Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le discours de Mario Draghi fait bondir les marchés boursiers
Boursorama22/10/2015 à 17:43

Le discours de Mario Draghi a été interprété positivement par les opérateurs de marché jeudi 22 octobre.

Le discours de Mario Draghi a été interprété positivement par les opérateurs de marché jeudi 22 octobre.

Débutée à 14h30 jeudi 22 octobre, la conférence de Mario Draghi a été interprétée positivement par les opérateurs alors que le président de la Banque Centrale européenne a évoqué un ré-examen en décembre du "quantitative easing" (plan de relance monétaire) de la BCE. L'annonce a été globalement interprétée comme la confirmation d'une accélération ou d'une prolongation à venir du programme d'achats d'actifs de la BCE pour injecter des liquidités dans l'économie européenne.

"The degree of monetary policy accommodation will need to be re-examined at our December monetary policy meeting" a-t-il déclaré ("L'intensité de la politique monétaire accomodante va devoir être réexaminée à notre prochaine réunion de politique monétaire en décembre").

Les opérateurs ont immédiatement réagi positivement à la nouvelle, le CAC40 bondissant en quelques secondes d'un niveau stable (+0,1%) à une hausse de 0,87%, 30 secondes après l'annonce. Les marchés européens ont poursuivi leur hausse au cours de la séance de questions-réponses faisant suite au discours du président de la BCE, ce dernier répétant sa volonté d'atteindre les objectifs fixés en termes d'inflation en zone euro. Le CAC40 a finalement clôturé à 4.802 points, en hausse de 2,28% par rapport à la veille.

Le discours du président de la BCE reflétait globalement une très grande prudence vis-à-vis des perspectives de l'économie mondiale : le sujet du ralentissement des émergents a été le premier abordé, après quoi Mario Draghi a souligné le problème d'une inflation toujours très faible en zone euro. Ce discours prudent et légèrement inquiet a été interprété positivement sur les marchés dans le sens où la BCE semble bien consciente de la nécessité d'agir sans tarder pour renforcer la dynamique européenne.

Mario Draghi a rappelé que l'actuelle politique de relance monétaire était flexible et pouvait donc facilement être ajustée en fonction des données macroéconomiques à disposition : "The asset purchase programme provides sufficient flexibility in terms of adjusting its size, composition and duration" ("Le programme d'achat d'actifs est flexible en termes d'ajustement de sa taille, de sa composition et de sa durée"). Le président de la BCE a ajouté : "We are open to a whole menu of measures" ("Nous sommes ouverts à un large panel de mesures"), sous-entendu : pour relancer davantage de croissance et d'inflation en zone euro.

Anthony Doyle, Directeur des investissements de l'équipe obligataire chez M&G Investments, commente : « Le Président de la Banque Européenne Mario Draghi s'est montré très conciliant face aux marchés aujourd'hui. En s'engageant à revoir le programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la BCE en décembre, Mario Draghi a donné clairement le signal d'une possible extension voire augmentation de celui-ci. Les obligations gouvernementales n'ont pas tardé à réagir à la nouvelle avec un Bund allemand à 2 ans atteignant un niveau des plus bas à -0,32%, et l'Euro tombant d'un centime et demi face au dollar américain ».

Lire à ce sujet : L'euro perd de sa valeur face au dollar avec le discours de Mario Draghi

Anthony Doyle rappelle également que « La BCE a acheté 478 milliards d'obligations depuis que le QE a été mis en place (13 milliards d'ABS, 122 milliards de dette couverte, 343 milliards d'obligations gouvernementales et supranationales) ce qui représente 3% du PIB. A titre de comparaison, le programme de QE de la Banque d'Angleterre de 375 milliards de Livres représente près de 20% du PIB. Il apparaît clairement que la BCE devrait et devra agir afin d'intensifier son programme d'achats d'actifs lors de sa prochaine réunion, compte-tenu de la grande marge de manoeuvre dont elle dispose ».

À noter qu'à 14h30 également, les chiffres hebdomadaires sur les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont été légèrement meilleurs que prévu, participant éventuellement à une partie de l'enthousiasme des investisseurs. 259.000 personnes se sont inscrites aux allocations chômage au cours de la semaine dernière aux Etats-Unis contre 265.000 attendues, le chiffre ne tenant évidemment pas compte des personnes ayant trouvé un travail et s'étant parallèlement désinscrites des listes.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3182284
    22 octobre18:22

    À poil les shorts. Capitalisme vaincra. L'euro est à risque oui aux légumes frais et au monde fini de Paul Velery.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer