Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Le FMI met en garde sur les attentes autour de la finance durable
information fournie par Newsmanagers19/10/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Outre des prévisions un peu moins optimistes pour la croissance, le Fonds monétaire international (FMI) est revenu, mardi dans son Global Financial Stability Report (GFSR, chapitre 3), sur les attentes autour de la finance durable. L' institution reconnaît que les fonds d' investissement durable peuvent être un moteur important de la transition mondiale vers une économie plus verte, du fait de leur capacité à influencer directement les entreprises par leur gouvernance et leur politique de vote (stewardship) : les fonds ont voté en faveur de 50% des résolutions climat en 2020 (70% pour les fonds environnementaux), contre 20% en 2015. Les auteurs du chapitre notent aussi que " les investisseurs durables pourraient avoir des avantages en termes de stabilité financière, car ils sont moins sensibles aux rendements à court terme" .

Cependant, malgré un doublement en quatre ans, le secteur reste trop limité en taille pour avoir de l' effet : 3.600 milliards de dollars en 2020 (sur plus de 50.000 milliards sous gestion), dont seulement 130 milliards pour les fonds axés sur le climat. Selon les auteurs, il faudrait 20.000 milliards d' investissements supplémentaires au cours des deux prochaines décennies pour accompagner la transition vers une économie sans émission supplémentaire nette de gaz à effet de serre (Net zero). Ils soulignent que la transition implique " des politiques budgétaires fortes, complétées par un large éventail de politiques réglementaires et financières" .

Un traitement fiscal favorable

Le FMI suggère de continuer à soutenir le secteur de la finance durable de trois manières. Tout d' abord, en renforçant l' information sur le climat (données, divulgations, classifications) à la fois sur les entreprises – les gestionnaires d' actifs regrettent que le manque de données fiables reste un obstacle majeur à la mise en œuvre de stratégies d' investissement durables - et sur les fonds eux-mêmes. " Par exemple, de meilleurs systèmes de classification des fonds, où les étiquettes et les taxonomies seraient utilisées et comprises de manière uniforme, aideraient à résumer la stratégie d' investissement d' un fonds et son approche en termes d' engagement et de ‘stewardship' " , poursuivent les auteurs, rappelant que les labels jouent un rôle moteur dans les flux vers ces fonds. Dans le prolongement de cette logique, une surveillance réglementaire appropriée doit être mise en place pour empêcher le " greenwashing" et renforcer la confiance dans la finance durable. Une fois ces éléments opérationnels, des outils pour canaliser l' épargne vers des fonds qui améliorent la transition seront importants. Par exemple, un traitement fiscal favorable pour les plans de retraite ou produits d' assurance-vie ciblés pourrait aider à compléter d' autres mesures de lutte contre le changement climatique comme les taxes sur le carbone.

Enfin, les auteurs remarquent que les nouvelles liées au climat n' ont pas eu d' impact significatif sur les rendements et les flux des fonds d' investissement dans le passé, mais que des chocs liés au risque de transition importants et soudains pourraient être plus perturbateurs à l' avenir. Pour atténuer les risques potentiels de stabilité financière découlant de la transition, " les décideurs devraient mettre en œuvre une politique climatique cohérente avec une transition ordonnée et effectuer des analyses de scénarios et des tests de résistance du secteur des fonds d' investissement" .

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.