Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

MARCHÉS-Quand la Coupe du monde de football fait baisser les volumes
information fournie par Reuters15/06/2018 à 12:50

    * Les volumes chutent sur les marchés pendant les matches -
étude
    * La baisse atteint en moyenne 55%
    * Deux tiers des matches se dérouleront pendant la séance en
Europe

    par Marc Jones
    LONDRES, 15 juin (Reuters) - Avec le coup d'envoi jeudi de
la Coupe du monde de football, les investisseurs doivent
s'attendre à ce que les marchés financiers réagissent de façon
émotionnelle, au même titre que les fans du ballon rond, avec à
la clé des phases d'euphorie pendant les matches et de la
mauvaise humeur en cas de défaite.
    Plus de deux tiers des matches (43 sur 64) programmés d'ici
à la finale du 15 juillet se dérouleront durant les heures de
cotation des Bourses européennes et d'Amérique latine, ce qui
pourrait avoir un impact non négligeable sur le comportement du
marché.
    Lors du Mondial en Afrique du Sud en 2010, le dernier en
date dont les horaires de matches correspondaient à ceux du
tournoi 2018, les volumes ont chuté en moyenne de 55% sur le
marché actions dont l'équipe nationale jouait, selon une étude.
    La baisse des volumes était encore plus importante pour les
marchés brésilien (75%) et argentin (80%), deux grandes nations
du football. Elle était au contraire limitée à 38% en Europe et
à 43% aux Etats-Unis. 
    
    
    A chaque moment clé du match, après un but par exemple, les
volumes reculaient de 5% supplémentaires.
    "Les gens sont distraits et cela devrait se reproduire", dit
Michael Erhmann, responsable de la recherche sur la politique
monétaire à la Banque centrale européenne (BCE) et co-auteur de
l'étude.
    Selon cette dernière, qui porte sur 15 pays, les volumes de
transactions ont baissé un moyenne d'un tiers même quand
l'équipe nationale du marché actions concerné ne jouait pas.
    Cette baisse des volumes débute avant le match, lorsque les
équipes entonnent l'hymne national et se poursuit jusqu'à 45
minutes après le coup de sifflet final.
    Les marchés obligataires sont eux aussi affectés: les
transactions sur les emprunts d'Etat allemands ont diminué de
près de 50% lors de trois des matches de l'Allemagne durant les
Coupes du monde 2006 et 2010.
    
    UNE VICTOIRE ET UNE SURPERFORMANCE
    Dans le cadre de son étude, Michael Erhmann a cherché à
savoir ce qui, en dehors du football, réussissait encore à
capter l'attention des opérateurs de marché pendant qu'ils
étaient occupés à regarder un match.
    Les données issues de la Coupe de monde de 2010 suggèrent
que "les informations relativement plus importantes sont
toujours prises en compte, tandis que celles moins essentielles
- liées à une valeur en particulier - le sont moins",
explique-t-il.
    L'étude a aussi permis de mettre en lumière certaines
anomalies. 
    Ainsi, l'action du fabricant de semi-conducteurs
STMicroelectronics  STM.PA  STM.MI , qui est coté à la fois à
Paris et à Milan, affichait un cours moins élevé sur le marché
italien quand l'Italie a perdu en 2010, et ce phénomène s'est
répété à Paris quand la France a été éliminée.
    Cette étude s'ajoute à d'autres qui ont déjà démontré
l'impact des résultats des matches de football sur les marchés. 
    Une étude universitaire parue en 2007 a ainsi conclu que
l'élimination d'une équipe lors de la Coupe de monde pouvait
amputer de près de 50 points de base la performance de l'indice
du marché national le lendemain. 
    Un écart qui peut représenter plus de 10 milliards de livres
(11,44 milliards d'euros) pour un important indice boursier
comme le Footsie 100  .FTSE  à Londres.
    A l'inverse, le marché boursier dont l'équipe nationale
remporte le tournoi tend à faire mieux que le marché actions
mondial de 3,5% en moyenne durant le mois qui suit la victoire,
d'après une autre étude de Goldman Sachs.
    Cette surperformance se vérifie depuis 1974, à une seule
exception: en 2002, lorsque la récession économique au Brésil a
supplanté la victoire de la Seleção. 
     

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Changes in stock market trading volumes during 2010 World Cup   
https://reut.rs/2JGea55
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Blandine Hénault pour le service français, édité par Marc
Angrand)
 

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.