Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Xinjiang-Représailles chinoises contre les sanctions britanniques
Reuters26/03/2021 à 12:53

(Actualisé tout du long)

PEKIN, 26 mars (Reuters) - La Chine a annoncé vendredi des sanctions contre quatre organisations et neuf responsables britanniques, en représailles aux sanctions annoncées lundi par Londres pour atteintes aux droits de l'homme dans le Xinjiang.

Le gouvernement britannique a dénoncé cette tentative de Pékin d'étouffer les critiques à son encontre, le Premier ministre Boris Johnson faisant part de sa solidarité avec les personnes concernées.

Les sanctions annoncées vendredi par le ministère des Affaires étrangères chinois - interdictions d'entrée sur le territoire chinois et interdiction de faire des affaires avec des entreprises chinoises - visent notamment des parlementaires, comme le député tory et ancien leader du Parti conservateur Iain Duncan Smith ou des institutions comme la Commission des droits de l'homme du parti conservateur.

Les cibles de ces sanctions sont accusées par Pékin de "répandre des mensonges et des fausses informations malveillantes".

Cette initiative chinoise intervient en représailles aux sanctions contre des responsables chinois annoncées lundi par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, l'Union européenne et le Canada. Pékin avait déjà annoncé lundi des sanctions contre des responsables et entités européens.

"La Chine est résolument déterminée à protéger sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts économiques", a déclaré le ministère des Affaires étrangères chinois dans son communiqué.

Si le Royaume-Uni "s'engage davantage dans la mauvaise voie, la Chine se montera déterminée et répondra encore", est-il précisé.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé vendredi sur Twitter que les "parlementaires et autres citoyens britanniques sanctionnés aujourd'hui par la Chine jouaient un rôle essentiel pour alerter sur les atteintes flagrantes aux droits de l'homme dont sont victimes les musulmans ouïghours".

"La liberté d'expression pour s'opposer aux mauvais traitements est essentielle, et je soutiens résolument" les cibles de ces sanctions, a-t-il ajouté.

Des défenseurs des droits de l'homme et des experts de l'Onu estiment qu'au moins un million de Ouïghours sont détenus dans des camps dans le Xinjiang, dans l'ouest de la Chine, où ils seraient soumis au travail forcé, à la torture et à des campagnes de stérilisation.

La Chine dément toute atteinte aux droits de l'homme dans cette province et affirme que les camps permettent de fournir une formation professionnelle aux populations locales et de lutter contre l'extrémisme.

(Ben Blanchard à Taipei, William James à Londres, Se Young Lee à Washington et Gabriel Crossley à Pékin ; version française Myriam Rivet, édité par)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer