Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

"Le risque récessif n'a jamais été aussi élevé"
information fournie par Le Cercle des analystes indépendants04/09/2019 à 11:10

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric Galiègue

Valquant Expertyse

Président

Depuis décembre 2017 en Europe et aout 2018 aux USA, les indicateurs avancés se sont retournés, comme le retrace notre indicateur synthétique « VALQUANT ECONOMIC MOMENTUM », combinaison d'indicateurs de confiance du consommateur et de moral des entreprises. (crédit adobestock)

Depuis décembre 2017 en Europe et aout 2018 aux USA, les indicateurs avancés se sont retournés, comme le retrace notre indicateur synthétique « VALQUANT ECONOMIC MOMENTUM », combinaison d'indicateurs de confiance du consommateur et de moral des entreprises. (crédit adobestock)

Voilà 18 mois que les marchés financiers s'inquiètent d'un risque récessif. Déjà, en 2015-2016 le ralentissement chinois avait suscité une phase baissière sur les marchés d'actions. La baisse de régime de l'Empire du Milieu avait été finalement contrôlée, et en Europe le lancement des opérations de « Quantitative Easing » avait probablement contribué au regain de croissance en 2017. Ainsi, le haut de cycle de la conjoncture économique a été atteint en 2017 en Europe et 2018 aux USA, avec des taux de croissance de respectivement 2,4 % en France et en Allemagne, et de 2,9% aux USA.

Depuis décembre 2017 en Europe et aout 2018 aux USA, les indicateurs avancés se sont retournés, comme le retrace notre indicateur synthétique « VALQUANT ECONOMIC MOMENTUM », combinaison d'indicateurs de confiance du consommateur et de moral des entreprises.

Valquant Economic Momentum

Valquant Economic Momentum

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

En Europe, leur affaiblissement est aujourd'hui bien plus marqué qu'en 2014-2015. Le cours des actions est corrélé avec ces indicateurs avancés d'activité, et ils ont pour l'instant suivi, sans l'amplifier, leur dégradation.

Euro Stoxx et conjoncture économique : evolution depuis 1999

Euro Stoxx et conjoncture économique : evolution depuis 1999

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Les optimistes font le parallèle avec 2015 et considèrent que la hausse peut se poursuivre, car le risque récessif est sous contrôle grâce aux politiques monétaires d'hyper liquidité, confirmées hier par la future présidente de la BCE, Christine Lagarde. Il y a pourtant plusieurs différences de taille entre la situation actuelle et celle qui prévalait au second semestre 2015.

La première est l'élection de Donald Trump à la présidence des USA en novembre 2016, et sa volonté de conserver le leadersip mondial des USA, menacé aujourd'hui par la Chine. La querelle commerciale en cours n'est que la partie immergée de l'iceberg. La confrontation USA - Chine est faite pour durer. Elle va marquer très probablement les 10 prochaines années, et pourrait mal se terminer. On voit donc mal comment la situation actuelle, qui s'est aggravée depuis le début du mois d'Aout, pourrait trouver un épilogue rapide et heureux. Nous n'y croyons pas.

La deuxième est l'imminence du Brexit. Quelle qu'en soit l'origine maléfique et hautement politicienne de la part de M. Cameron, cette séparation du Royaume Uni de l'Union Européenne est profondément contre nature en termes économiques. Le Royaume Uni est partie intégrante de l'Europe, que les politiques de ce pays le veuillent ou non. Mettre en œuvre un divorce est particulièrement récessif. La plupart des organismes internationaux concernés l'ont affirmé : le Brexit peut catalyser une récession européenne et mondiale. Même le gouverneur de la Banque d'Angleterre Marck Carney l'a affirmé ; les répercussions du Brexit seront négatives pour l'activité économique Outre-Manche et en Europe.

La troisième est l'inversion de la courbe des taux aux USA, qui a été largement commentée récemment et a inquiété les marchés américains. Le signal est particulièrement clair ; le taux à 10 ans est passé sous le taux à 2 ans, et sous les taux de la FED. Historiquement, ce phénomène financier a coïncidé avec une contraction de l'activité observée dans les 18 mois.

Evolution depuis 1985 du taux des emprunts de l'Etat US

Evolution depuis 1985 du taux des emprunts de l'Etat US

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Le quatrième est le fort ralentissement de la croissance des bénéfices, qui est plus long et plus marqué depuis 18 mois en Europe qu'en 2015-2016.

Europe

Europe

Source : Factset et VALQUANT EXPERTYSE

Le cours des actions européennes a subi trois phases correctives au cours de la période post crise 2009. Aucune n'a remis en cause une tendance de fond restée haussière. La première (2011) a eu pour cause la crise grecque et le risque de désagrégation de l'Europe et de l'€. La seconde (second semestre 2015 et début 2016) a sanctionné le ralentissement structurel de l'économie chinoise, considérée comme le moteur du monde. La troisième (dernier trimestre 2018) a eu pour cause la combinaison des tensions commerciales sino américaines, le risque Brexit, la hausse des taux de la FED, et l'annonce de la fin du QE de la BCE.

Des attentes considérables de baisse de taux de la FED et de remise en place de politiques non conventionnelles de la BCE, ont permis au marché européen de retrouver leur tendance haussière dès avril 2019. Néanmoins, le risque récessif reste bien là : il n'a jamais été aussi élevé, et est causé par plusieurs phénomènes bien identifiés. Même si l'on veut bien croire que les banques centrales possèdent forcément le remède, ce dont on peut toujours douter, il faudra bien que le mal se déclare avant qu'elles ne l'utilisent. C'est ce mal qui pourrait faire chuter le cours des actions, et nous incite à la prudence en cette période de l'année.

Eric GALIEGUE - VALQUANT EXPERTYSE www.valquant.fr -

Le Cercle des Analystes Indépendants

3 commentaires

  • 09 septembre17:31

    mis à part l'inversion de la courbe des taux (bien difficile à interpréter dans l'environnement de taux inédit que nous connaissons) : le risque commercial et le brexit sont des risques bien réels


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.