1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le capital investissement touche un haut de cycle
Newsmanagers06/12/2019 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Le pire n' est jamais certain. Et sur le capital investissement, si les investisseurs redoutent parfois le pire, ils continuent non seulement de se positionner sur la classe d' actifs, mais aussi à en attendre des rendements extrêmement élevés. L' étude semestrielle de Coller Capital sur le secteur, menée auprès de 113 investisseurs institutionnels mondiaux (LP, pour limited partners), montre que 80% d' entre eux anticipent un rendement annuel de la classe d' actifs supérieur à 11% pendant les 3 à 5 ans à venir et 15% attendent une performance annualisée supérieure à 16%. " Toutes les classes d' actifs sont très chères, tirées à la hausse par des taux d' intérêts très bas. Les taux finiront par remonter, ce qui aura une conséquence sur le prix des actifs. Mais bien qu' étant conscients que le capital investissement peut voir ses rendements moyens baisser, les investisseurs anticipent toujours une performance du secteur bien supérieure à toutes les autres" , déclare François Aguerre, associé chez Coller Capital.

Pourtant, les risques sont bien présents. Une proportion de 92% des investisseurs estime que le niveau des valorisations actuel constitue un risque pour les prochains mois sur la classe d' actifs. De la même manière, d' autres facteurs de risque ont été identifiés, comme l' environnement macroéconomique (pour 90% des répondants), ou encore le protectionnisme (pour 69%). " Les investisseurs sont conscients des risques qui pèsent sur la classe d' actifs dans l'environnement actuel - comme sur la plupart des autres d' ailleurs. Sur certains points, ils expriment le sentiment que nous sommes aujourd' hui en haut d' un cycle. Ils considèrent, par exemple, que les valorisations sont très élevées ou que les taux de défaut vont augmenter sur la dette privée" , note François Aguerre.

Ces risques, s' ils s' accentuent, pourraient conduire à une situation préoccupante. L' enquête révèle en effet que les investisseurs ne s' estiment pas préparés à un renversement de tendance. Ainsi, 80% des investisseurs américains, 45% des européens et 70% des asiatiques, estiment que leurs portefeuilles nécessitent des modifications pour faire face à un prochain ralentissement économique. Cela peut s' expliquer par la manière dont ont été construit leurs portefeuilles. " L' allocation des investisseurs dans la classe d' actifs a eu tendance à croître ces dernières années, constate François Aguerre. Comme les valorisations progressent aussi, les millésimes plus récents, qui ont déployé leurs capitaux dans des actifs valorisés au plus haut, représentent un poids important dans leurs portefeuilles. C' est une des raisons pour lesquelles les LP ne s' estiment pas préparés à un retournement de cycle." .

Arrivée des investisseurs particuliers

Enfin, parmi d' autres éléments abordés dans l' étude de Coller Capital, celle-ci met en lumière le fait que les institutionnels ne voient pas d' un bon œil l' entrée des investisseurs particuliers dans la classe d' actifs. Mais cela n' est pas réellement lié aux risques que ces derniers pourraient prendre. Cela est plutôt dû au fait que le capital investissement reste un marché de taille contrainte et que la venue d' un nouveau type d' investisseurs sur une classe d' actifs très demandée crée un segment supplémentaire que les gestionnaires doivent servir. " L' univers du capital investissement reste très polarisé avec quelques gérants, les plus performants, qui dominent le marché. Les LP ont donc parfois du mal à obtenir les allocations qu' ils souhaitent dans les meilleurs fonds. Si le marché des particuliers accède à la classe d' actifs, cela laissera encore moins de place aux institutionnels" , explique François Aguerre.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

6100.72 +1.02%
EDF
11.135 +9.81%
18.4 -1.81%
65.25 +0.90%
48.505 -0.58%

Les Risques en Bourse

Fermer