Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA-Le marché de l'emploi ralentit, la main-d'oeuvre manque
Reuters07/05/2021 à 16:44

(Actualisé avec précisions, réaction des marches)

par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 7 mai (Reuters) - Le rebond des créations d'emplois au Etats-Unis a subi un coup de frein net et inattendu en avril, un manque de main-d'oeuvre limitant les embauches dont les entreprises ont besoin pour faire face une forte demande sur fond de redémarrage économique.

Le département du Travail a recensé 266.000 créations de postes non-agricoles le mois dernier alors que les économistes interrogés par Reuters en prévoyaient en moyenne 978.000.

Celles du mois de mars ont été révisées à la baisse à 770.000 après une estimation initiale de 916.000.

Le rapport d'avril montre une chute des emplois temporaires ainsi qu'une baisse de l'emploi dans l'industrie manufacturière et la distribution, ce qui pourrait renforcer les critiques à l'égard des importantes allocations chômage accordées par le gouvernement.

Celles-ci ont été prolongées dans le cadre du plan de soutien de 1.900 milliards de dollars adopté en mars par le Congrès pour faire face aux conséquences de la pandémie.

"C'est probablement un accident temporaire parce que le marché de l'emploi continue à se normaliser et que les chiffres devraient remonter avec le progrès des vaccinations, ceux qui restent à la maison à cause des allocations se rendant compte qu'elles expireront à la fin de l'été", commente Quincy Krosby, stratégiste de marché pour Prudential Financial.

La réaction des marchés, brutale tout d'abord puis nettement plus modérée, semble accréditer la thèse d'un ralentissement passager.

LE RENDEMENT DU 10 ANS CHUTE PUIS S'APAISE

Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans

US10YT=RR a chuté après la publication de cette statistique, tombant jusqu'à 1,469%, au plus bas depuis début mars, avant de revenir vers 1,53%.

En Bourse, le Dow Jones .DJI a ouvert en baisse mais s'est rapidement retourné à la hausse (+0,4% à 14h20 GMT) pour enrichir sa collection de records.

Le S&P 500 .SPX est dans le vert lui aussi (+0,8%) et le Nasdaq .IXIC , à forte composante technologique et très sensible aux taux, prend 1,4%.

La baisse du dollar, qui perd plus de 0,5% face à un panier de référence .DXY , se prolonge en revanche.

Le taux de chômage, calculé sur la base d'une enquête distincte de celle sur les créations d'emplois, a augmenté à 6,1% alors que le consensus Reuters le donnait en baisse à 5,8% après 6,0% le mois précédent.

Mais cet indicateur n'est pas considéré, aux Etats-Unis, comme une mesure fidèle de l'évolution du marché du travail car il est biaisé par le fait qu'une partie des personnes interrogées pour le calculer se classent à tort comme "employés mais absents de leur travail", ce qui aboutit à le sous-évaluer.

Ces chiffres ne devraient vraisemblablement pas altérer les attentes d'une forte croissance de l'économie américaine cette année.

Ils pourraient en revanche apaiser au moins temporairement la crainte d'une remontée des rendements de la dette souveraine et d'un emballement de l'inflation qui contraindrait la Réserve fédérale à resserrer prématurément sa politique.

La Fed a laissé entendre qu'elle laisserait l'inflation dépasser temporairement son objectif de 2% et tolérerait ainsi une certaine surchauffe de l'économie pour aider le marché du travail à retrouver ses niveaux d'avant la crise sanitaire.

(version française Laetitia Volga et Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Index Ex +0.79%
Index Ex +1.76%
CBOE +1.40%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer