Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Livraison de repas en Europe : une croissance "rapide et furieuse", une rentabilité en vue
information fournie par Reuters 11/09/2023 à 17:01

*

Les indices boursiers américains affichent des gains modestes: Le Nasdaq est en tête avec une hausse de ~0,5

*

Le secteur de la consommation est en tête des gains de l'indice S&P; le secteur de l'énergie est le plus faible

*

L'indice Euro STOXX 600 progresse de ~0,4%

*

Le dollar plonge; le bitcoin perd ~3%; le brut reste stable, l'or est en légère hausse

*

Le rendement du Trésor américain à 10 ans remonte à ~4,296%

Bienvenue sur le site de la couverture en temps réel des marchés par les journalistes de Reuters. Vous pouvez nous faire part de vos réflexions à l'adresse suivante

LIVRAISON DE REPAS EN EUROPE: UNE CROISSANCE "RAPIDE ET FURIEUSE" VERS LA RENTABILITE (1100 EDT/1500 GMT)

Le secteur européen de la livraison de repas est proche d'un point d'inflexion, avec un chemin tracé vers la rentabilité, une concurrence rationalisée et une croissance potentielle, selon Bernstein.

"Au cours des deux dernières années, le secteur européen de la livraison de produits alimentaires est passé d'un état de guerre à croissance rapide et à forte concurrence avec les excès du capital libre à une course rationnelle vers la rentabilité et le butin de guerre", a écrit Bernstein dans une note.

En ce qui concerne les sociétés spécifiques, la société allemande de livraison de repas à emporter en ligne Delivery Hero DHER.DE a revu à la hausse ses perspectives de revenus annuels le mois dernier, tandis que la société britannique Deliveroo ROO.L a revu à la hausse ses prévisions de bénéfices annuels.

Just Eat Takeaway.com TKWY.AS , la plus grande entreprise européenne de livraison de repas, a enregistré un bénéfice de base supérieur aux prévisions au premier semestre de l'année.

Les livraisons de repas ont connu un essor considérable pendant les périodes de fermeture dues aux pandémies, mais les entreprises réduisent désormais leurs coûts et améliorent l'efficacité de leurs activités afin d'augmenter leurs bénéfices, car les consommateurs à court d'argent réduisent leurs dépenses pour les produits non essentiels.

Le bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) de l'industrie mondiale de la livraison de nourriture devrait être d'environ 3 milliards de dollars en 2023, passant de pertes annuelles de près de 1 milliard de dollars en 2019-21, selon les estimations de la maison de courtage.

Bernstein affirme également que l'histoire de la croissance à long terme est intacte, car le marché total adressable de la livraison de nourriture (TAM) s'élevait à 1 000 milliards de dollars en 2021, mais les plateformes de livraison de nourriture n'en capturaient que 30 %, ce qui laisse une grande marge de manœuvre pour la croissance.

Toutefois, Bernstein indique que le marché de la livraison de repas ne s'est pas consolidé et qu'il pourrait donc y avoir une consolidation à grande échelle en Europe, en Asie et en Amérique du Sud au cours des prochaines années.

(Siddarth S)

*****

WALL STREET A DES GAINS POUR LE PETIT DÉJEUNER (1007 EDT/1408 GMT)

Au début de la première semaine de 5 jours de septembre, les principaux indices de Wall Street sont d'humeur plus joyeuse lundi matin après avoir tous trois enregistré des baisses hebdomadaires au cours de la semaine précédente, qui avait été écourtée par les vacances.

Les investisseurs se sont concentrés la semaine dernière (link) sur les informations en provenance de Chine concernant l'interdiction de l'utilisation de l'iPhone par les fonctionnaires du pays.

De plus, alors que les prix du pétrole semblaient penser que la seule voie était la hausse, cela a rongé la confiance avant les lectures de l'inflation d'août avec l'indice des prix à la consommation prévu pour mercredi et l'indice des prix à la production pour jeudi. L'une des principales préoccupations (link) est de savoir si ces données inciteront la Réserve fédérale à se montrer plus optimiste ou si elles la rassureront sur le fait qu'une pause dans les hausses de taux est toujours appropriée, ou même si des réductions pourraient se profiler à l'horizon.

Au milieu de tout cela, les investisseurs surveilleront ce qui devrait être la plus grande introduction en bourse de l'année jusqu'à présent, Arm Holdings devant faire ses débuts sur le marché jeudi.

Si l'introduction en bourse se déroule bien, Carol Schleif, responsable des investissements au sein du Family Office de BMO à Minneapolis, estime que les valeurs technologiques en général pourraient être stimulées. Mais quel que soit le niveau de notoriété d'une introduction en bourse, rien n'est jamais acquis (link).

"Avec la pénurie d'introductions en bourse cette année, ils vont vouloir s'assurer que l'opération se déroule de manière solide", a déclaré M. Schleif lors d'un récent entretien avec l'agence Reuters.

Toutefois, jusqu'à présent, lundi, le secteur de la technologie ne va nulle part et est légèrement dans le rouge, tandis que les trois principales moyennes progressent, même si c'est légèrement. Le secteur de la consommation discrétionnaire est toutefois en hausse de plus de 1 %, Tesla (link) TSLA.O faisant le gros du travail après un rapport d'analyste haussier.

Seul l'avenir nous dira si le marché du matin a commencé avec des glucides vides ou s'il a quelque chose de plus solide au menu pour tenir toute la journée.

Voici un instantané à partir de 1007 EDT:

(Sinéad Carew)

*****

LE NASDAQ COMPOSITE SE DÉGONFLE AVANT LA PUBLICATION DES DONNÉES SUR L'INFLATION (0900 EDT/1300 GMT)

Avant la publication des données clés sur l'inflation (link) cette semaine, l'action des prix est devenue nerveuse.

En effet, les trois principaux indices ont tous chuté la semaine dernière, le Nasdaq Composite .IXIC étant le plus touché. L'indice à forte composante technologique a perdu près de 2 %.

Dans ce contexte, une mesure de la force interne, l'indice Nasdaq New High/New Low (NH/NL), sur une base journalière, a vu sa hausse s'éloigner de sa pause de la fin août. Peut-être que les données sur l'inflation de cette semaine aideront à clarifier ce que sera le prochain grand mouvement de cette mesure:

L'indice NH/NL a récemment atteint un plancher de 17,5 % le 25 août. Grâce à la vigueur du Nasdaq, il a atteint 32,8 % le 6 septembre. Depuis lors, il s'est dégonflé (link), terminant vendredi à 31,1 %.

Les contrats à terme E-mini Nasdaq 100 NQcv1 sont en hausse dans les échanges de pré-marché lundi et les traders chercheront à voir si l'indice NH/NL peut reprendre sa progression sans briser sa moyenne mobile ascendante de 10 jours (DMA). La moyenne mobile à 10 jours a terminé vendredi à 26,4 % et devrait remonter à environ 27,5 % lundi.

Une clôture en dessous de la 10-DMA peut suggérer que le Nasdaq pourrait perdre plus d'air dans ses pneus, la mesure menaçant alors des niveaux dans la zone 20,4 %-18,0 %. Les creux de 2023 se situent dans la zone 17,5 %-13,9 %.

Le franchissement des 32,8 % sera à nouveau constructif.

Une poussée au-dessus de la zone 39,5 %-40,8 % peut suggérer la possibilité d'une hausse substantielle. Son plus haut de juillet était à 71,3 %.

(Terence Gabriel)

*****

POUR LES POSTS EN DIRECT DES MARCHÉS DE LUNDI AVANT 0900 EDT/1300 GMT - CLIQUEZ ICI (link)

Valeurs associées

17 862.23 Pts Index Ex +0.03%
38 834.86 Pts Index Ex +0.15%
5 487.03 Pts CBOE +0.25%
12.01 EUR Euronext Amsterdam 0.00%
7 628.80 Pts Euronext Paris +0.76%
0.00 Pts Euronext Paris 0.00%
133.40 GBX LSE -1.19%
26.52 EUR XETRA -4.16%
505.42 Pts DJ STOXX +0.73%
515.01 Pts DJ STOXX +0.69%
4.26 Rates -0.08%
DAX
18 123.58 Pts XETRA +0.31%
33 315.68 Pts FTSE Indices +1.24%
65 181.86 USD NEXC -3.23%
Or
2 329.00 USD Six - Forex 1 -0.17%
11 068.50 Pts Sibe +1.00%
184.86 USD NASDAQ -1.38%
8 191.29 Pts FTSE Indices +0.60%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 11/09/2023 à 17:01:58.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.