1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les sites en France de Saint Louis Sucre ne seront pas cédés mais arrêtés
Reuters23/05/2019 à 17:17

 (Actualisé avec réaction de la CGB et du ministère de
l'Agriculture)
    PARIS, 23 mai (Reuters) - Le groupe allemand Südzucker
 SZUG.DE , numéro un du raffinage du sucre en Europe, a annoncé
jeudi qu'il ne comptait pas céder à un repreneur les sites de
production en France de sa marque Saint Louis Sucre qu'il veut
fermer dans le cadre de son plan de restructuration.
    Ce plan, annoncé en février, prévoit l'arrêt de plusieurs
sucreries du groupe en Europe, dont Cagny (Calvados), qui compte
85 salariés, et Eppeville (Somme), qui emploie 132 personnes. 
    Südzucker avait alors dit avoir opté pour ces mesures en
réaction à l'effondrement mondial des cours du sucre - tombés à
un creux de 10 ans à la fin de 2018 - suite à la fin, en 2017,
des quotas instaurés dans l'Union européenne.  
    "Saint Louis Sucre ne vendra pas ses sites de production",
déclare dans un communiqué le président du directoire de
Südzucker, Wolfgang Heer.
    "Nous n'arrêtons pas la production de sucre pour la proposer
à d'autres acteurs, mais bien pour retirer des capacités du
marché", ajoute-t-il. 
    Le groupe allemand considère désormais que le projet de
reprise des sites de Cagny et d'Eppeville ne résoudra pas le
problème de surproduction. Il ajoute que la France représente un
marché excédentaire et produit deux fois plus de sucre qu'elle
n'en consomme.
    
    DÉCISION UNILATÉRALE
    La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB),
qui avait monté un projet de reprise des deux sites via une
coopérative dont le capital est détenu par les planteurs avec
éventuellement d'autres investisseurs, a déclaré jeudi qu'elle
"ne laisserait pas Südzucker imposer des fermetures iniques et
sauvages". 
    "Le groupe allemand s'était engagé à étudier scrupuleusement
l'offre de reprise des planteurs français pour les usines de
Cagny et Eppeville et de revenir vers la CGB sous trois semaines
à réception de la dite offre", rappelle la confédération dans un
communiqué.
    "Avec ce communiqué du 23 mai, Südzucker déclare refuser
unilatéralement toute offre avant même que la CGB n'ait pu la
déposer. L'industriel est donc, avec ces déclarations, revenu
sur sa parole augmentant encore davantage la rupture de
confiance avec les planteurs français", ajoute-t-elle.
    "Si Südzucker refuse de nous recevoir rapidement, nous irons
alors directement partager notre analyse et présenter notre
projet aux actionnaires de Südzucker le 18 juillet prochain lors
de l'assemblée générale du groupe", prévient Franck Sander,
président de la CGB. 
    Au ministère français de l'Agriculture, un porte parole a
déclaré: "le ministère reste aux côtés de la filière", refusant 
toutefois de commenter les négociations entre Südzucker et la
CGB.

 (Claude Chendjou, avec Sybille de La Hamaide et Gus Trompiz,
édité par Benoît Van Overstraeten)
 

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer