Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Moscou dénonce les sanctions américaines contre Arctic LNG 2-ministère
information fournie par Reuters 27/12/2023 à 11:49

Les sanctions américaines visant le vaste projet russe de gaz naturel liquéfié (GNL) Arctic LNG 2 sont "inacceptables" et compromettent la sécurité énergétique mondiale, a déclaré mercredi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Ce projet est un élément clé de la stratégie de la Russie sur le marché mondial du GNL où elle veut augmenter sa portée de 8% à 20% d'ici 2030.

"La situation autour d'Arctic LNG 2 confirme une fois de plus le rôle destructeur pour la sécurité économique mondiale joué par Washington, qui parle de la nécessité de maintenir cette sécurité mais qui, en fait, en poursuivant ses propres intérêts égoïstes, tente d'évincer ses concurrents et de détruire la sécurité énergétique mondiale", a ajouté la porte-parole.

Maria Zakharova a également affirmé que la coopération entre la Russie et la Chine, dont les entreprises sont parties prenantes au projet, continuerait à se renforcer, y compris dans le domaine de l'énergie.

Les pays occidentaux ont imposé des sanctions de grande ampleur contre des entreprises et des particuliers russes à la suite de la décision du Kremlin d'envahir l'Ukraine en février 2022.

La Russie est le quatrième producteur de gaz naturel liquéfié transporté par voie maritime, derrière les États-Unis, le Qatar et l'Australie.

Le quotidien Kommersant a rapporté lundi que des actionnaires étrangers avaient suspendu leur participation au projet Arctic LNG 2 en raison des sanctions, renonçant à leurs responsabilités en matière de financement et de contrats d'achat pour la nouvelle usine.

Le projet est contrôlé par Novatek NVTK.MM, le plus grand producteur russe de GNL, qui y détient une participation de 60%.

Le français TotalEnergies TTEF.PA , les majors étatiques chinoises CNOOC 0883.HK et China National Petroleum Corp (CNPC), ainsi qu'un consortium composé des sociétés japonaises Mitsui and Co 8031.T et JOGMEC - qui détiennent chacun une participation de 10% - ont déclaré un cas de force majeure concernant leur participation au projet, a rapporté Kommersant, citant des sources au sein du gouvernement russe.

(Reportage Dmitry Antonov, rédigé par Vladimir Soldatkin ; version française Gaëlle Sheehan, édité par Kate Entringer)

Valeurs associées

21,92 EUR Tradegate +2,62%
0,91 EUR Tradegate +0,53%
63,50 EUR Euronext Paris +1,08%
EUR XETRA 0,00%
24,22 USD OTCBB -0,33%
85,28 USD Ice Europ -0,39%
82,19 USD Ice Europ -0,92%
2,27 USD NYMEX -0,04%

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.