1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marchés au plus haut : comment les gérants flexibles adaptent leurs allocations ?
H24 Finance pour Boursorama09/05/2019 à 11:20

Les actions américaines ont tutoyé leurs records avec un S&P500 qui affiche une progression proche de +4%.

La douce torpeur des marchés...

De nouveau, le mois d'avril a été un excellent mois pour les actions. Les résultats de bonne facture des entreprises sont venus rassurer les marchés.

Les actions américaines ont tutoyé leurs records avec un S&P500 qui affiche une progression proche de +4%. Les actions européennes font même mieux (+5% pour l'Euro Stoxx 50) portées par les actions allemandes qui dépassent les +7%. Seules les actions émergentes semblent quelque peu à la traîne avec +2%. 

Ce sont les actions ayant le plus souffert en 2018 qui rebondissent le plus. Ainsi, le secteur bancaire et les valeurs industrielles progressent de +6,75%. Le secteur technologique n'est pas en reste avec une progression de +8,77%.  Malgré ce retournement sectoriel qui pourrait sembler favorable au style de gestion « value », le style « croissance » a affiché un nouveau mois de surperformance (+5,3% contre +3,8%).

Au fur et à mesure que le rebond perdure, la performance se transmet des grandes capitalisations vers les petites capitalisations. Ainsi, les petites capitalisations battent les grandes avec une marge proche de 1% sur le mois d'avril.

Côté taux, les rendements des obligations souveraines des pays développés ont légèrement augmenté sur le mois. Le taux à 10 ans français passe de 0,05% à 0,38% et le 10 ans allemand prend +0,08%, tout comme le 10 ans américain. Notons que le 10 ans allemand ne représente que 1% du 10 ans US soit 0,025% contre 2,5% !

Quelques mouvements notables parmi les gérants de fonds flexibles...

Globalement les expositions actions ont été renforcées mais à la marge. 

Chez Haas Gestion, le gérant Chaguir Mandjee a augmenté l'exposition actions du fonds Haas Epargne Patrimoine de 25 à 29%. Par ailleurs, des valeurs Cycliques/Value ont été intégrées pour rééquilibrer la répartition Value/Croissance. Le High Yield court terme a également été renforcé. Même mouvement mais de plus forte ampleur sur Haas Epargne Réactif où l'exposition actions passe de 46% à 58%. 

Les gérants de Sycomore ont également augmenté les expositions actions qui passent de 43 à 45% sur Sycomore Partners et de 21 à 22% sur Sycomore Allocation Patrimoine. Attention sur ce dernier fonds, le gérant Stanislas de Bailliencourt est monté jusqu'à 25% puis a pris partiellement ses profits. Le mouvement a d'ailleurs été similaire sur Echiquier Patrimoine de La Financière de l'Echiquier. Le gérant Olivier de Berranger a augmenté la poche actions en début de mois (passée de 22% à 27%) puis s'est progressivement allégé sur la seconde partie du mois d'avril pour revenir à 25%, au fur et à mesure que les marchés montaient.

L'équipe de JP Morgan Global Macro Opportunities a également renforcé l'exposition actions. Elle est maintenant de 40% suite à l'achat de calls DAX et S&P500, dans le sillage d'ajout de financières européennes. Néanmoins, cette exposition est en partie compensée par une position acheteuse maintenue sur le Yen.

Chez Dorval, Louis Bert a désormais une exposition aux actions européennes autour de 60% au sein de son fonds Dorval Convictions. Elle a progressivement été augmentée au cours du mois. Il n'ira pas significativement au-delà de ce taux d'exposition, considérant que les marchés ont déjà fortement progressé depuis le début de l'année. Selon le gérant, l'inversion de la dynamique cyclique européenne attendue pour cette année devrait permettre aux petites et moyennes valeurs et aux valeurs cycliques encore décotées de rebondir plus significativement.

Mouvement similaire mais dans une moindre mesure sur SLF Defensive proposé par Swiss Life AM. Le gérant privilégie toujours les actions au crédit, pour leurs meilleures liquidités et perspectives de rendements. En effet, les discours accommodants des banques centrales, les résultats d'entreprises prometteurs ainsi que les faibles volumes d'échange du premier trimestre laissent penser que les investisseurs attendent une correction pour renforcer leurs expositions aux actions. 

A contre-courant, on relève que certaines gestions l'ont allégé. Par exemple, l'équipe de Juan Nevado chez M&G Investments a légèrement abaissé l'exposition actions qui passe de 48,5 à 47% sur M&G (Lux) Dynamic Allocation avec une réduction des actions émergentes. A l'inverse les obligations souveraines émergentes sont renforcées passant de 13 à 16%. L'exposition au risque de change émergent augmente d'autant.

De même, après le bon début d'année, une protection a été opérée sur Echiquier Allocation Flexible. L'exposition actions passe ainsi de 45% à 36% avec des options sur l'Euro Stoxx 50. On retrouve également une prise de profits sur R-co Valor. Ce fonds géré par Yoann Ignatiew chez Rothschild & Co AM passe de 89% à 84% d'actions.
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer