Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Myfo veut dépoussiérer la gestion patrimoniale
information fournie par Newsmanagers21/06/2021 à 15:15

(NEWSManagers.com) - Un family office connecté et accessible à tous. C' est la promesse de Myfo, nouvel acteur de la gestion du patrimoine 2.0. Derrière ce projet, on retrouve deux fondateurs : François Hardy, spécialiste de la sélection de fonds qui a fait ses premières armes dans un fonds de pension à Londres puis chez BNP Paribas AM et Guillaume Jacob, passé par le groupe Publicis et qui a en charge la partie commerciale et marketing.

" Myfo n' est pas un robo advisor classique qui a pour but de créer une allocation d' actifs débouchant sur la souscription d' un produit. Notre volonté est d' avoir un impact sur l' épargne déjà existante d' un particulier, d' avoir une vue d' ensemble de ses comptes et de pouvoir le conseiller sur l' ensemble de son patrimoine " , résume François Hardy.

On s' éloigne donc des robots classiques pour avoir une vision plus holistique du patrimoine. Si on se rapproche du travail effectué par un family office, on en est quand même encore loin ! Chez Myfo on s' intéresse au patrimoine financier. Pas de gouvernance familiale ou de service de conciergerie, bref on s' écarte des multi family offices et de leur vision à 360 degrés des problématiques familiales. Finalement, Myfo ressemble plus à un CGP 2.0.

Le rayon X

Pour autant, l' approche des deux fondateurs est digne d' intérêt. Leur projet repose sur la création d' un algorithme de conseil, baptisé " rayon X " . Ce dernier s' articule autour de trois valeurs fondamentales : responsabilité, transparence et performance.

Pour la responsabilité, l' outil récupère les portefeuilles des épargnants en se branchant à leurs plateformes d' investissement puis leur propose des alternatives responsables pour un risque équivalent. " L' épargnant va pouvoir aller sur notre plateforme et consulter les produits responsables que nous lui proposons et effectuer les changements qu' il souhaite pour ‘verdir' son portefeuille " , détaille Guillaume Jacob. Les alternatives proposées sont celles présentes dans les contrats actuels des épargnants.

Sur la transparence, Myfo a développé une fonction permettant de détailler l' exposition globale d' un épargnant à un titre donné. Pour cela, le rayon X récupère les sous-jacents de chacun des OPCVM ou ETF détenus par le particulier et les agrège.

Enfin, l' aspect performance passe avant tout par une optimisation des frais. " Lorsque j' étais en Angleterre, j' avais calculé que si les épargnants français payaient les mêmes frais qu' au Royaume-Uni, il y aurait 50 milliards d' euros de frais en moins par an " , affirme François Hardy. Là encore, l' outil propose des alternatives moins chargées en frais et à niveau de risque équivalent. A titre d' exemple, un client actuellement en beta test et disposant de 300.000 euros en assurance vie et sur un PEA économisera 1.500 euros de frais par an.

D' autres fonctionnalités devraient rapidement voir le jour. " Nous avons noué un partenariat avec l' IMT Atlantique pour concevoir un outil reconnaissant les biais comportementaux, avec des envois d' alertes et d' analyses personnalisées pour aider les particuliers à gommer ces biais " , révèle Guillaume Jacob.

Actuellement en beta test, le rayon X devrait voir le jour en version " fremium " et sur abonnement (30 euros par an) dans les prochaines semaines. Avec cette offre, la start-up vise une clientèle ne disposant pas forcément d' une grosse surface financière.

D' ici six mois, l' offre sera complétée par une deuxième, intitulée " Myfo Conseil " . Elle s' adressera à une clientèle plus fortunée disposant de 50.000 euros à un million d' euros de patrimoine financier.

Côté ambition, les deux fondateurs souhaitent réaliser une première levée de fonds dans les six prochains mois et être le plus rapidement opérationnel. A terme, Myfo souhaiterait devenir une sorte d' intermédiaire entre les épargnants et leurs gérants. " Nous aimerions que les équipes de gestion puissent directement se brancher sur notre plateforme et gérer l' épargne de nos clients en direct " , expliquent les deux associés. L' avenir dira si ce positionnement aura le succès escompté.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.