Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La valeur du jour en Europe - Ryanair annonce un rachat d'actions d'un montant de 700 millions d'euros
information fournie par AOF 20/05/2024 à 11:16

(AOF) - Ryanair trébuche de 3,58% à 1532 pence à la bourse londonienne. La compagnie aérienne irlandaise a annoncé un bénéfice net en hausse de 34% à 1,92 milliard d'euros pour son exercice annuel décalé achevé fin mars, soutenu par une hausse du trafic et de ses tarifs, malgré un coût du carburant en hausse. Le consensus visé était de 1,905 milliard d'euros. Son chiffre d'affaires annuel s'est accru de 25% à 13,44 milliards d'euros. Ryanair se veut prudemment optimiste sur les tarifs d'été de ses billets qui devraient s'afficher stables ou légèrement supérieurs à ceux de l'an dernier.

Le directeur général, Michael O'Leary, a prévenu il y a deux semaines que les tarifs d'été seraient probablement inférieurs à la hausse de 5% à 10% envisagée fin avril. Ryanair a précisé lundi que ses prévisions dépendaient fortement des réservations de dernière minute pour l'été.

La première compagnie aérienne en Europe en termes de passagers transportés a par ailleurs indiqué être toujours dans l'attente de 23 appareils que Boeing doit lui livrer d'ici fin juillet; soulignant qu'il existe un risque - bien que "peu probable" - que les livraisons soient encore retardées.

Au cours de l'exercice annuel clos au 31 mars, Ryanair a transporté 184 millions de passagers et a réaffirmé son objectif de porter son trafic de 198 à 200 millions de passagers au cours de nouvel exercice.

La compagnie tablait initialement, en mars, sur un chiffre de 205 millions de passagers avant les retards de livraison d'avions.

Ryanair a également annoncé un rachat d'actions pour un montant de 700 millions d'euros, qui sera officiellement lancé dans le courant de la semaine.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Des résultats à nouveau fragilisés pour les compagnies européennes

Alors que le carburant représente jusqu'à 35% de leurs coûts, les professionnels estiment que les compagnies aériennes européennes ne devraient pas revenir aux bénéfices avant 2023 ou 2024 au plus tôt. Ces acteurs prévoient que les prix de l'énergie resteraient élevés au moins jusqu'en 2023. L'Association internationale du transport aérien (IATA) a annoncé une prévision de pertes cumulées de 9,7 milliards de dollars en 2022 pour les compagnies aériennes à travers le monde il faudra encore attendre 2023 pour voir le retour aux bénéfices à l'échelle globale du fait notamment de la flambée des coûts du pétrole et de la hausse des coûts de main-d'œuvre. Point positif : la demande de voyage semble résister aux incertitudes provoquées par la situation économique et politique internationale. Toutefois les incertitudes concernant le Covid, la guerre en Ukraine, ainsi que la hausse des prix renforcent les réservations de dernière minute. Selon l'Iata, seulement 8 % des réservations internationales passées fin mai allaient au-delà de septembre.

Le climat social se dégrade dans les compagnies low-cost

Ces compagnies bénéficient d'un redémarrage très fort. Elles avaient déjà réussi à accaparer 40% du trafic aérien en 2021, cette proportion pouvant même monter à 50% cette année. Toutefois des mouvements de grève ont affecté l'activité de Volotea, d'EasyJet et de Ryanair, avec des confrontations sur les rémunérations et les conditions de travail. De façon générale, le secteur se heurte à une pénurie de personnel. Après avoir coupé sévèrement dans leurs effectifs en 2020 et 2021, les compagnies et les aéroports doivent recruter urgemment pour accompagner le redécollage de l'activité.

Valeurs associées

16,26 EUR Tradegate -0,12%
1 411,00 GBX LSE -10,47%
16,36 EUR XETRA -0,24%
18,61 USD OTCBB 0,00%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 20/05/2024 à 11:16:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.