1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Or, platine, palladium : le prix des métaux précieux va monter, selon OFI AM
Boursorama18/10/2019 à 15:30

Après une « très belle année financière » OFI AM recommande la prudence sur les marchés actions: ralentissement économique, révisions en baisse des perspectives bénéficiaires des entreprises, taux d'intérêts au plancher... les marchés sont « cappés » à la hausse. Dans ce contexte, la société de gestion recommande pour la première fois depuis 2012 de réduire son exposition aux marchés actions pour se renforcer sur les métaux précieux.  


Vers une consolidation des marchés actions de 10% 

Après avoir enregistré des performances satisfaisantes depuis le début de l'année (de 15% à 20% pour les indices actions mondiaux et entre 5 et 8% pour les marchés obligataires), les marchés pourraient manquer de carburant pour dépasser leurs plus-hauts récents.  «Nous pourrions même assister au cours des prochaines semaines à des consolidations de l'ordre de 10%. En France, l'indice CAC 40 pourrait revenir au contact des 5.500 points, ce qui constituerait un point d'entrée intéressant», explique Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué chez OFI AM.  

Un contexte porteur pour l'or

A près de 1500$ l'once, le métal jaune flirte avec ses plus hauts niveaux depuis six mois, une tendance haussière qui n'a pas de raison de s'arrêter à court terme car les politiques monétaires des banques centrales maintiennent les taux d'intérêt au plancher. « Le changement récent d'attitude de la Réserve fédérale, qui a entrepris au cœur de l'été sa première baisse des taux depuis décembre 2008, a renforcé l'attrait singulier de l'or », selon Benjamin Louvet, gérant matières premières, qui ajoute que « le contexte actuel de taux d'intérêt réels bas, voire négatifs est très favorable à l'exposition aux métaux précieux (or, argent palladium, platine) dans le cadre d'une allocation de long terme ». La raison de cet engouement est simple : «L'or ne rapporte rien (pas de coupons ni dividendes) mais c'est toujours mieux que rien (obligations à taux négatifs )» explique le gérant. 


L'or : une protection en cas de crise géopolitique 

La protection traditionnelle offerte par l'or en cas de crise géopolitique plaide également en faveur du métal précieux, au vu des tensions internationales actuelles. « Risque de conflit en Iran, en Syrie, à Hong Kong, la liste des risques géopolitiques est particulièrement longue en cette fin d'année », explique Benjamin Louvet. 

Ce contexte incertain, voir anxiogène devrait s'avérer porteur pour les cours des principaux métaux précieux et notamment l'or qui pourrait dépasser le seuil symbolique des 2000 $ d'ici 18 à 24 mois selon la société de gestion. 

Une tendance structurelle porteuse 

Les autres arguments qui plaident pour une hausse de l'or sont d'ordre structurels. D'abord la production qui est limitée. Le marché de l'or représente 4.500 tonnes par an mais l'absence de découverte de nouveaux gisements a pour effet d'augmenter les couts d'exploitation pour moins d'or extrait. 
Autres facteurs de soutiens, la reconstitution de réserves d'or de la part de plusieurs banques centrales (BOE, Vietnam, Russie, Kazakhstan, Chine, Turquie, inde pour ne citer qu'elles) Dans une logique de diversification, les banques centrales ont acheté pour près de 651 tonnes d'or en 2018 et cette année pourrait marquer un nouveau record en la matière, les banques centrales ayant déjà acheté pour de 450 tonnes d'or à fin septembre. 


Quid du platine et du palladium ? 

Dans la catégorie des métaux précieux, d'autres actifs méritent d'être pris en considération. « Le palladium et le platine notamment ont un rôle majeur à jouer dans le cadre d'une transition énergétique et écologique juste. » Utilisé notamment dans la fabrication des pots catalytiques, « le platine a souffert de l'affaire du dieselgate, mais le dynamisme du marché automobile dans les pays émergents offre des perspectives positives ». 

A l'inverse du platine, le palladium a quant à lui profité du scandale du dieslegate. Utilisé dans la fabrication de pots catalytiques des moteurs à essence, « ce métal qui est utilisé à 80% dans la fabrication de ces pots, a bondi de 100% au cours des trois dernières années pour franchir la barre des 1600 $ l'once en juillet dernier », précise OFI AM. 

Une tendance qui devrait rester porteuse pour ces deux métaux, car le durcissement des normes environnementales nécessite davantage de platine et de palladium pour la fabrication des pots catalytiques. Enfin, « la montée en puissance de l'électrique et de l'hybride dans l'automobile devrait également doper la demande pour ces deux métaux. Il faut en effet entre 10 à 15% de platine et de palladium supplémentaire pour construire un moteur hydride que pour un moteur thermique » explique Benjamin Louvet. 

« Les métaux précieux bénéficient d'une conjoncture des plus favorables tout en offrant une bonne visibilité pour les années à venir et ce d'autant plus que taux réels resteront bas » conclut le gérant matières premières. 


Comment investir dans les métaux précieux ?

Il existe plusieurs façons d'investir dans ces métaux. Vous pouvez le faire en achetant des trackers, sorte de fonds indiciels qui suivent et répercutent l'évolution des cours de ces métaux. L'avantage de ce type de placement, c'est sa liquidité, pour des frais qui restent limités. Autre options, acheter des parts de fonds. Celui de OFI AM (baptisé OFI  Precious Metals) offre une exposition à l'or, l'argent,  au palladium et au platine sans toutefois être investi en  valeurs minières. 

Florentine Loiseau (redaction@boursorama.fr) 


 

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    18 octobre21:15

    ce ne sont pas les metaux qui montent mais les monnaies qui degringolent...on ne peut pas imprimer indefiniment et avoir des taux negatifs sans effet pervers

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer