Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

LUXE-Tiffany rate le consensus sur les ventes au T4, le titre plonge
information fournie par Reuters22/03/2019 à 13:30

    22 mars (Reuters) - Tiffany & Co  TIF.N  a publié vendredi
un chiffre d'affaires trimestriel légèrement inférieur aux
attentes de Wall Street, deux mois après avoir fait état d'un
recul inattendu de ses ventes durant la période de Noël en
raison d'une baisse des dépenses des touristes chinois dans le
monde et d'un fléchissement de la demande en Europe et aux
Etats-Unis.
    L'action recule de 4,6% à 95,50 dollars dans les
transactions en avant-Bourse à Wall Street. 
    Au quatrième trimestre de l'exercice 2018-2019, clos au 31
janvier, les ventes du joaillier américain ont reculé à 1,32
milliard de dollars, contre 1,33 milliard attendus par les
analystes, selon les données IBES de Refinitiv. A périmètre
comparable, le repli est de 1%. 
    Le bénéfice net s'est établi a cependant progressé à 204,5
millions de dollars, soit 1,67 dollar par action, contre 61,9
millions de dollars (0,50 dollar/action) un an plus tôt. Tiffany
a réitéré ses prévisions pour l'exercice 2019/2020 et s'attend à
une baisse du bénéfice par action durant le premier semestre de
l'année en raison de facteurs externes.
    
    Principaux résultats trimestriels des autres entreprises du
secteur :
    
    * HERMÈS-L'OPÉRATIONNEL FRANCHIT LE CAP DES €2 MDS
    20 mars - Hermès International  HRMS.PA  a publié mercredi
des résultats annuels en hausse, portés par les performances de
la maroquinerie, et ne voit pas de changement de tendance dans
sa dynamique de ventes depuis le début de l'année 2019.
    Le sellier, célèbre pour ses sacs Birkin ou ses carrés de
soie, a vu son résultat opérationnel courant 2018 progresser de
6% en 2018 et franchir le cap des 2,0 milliards d'euros, à 2,04
milliard, sur des ventes en croissance organique de 10,4%.
 
    Sa rentabilité a quant à elle atteint 34,3%, en léger
retrait par rapport au record de 34,6% touché en 2017, les
hausses de prix ayant été inférieures à celles des coûts de
production.
    Interrogé lors d'une conférence téléphonique avec la presse,
sur l'évolution des ventes depuis le début de l'année, le gérant
du groupe, Axel Dumas, a indiqué ne pas voir "de rupture de
tendance à ce stade".
    Le résultat net consolidé a grimpé de 15% à 1,405 milliard
d'euros, et le dividende proposé a été augmenté à 4,55 euros,
contre 4,10 euros.
    
    * PRADA MET FIN AUX RABAIS DE FIN DE SAISON POUR SA MARGE
    15 mars - Prada  1913.HK  a annoncé vendredi qu'il n'allait
plus proposer de rabais pour écouler ses collections en fin de
saison, à l'image de ce que fait déjà Gucci  PRTP.PA , afin de
gonfler ses marges et de préserver sa marque après avoir renoué
en 2018 avec une croissance des ventes pour la première fois
depuis quatre ans.
    Le groupe milanais, qui veut consolider le redressement de
ses ventes engagé fin 2017, a fait état vendredi de ventes en
hausse de 6% l'an dernier à changes constants, à 3,142 milliards
d'euros, avec notamment une croissance de 9,4% sur les six
premiers mois de 2018. L'Ebit a, lui, reculé de 10% à 323,8
millions d'euros.
    Les analystes attendaient un résultat d'exploitation de 377
millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 3,17 milliards
d'euros, selon des données Refinitiv.
        
    * FERRAGAMO PÉNALISÉ PAR LE COÛT DE SA TRANSFORMATION
    12 mars - Salvatore Ferragamo  SFER.MI  a annoncé mardi une
baisse de 14% de son bénéfice brut (Ebitda) en 2018, à 214
millions d'euros, un niveau conforme aux attentes, en raison des
coûts liés à son plan de transformation lancé pour enrayer le
recul de ses ventes.
    Le fabricant italien de chaussures de luxe, qui s'efforce en
vain depuis deux ans de rajeunir sa clientèle, a réduit son
dividende à 0,34 euro par action contre 0,38 un an auparavant.
Il déclare dans un communiqué avoir peu de visibilité dans le
contexte macroéconomique et commercial actuel et s'efforcer de
retrouver une croissance durable à moyen terme.
    Ferragamo avait déjà annoncé en janvier une contraction de
1,4% de ses ventes à périmètre comparable l'an dernier.
    
    * LE RÉSULTAT 2018 DE TOD'S PLOMBÉ PAR LE MARKETING
     11 mars - Le chausseur italien Tod's  TOD.MI  a subi un
recul de 26% de son résultat d'exploitation (Ebitda) en 2018,
plus marqué que prévu, sous le coup d'une forte augmentation de
ses dépenses de marketing et de ses coûts de conception pour
dynamiser sa marque.
   L'Ebitda ressort à 118,3 millions d'euros, contre 125
millions attendus selon le consensus Refinitiv. Tod's propose un
dividende de 1,00 euro par action, contre 1,40 euro pour
l'exercice précédent.
    Le groupe s'est dit confiant de pouvoir atteindre ses 
objectifs de croissance du chiffre d'affaires et de renforcement
d'efficacité, sans être plus précis. Il a déclaré que ses
dernières collections suscitaient une réaction "très positive"
de la clientèle.
        
    * MONCLER VEUT POURSUIVRE SUR SA LANCÉE EN 2019
    28 février - Moncler  MONC.MI  a promis jeudi de poursuivre
sur sa lancée en 2019 après une croissance de 19% de ses ventes
et une rentabilité accrue en 2018 à la faveur de sa nouvelle
stratégie de renouvellement plus rapide de ses collections.
    Le groupe italien affiche un chiffre d'affaires annuel
consolidé de 1,42 milliard d'euros (+22% à changes constants),
contre 1,402 milliard attendu en moyenne selon le consensus
Refinitiv SmartEstimate. L'Ebitda ressort en hausse de 22% à
500,2 millions d'euros, soit une marge bénéficiaire brute de
35,2% contre 34,5% en 2017. 
    Moncler propose un dividende de 0,40 euro par action au
titre de 2018, contre 0,28 euro pour l'exercice précédent.    
    
    * KERING-LA CROISSANCE DE GUCCI DOPE À NOUVEAU LES RÉSULTATS
    12 février - Kering  PRTP.PA  a publié mardi de nouveaux
résultats annuels records, dopés par l'hyper-croissance de
Gucci, son principal centre de profit, et s'est montré confiant
dans la capacité de la griffe à faire encore nettement mieux que
le marché en 2019.  
    Le groupe de luxe, également propriétaire de Saint Laurent,
Balenciaga ou Boucheron, a vu ses ventes grimper de 29,4% à taux
de changes constants en 2018, après une envolée de 34% en 2017,
tandis que son résultat opérationnel courant a bondi de 47% à 
3,94 milliards d'euros et sa marge de 4,0 points à 28,9%.
    Cette performance a été largement tirée par la locomotive
Gucci, qui pulvérise tous ses records. Ses ventes ont encore
décollé de 37% l'an dernier sur des bases de comparaison déjà
très élevées (elles avaient bondi de 45% en 2017) et ont franchi
les 8,0 milliards de chiffre d'affaires à 8,3 milliards d'euros.
Sa rentabilité a quant à elle grimpé de 5,3 points pour
atteindre 39,5%, là aussi un record pour la marque. 
    
    * COTY ANTICIPE UN BÉNÉFICE AU S2 2018-2019
    8 février - Coty  COTY.N , propriétaire des parfums Gucci,
Marc Jacobs et Burberry, a dit vendredi anticiper un bénéfice
net pour le second semestre de l'exercice 2018-2019, tout en
faisant état pour le deuxième trimestre, clos le 31 décembre, de
cet exercice de résultats supérieurs aux attentes.
    Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre du groupe
américain de produits de beauté et de soin s'envolait de près de
19%.
    Au cours des deux dernières années, Coty, qui a récemment
changé de directeur général et dont l'activité a récemment été
plombée par des problèmes de logistique, n'a réalisé qu'un seul
trimestre bénéficiaire.       
    
