Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PÉTROLE-Les mécanismes de marché expliquent l'effondrement des cours-LBPAM
Reuters21/04/2020 à 14:57

(Actualisé avec cours, commentaires et réactions des marchés)

* Le brut léger américain négatif pour la première fois

* La crise du coronavirus pèse sur la demande

* les capacités de stockage sont saturées

* Des facteurs techniques amplifient le phénomène

* La chute des cours pèse sur les indices boursiers

PARIS, 21 avril (Reuters) - Des mécanismes de marché et en particulier le rôle joué par les fonds indiciels cotés (ETF) expliquent l'effondrement des cours du pétrole, qui a vu un contrat à terme de référence sur le brut passer lundi en territoire négatif pour la première fois, dit-on chez La Banque postale Asset Management (LBPAM).

Le contrat à échéance en mai sur le baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) est tombé lundi à -40 dollars, un mouvement inédit alimenté par des perspectives économiques déprimées et par la quasi-saturation des capacités de stockage aux Etats-Unis.

Ce contrat était "livrable" lundi soir, ce qui signifie que ceux qui l'avaient acheté étaient censés recevoir une livraison "physique" de pétrole, ce qui était impossible en l'absence de capacité de stockage, explique Stéphane Déo, stratégiste de la société de gestion, dans une note publiée mardi.

"Tous les intervenants ont donc dû revendre leurs contrats mai 2020, quel qu'en soit le prix, même négatif", écrit-il.

Le phénomène a été accéléré par l'évolution d'un ETF sur le WTI dont l'encours avait explosé ces dernières semaines, selon Stéphane Déo.

"Evidemment, cet ETF n'a pas vocation à recevoir du pétrole physique et encore moins à le stocker, il a donc dû liquider, quel que soit le prix, ses contrats futures arrivant à échéance, d'où le carnage sur les marchés", fait-il valoir.

Les variations ont été beaucoup plus limitées sur l'autre contrat à terme de référence, sur le Brent de mer du Nord

LCOc1 , souligne-t-il.

LES RÉDUCTIONS DE LA PRODUCTION INSUFFISANTES

S'il rebondit mardi de près de 90%, le cours du WTI reste légèrement négatif, autour de -3,91 dollars.

Quant au Brent, il perd plus de 18% et revient sous 21 dollars le baril.

John Plassard, spécialiste en investissement chez Mirabaud, rappelle le contexte avec, début mars, un effondrement de 25% des cours du baril en raison d'une guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie.

L'affrontement est intervenu sur fond d'effondrement de la demande mondiale, en particulier en provenance de la Chine, le premier importateur mondial, en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus, ajoute-t-il dans une note également publiée mardi.

Des réductions de la production de pétrole ont certes été décidées mais elle ne seront pas suffisantes en mai et en juin compte tenu de la chute libre de la demande et de la forte augmentation des stocks, estime Nadège Dufossé, responsable de l'allocation d'actifs chez Candriam.

Un rebond des cours nécessite une diminution plus importante de la production à partir du 1er mai et une amélioration des perspectives de demande, qui ne devrait intervenir qu'après le déconfinement, écrit-elle dans une note.

L'impact de la chute du prix du baril sur les actions portera principalement sur le secteur de l'énergie et celui sur les obligations se fera sentir principalement sur le secteur de la dette à haut rendement ("high yield") américaine, dans lequel le secteur pétrolier occupe une large place, ajoute-t-elle.

Wall Street devrait ouvrir en net repli mardi, de plus de 2% pour le Dow Jones DJI , et les actions des compagnies Exxon Mobil XOM.N et Chevron CVX.N perdent respectivement 3,7% et 4%.

En Europe, où les principales places boursières cèdent entre 2,2% et 3,25%, l'indice Stoxx de l'énergie .SX7P recule de 5%. A Paris, Total TOTF.PA abandonne près de 4%.

(Patrick Vignal, édité par Marc Angrand)

Valeurs associées

Euronext Paris -1.08%
NYSE 0.00%
NYSE -0.20%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer