Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

TotalEnergies: L'AG reconduit Pouyanné sur fond de manifestations pour le climat
information fournie par Reuters 24/05/2024 à 17:33

Des militants écologistes protestent alors que TotalEnergies tient son assemblée générale annuelle près de Paris

Des militants écologistes protestent alors que TotalEnergies tient son assemblée générale annuelle près de Paris

Les actionnaires de TotalEnergies ont renouvelé vendredi pour trois ans le mandat d'administrateur du PDG, Patrick Pouyanné, lors d'une assemblée générale qui a suscité cette année encore des manifestations contre l'impact climatique des activités du groupe.

Le mandat d'administrateur de Patrick Pouyanné a été renouvelé à 75,7% des voix exprimées, contre 77,4% lors de sa dernière reconduction, en 2021.

Les actionnaires ont également approuvé un rapport annuel de TotalEnergies faisant état de progrès en matière de développement durable et de transition vers la neutralité carbone, avec toutefois un niveau de vote favorable - 79,7% - en baisse sensible par rapport aux scores d'environ 89% enregistrés lors des AG de 2023 et 2022.

Dans la matinée, cinq militants de Greenpeace avaient accroché un portrait géant de Patrick Pouyanné sur un centre commercial du quartier de la Défense à proximité de la tour TotalEnergies, le siège du groupe où se tenait l'AG, protégée par un important dispositif de sécurité comprenant plus de 200 policiers - selon le PDG.

La bannière, portant l'inscription "Wanted" ("Recherché), qualifiait TotalEnergies d'"entreprise française la plus polluante qui se fait des milliards au détriment de la planète", avec le gouvernement comme "principal complice".

Greenpeace s'oppose à la poursuite de l'exploration pétrolière et gazière de TotalEnergies, en dépit de l'"urgence climatique", a déclaré une porte-parole.

TotalEnergies "respecte pleinement le droit de manifester et la liberté d'expression", a réagi le groupe dans une déclaration écrite.

"Cependant, la compagnie souhaite rappeler que la sécurité des personnes, salariés, riverains et y compris des manifestants est notre priorité. TotalEnergies déplore toute forme de violence, qu'elle soit verbale, physique ou matérielle", a-t-il ajouté.

EXTINCTION REBELLION FAIT IRRUPTION AU SIÈGE D'AMUNDI

"Certains nous reprochent parfois de développer de nouveaux projets pétroliers et considèrent qu'il faudrait arrêter (...). Je rappelle que les champs de pétrole déclinent naturellement chaque année de 4% par an, et donc la question n'est pas tant de savoir quand la demande de pétrole commencera à baisser que quand elle baissera de plus de 4% par an", a fait valoir Patrick Pouyanné lors de l'AG.

"Tant que nous ne sommes pas arrivés à cette décroissance de plus de 4% par an, si on ne veut pas voir les prix du pétrole atteindre des niveaux trop élevés (...), il est nécessaire que l'industrie pétrolière continue à mettre des nouveaux champs en production et donc à découvrir de nouvelles réserves pour lutter contre ce déclin naturel", a-t-il ajouté.

Alors que ses AG sont régulièrement ciblées par les mouvements de défense du climat, le groupe a cette année organisé la réunion à son siège, pour la première fois, en invoquant la nécessité d'éviter aux habitants du centre de Paris des désagréments comparables à ceux de l'an dernier.

En parallèle, des militants du mouvement Extinction Rebellion ont fait irruption au siège d'Amundi, dans le sud de Paris, "en faisant usage de violence à l'égard des biens et des personnes", a indiqué la société, détentrice d'environ 9,5% du capital à fin 2023, notamment à travers la gestion du fonds des actionnaires salariés de TotalEnergies en France.

Extinction Rebellion a partagé des photos de ses militants devant le siège social du premier gestionnaire d'actifs d'Europe, où se déroulait également ce vendredi une assemblée générale des actionnaires.

"PAS QUESTION DE QUITTER LA FRANCE"

En amont de l'AG de TotalEnergies, un groupe de 16 investisseurs internationaux - ciblant également Shell, BP, Eni, Repsol et Equinor - avait prévenu qu'il voterait contre le renouvellement du mandat de Patrick Pouyanné si TotalEnergies ne mettait pas en place une stratégie visant notamment à ne plus se développer dans les énergies fossiles.

D'autres investisseurs avaient en outre demandé en vain au groupe d'inscrire à l'ordre du jour de l'AG une résolution visant à dissocier les fonctions de directeur général et de président du conseil d'administration, une mesure selon eux à même de favoriser la transition énergétique du géant pétrolier.

Des manifestants dénonçant l'impact de l'exploitation du pétrole sur le climat ont aussi perturbé cette semaine l'assemblée générale de Shell, autre "major" du secteur, à Londres.

Patrick Pouyanné a en outre répété vendredi que le groupe réfléchissait à une double cotation, à Paris et à New York. Le scénario d'un transfert de la cotation principale ("primary listing") vers les Etats-Unis, dont le PDG a précisé par la suite qu'il résultait d'une "erreur de traduction", a suscité de vives réaction et mise en garde de la part d'Emmanuel Macron.

"Il n'est pas question dans cette affaire de quitter la France. TotalEnergies conservera son siège en France, sa cotation en France. Notre attachement à la France, je dois vous avouer, est réel et je n'ai pas besoin de le justifier", a dit le PDG.

(Reportage Benjamin Mallet, America Hernandez, Lucien Libert et Agustin Turpin ; édité par Sophie Louet)

Valeurs associées

85,16 USD Ice Europ -0,64%
80,65 USD Ice Europ -0,78%
2,71 USD NYMEX -0,51%

11 commentaires

  • 24 mai 19:57

    "C'est effectivement du coté US qu'il faut chercher, ils cherchent a déstabiliser TOTAL."

    Pas vraiment. On n'est pas en guerre avec les américains, mais avec les Russes et les Chinois.

    Vous avez déjà vu greenpisse s'en prendre à Loukoil ou PetroChina ?


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.