    * L'ORÉAL-LE LUXE ET L'ASIE PORTENT LES RÉSULTATS ANNUELS 
    7 février - L'Oréal  OREP.PA  a publié jeudi des résultats
annuels portés par ses produits de luxe et de "cosmétique
active", dont les ventes explosent auprès de la clientèle
chinoise et qui ont permis de compenser la faiblesse des
produits grand public.
    Le numéro un mondial des cosmétiques a vu sa croissance
annuelle nettement accélérer le pas l'an dernier, signant sa
meilleure performance depuis 2007. Ses ventes ont progressé de
7,1% en données comparables, après une hausse de 4,8% en 2017, à
26,9 milliards d'euros, avec une progression de 7,7% sur le seul
quatrième trimestre, supérieure aux 6,4% attendus.
    Les ventes de produits de luxe comme Lancôme, Armani, Yves
Saint Laurent ou Kiehl's ont bondi de 14,4% sur l'année grâce à
un appétit chinois qui ne se dément pas. Ces quatre marques qui
ont franchi le cap du milliard d'euros de chiffres d'affaires -
et les 3,0 milliards pour Lancôme - ont toutes signé une
croissance à deux chiffres.  

    * TAPESTRY (COACH, KATE SPADE) ABAISSE SES PRÉVISIONS
    7 février - Tapestry  TPR.N , la maison de mode américaine
abritant les marques Coach, Kate Spade ou encore Stuart
Weitzman, a annoncé avoir révisé à la baisse ses prévisions de
bénéfice pour 2018-2019 après des chiffres mitigés pour le seul
deuxième trimestre, clos le 29 décembre, de cet exercice avec
notamment un recul des ventes des sacs à main Kate Spade.
    Pour l'ensemble de l'exercice, Tapestry a dit tabler
désormais sur un résultat par action hors exceptionnels compris
entre 2,55 et 2,60 dollars contre une fourchette précédente
allant de 2,75 à 2,80 dollars. 
    
    * CAPRI A FAIT MIEUX QUE PRÉVU AVANT LES FÊTES
    6 février - Capri Holdings  CPRI.N  a réalisé un bénéfice
meilleur que prévu sur le trimestre des fêtes de fin d'année, de
1,76 dollar par action contre 1,58 dollar attendu, en raison
notamment du dynamisme de sa marque Jimmy Choo.
    Le groupe, propriétaire aussi des marques Michael Kors et
Versace, a en outre fourni une prévision de bénéfice par action
pour 2020 supérieure de neuf cents aux anticipations du marché,
de 4,95 dollars par action.
    
    * RALPH LAUREN DÉPASSE LES ATTENTES AVANT LES FÊTES
    5 février - Ralph Lauren  RL.N  a publié mardi des résultats
meilleurs que prévu pour le trimestre des fêtes de fin d'année
en récoltant les fruits d'une hausse de 18% de ses
investissements marketing.
    Le groupe américain est ainsi parvenu à séduire davantage de
clients via des partenariats avec des événements dans la mode ou
la promotion de ses marques par des mannequins ou des actrices
sur les réseaux sociaux.
    Le chiffre d'affaires du groupe américain est passé de 1,64
milliard (1,43 milliard d'euros) à 1,73 milliard de dollars au
troisième trimestre de son exercice décalé alors que les
analystes attendaient 1,66 milliard, selon les données IBES de
Refinitiv. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action
est ressorti à 2,32 dollars, également au-dessus du consensus
des analystes qui était de 2,15 dollars.
    
    * ESTÉE LAUDER RELÈVE SES PRÉVISIONS 
    5 février - Estée Lauder  EL.N  a relevé mardi ses
prévisions de bénéfice et de chiffre d'affaires annuels après
des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, portés par
la forte demande pour ses crèmes pour la peau et par sa
croissance dans la région Asie-Pacifique (+17%), dans le
commerce en ligne et dans le "travel retail".
    Le groupe américain prévoit désormais pour l'exercice clos
fin juin 2019 un bénéfice ajusté compris entre 4,92 et 5 dollars
par action contre une fourchette précédente de 4,73-4,82 dollars
par action. Le chiffre d'affaires ajusté est lui attendu en
croissance de 8 à 9% contre une hausse de 7-8% auparavant.
    Au deuxième trimestre, le bénéfice ajusté est ressorti à
1,74 dollar par action contre un consensus de 1,55 dollar, selon
les données IBES de Refinitiv. Les ventes nettes ont crû de 7% à
4,01 milliards de dollars (3,51 milliards d'euros), dépassant
également l'estimation moyenne des analystes qui était de 3,92
milliards, d'après les chiffres de Refinitiv. 
    
    * SWATCH RALENTIT AVEC L'ASIE ET LA FRANCE   
    31 janvier - Swatch Group  UHR.S  a fait état jeudi d'un
ralentissement de son activité au cours des trois derniers mois
de 2018 en raison d'une contraction de la demande en Asie et de
"très faibles" ventes en France, avec pour conséquence des
résultats annuels moins bons que prévu.
    L'horloger suisse, propriétaires des marques Swatch, Tissot
ou Breguet, pense cependant redresser la tête cette année,
notamment en Asie grâce à sa solide position en Chine. Il a
ainsi constaté une "croissance solide" de son activité en
janvier.
    Le chiffre d'affaires a progressé de 5,7% à changes
constants en 2018, à 8,48 milliards de francs (7,42 milliards
d'euros), alors que les analystes interrogés par Reuters
anticipaient 8,65 milliards. Le bénéfice net a lui aussi été
inférieur aux attentes, bien qu'en hausse de 14,8% à 867
millions de francs, contre 952 millions attendus, ce qui va
amener le groupe suisse à proposer un dividende moins élevé que
prévu de 8 francs par action.
    
    * LVMH CONFIANT APRÈS DE NOUVEAUX RECORDS, LV SE DISTINGUE
    29 janvier - LVMH  LVMH.PA , qui a vu ses résultats annuels
atteindre de nouveaux records en 2018 et les ventes de Louis
Vuitton accélérer contre toute attente en fin d'année, a affiché
mardi sa confiance pour l'année 2019.
    Le numéro un mondial du luxe, propriétaire de 70 marques
dont Dior, Bulgari ou Moët & Chandon, a bouclé l'année sur une
très robuste croissance de 11%, après une hausse de 12% en 2017,
faisant près de deux fois mieux que le marché mondial dont la
hausse est estimée à environ 6% par le cabinet Bain. Son
résultat opérationnel a grimpé de 21%, atteignant pour la
première fois la barre des 10,0 milliards d'euros, pour une
marge de 21,4%, en progression de 1,9 point.
    Ces performances, qui interviennent alors que les
investisseurs craignaient l'impact du ralentissement d'un moteur
chinois devenu crucial (la clientèle chinoise pèse pour plus du
tiers des ventes mondiales de luxe) et celui du mouvement des
"Gilets jaunes" en France, sont largement à mettre au profit de
Louis Vuitton qui pèse pour plus de la moitié des profits du
groupe.  
    
    * INTERPARFUMS CONFIANT POUR 2019 APRÈS UN BON T4 2018
    29 janvier - Interparfums  IPAR.PA , qui a vu ses ventes
bondir en fin d'année dernière grâce surtout au succès des
parfums de l'américain Coach  TPR.N  aux Etats-Unis, a une
nouvelle fois révisé en légère hausse sa prévision de marge
opérationnelle pour 2018 et s'est montré confiant pour 2019.
    Les ventes du concepteur de parfums sous licence ont décollé
de 19,9% à 118,1 millions d'euros au quatrième trimestre,
permettant au chiffre d'affaires annuel d'atteindre 455,3
millions d'euros, signant une hausse de 8% et de 11% à taux de
changes constants.
    Fort de ces performances, le groupe estime que sa marge
opérationnelle "pourrait dépasser les 14%" en 2018, au lieu des
13,5% à 14% attendus auparavant, et que son chiffre d'affaires
pourrait atteindre 470 millions d'euros à l'issue de l'exercice
en cours, une prévision qui pourrait toutefois être revue à la
hausse au regard de la dynamique observée en début d'année.
    
    * LES VENTES DE VRANKEN POMMERY EN HAUSSE EN 2018
    28 janvier - Vranken Pommery Monopole  VRKP.PA , deuxième
acteur champenois, a annoncé lundi une hausse de 2,3% de son
chiffre d'affaires dans le champagne en 2018, le renforcement du
groupe à l'international ayant compensé l'impact du mouvement
social des Gilets jaunes en France sur son activité.
    "En France, les ventes suivent les tendances de l'évolution
du marché. Le contexte totalement inédit de la fin d'année a en
effet privé le groupe d'une partie des performances attendues",
a dit Vranken Pommery Monopole dans un communiqué.
    Le chiffre d'affaires réalisé à l'international a ainsi
représenté 55% des ventes en 2018 sur un total de 300,4
millions, stable en données publiées car Listel est sorti du
périmètre courant 2017. A périmètre comparable, le chiffre
d'affaires ressort en hausse de 3,8%.
    
