 mars 2022 09:12

    J'ai écrit ici quand Total a interrompu Mozambique qu'il fallait que l'état français s'en occupe de près ou de loin, j'avais donc raison et c'est ce qui va se passer. 


Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer
Retour au sujet TOTALENERGIES

9 réponses

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.