    * LES VENTES DE TOD'S ONT BAISSÉ EN 2018
    23 janvier - Tod's  TOD.MI  a annoncé mercredi une baisse de
3% de ses ventes à périmètre comparable en 2018 en raison d'une
détérioration de son activité en Italie et dans le reste de
l'Europe au quatrième trimestre.
    Le groupe italien, célèbre notamment pour ses mocassins, a
réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 940,4 millions
d'euros, un niveau légèrement inférieur au consensus Refinitiv
des analystes, de 948 millions d'euros.

    * BURBERRY RÉALISE DES VENTES INFÉRIEURES AUX ATTENTES
    23 janvier - Burberry  BRBY.L  a fait état d'une hausse de
1% de ses ventes à magasins constants au troisième trimestre de
son exercice 2018-2019 alors que les analystes avaient anticipé
en moyenne une progression de 2%.
    Le groupe britannique, dont la première collection de son
nouveau directeur artistique Riccardo Tisci sera disponible le
mois prochain en magasin, a confirmé pour l'ensemble de
l'exercice sa prévision d'une stabilité aussi bien des ventes
que de la marge opérationnelle ajustée à taux de change
constants.
    Burberry, connu pour ses trench-coats, avait dit en novembre
avoir reçu une "réponse exceptionnelle" à la première
collection, présentée en septembre, de Riccardo Tisci.
 
        
    * HUGO BOSS-CA DU T4 MEILLEUR QUE PRÉVU AVEC LA CHINE
    22 janvier - Hugo Boss  BOSSn.DE  a enregistré une
croissance plus marquée que prévu de ses ventes ajustées au
quatrième trimestre, les performances du groupe de mode
allemand, surtout connu pour ses costumes pour hommes, ayant été
tirées par la Chine, la Grande-Bretagne et la France ainsi que
par l'activité en ligne.
    Le chiffre d'affaires est ainsi ressorti à 783 millions
d'euros sur la période contre un consensus Refinitiv de 762
millions.
    Hugo Boss a également dit que son bénéfice brut pour
l'ensemble de 2018 devrait à peu près être équivalent à celui de
2017.

    * TIFFANY A VU SES VENTES RECULER PENDANT LES FÊTES
    18 janvier - Tiffany & Co  TIF.N  a affiché vendredi sa
prudence sur sa prévision de bénéfice annuel après un recul
inattendu de ses ventes durant la période des fêtes de fin
d'année en raison d'une baisse des dépenses des touristes
chinois dans le monde et d'un fléchissement de la demande en
Europe et aux Etats-Unis. 
    Sur la période novembre-décembre, les ventes du joaillier
américain dans le monde à périmètre comparable ont reculé de 2%
et les ventes nettes de 1% alors qu'il tablait sur une hausse
modeste.
    Tiffany prévoit désormais un bénéfice sur l'ensemble de
l'année dans le bas de sa fourchette de prévision de 4,65 à 4,80
dollars par action tandis que les ventes sont attendues en
hausse de 6% à 7%, contre une précédente prévision d'une
croissance dans le haut d'une fourchette à un chiffre.    
    
    * RICHEMONT-LES GILETS JAUNES ONT PESÉ, LA CHINE RÉSISTE 
    11 janvier - Richemont  CFR.S  a fait état vendredi d'un
léger ralentissement de la croissance de ses ventes au cours du
dernier trimestre 2018, le mouvement de contestation des "Gilets
jaunes" en France ayant pesé sur sa performance en Europe alors
que l'activité en Chine est restée dynamique.  
    Le groupe de luxe suisse, propriétaire entre autres de la
marque Cartier, a vu ses ventes progresser de 5% à taux de
changes constants sur la période octobre-décembre, troisième
trimestre de son exercice décalé, contre une croissance de 8%
sur les six mois précédents.
    Ce résultat ne tient pas compte des récentes acquisitions
des distributeurs en ligne Yoox Net-A-Porter (YNAP) et
Watchfinder. En incluant ces deux plates-formes, la croissance
des ventes a atteint 24% à changes constants, ce qui est
conforme à la prévision moyenne des analystes établie par
Inquiry Financial pour Reuters.

 (Service Entreprises)
 

Valeurs associées

MIL +1.94%
MIL +0.26%
MIL +0.40%
Euronext Paris +2.82%
Euronext Paris -0.21%
Euronext Paris +2.34%
Euronext Paris +2.55%
Euronext Paris +1.87%
Euronext Paris 0.00%
LSE +0.86%
XETRA +1.44%
Swiss EBS Stocks -0.10%
Swiss EBS Stocks -0.83%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.