Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La reprise de la pandémie menace l'optimisme sur les résultats en Europe
Reuters19/10/2020 à 12:16

LA REPRISE DE LA PANDÉMIE MENACE L'OPTIMISME SUR LES RÉSULTATS EN EUROPE

LA REPRISE DE LA PANDÉMIE MENACE L'OPTIMISME SUR LES RÉSULTATS EN EUROPE

par Danilo Masoni et Julien Ponthus

MILAN/LONDRES (Reuters) - La reprise de l'activité économique après les confinements du printemps permettait d'espérer que les actions européennes sortent par le haut de la bande étroite dans laquelle elles fluctuent depuis plusieurs mois. Mais le retour en force des mesures de restriction pour freiner la résurgence de l'épidémie menace désormais ce scénario optimiste.

Le couvre-feu en France, la limitation des réunions privées au Royaume-Uni et les incitations à limiter les interactions sociales en Allemagne font craindre de voir le rebond économique tourner court. Or les actions européennes accusent encore un repli d'environ 11% depuis le début de l'année.

"Tout compte fait, ce trimestre est globalement un trimestre de reprise", estime Sylvain Goyon, responsable de la stratégie actions d'Oddo BHF à Paris. "Il y a eu une amélioration des attentes et il y a de bonnes chances que les prévisions économiques continuent d'être révisées à la hausse."

Selon les données Refinitiv I/B/E/S, les analystes financiers tablent pour le troisième trimestre sur une chute de 36,7% des bénéfices de l'indice Stoxx 600 par rapport à la même période l'an dernier.

"C'est mieux que ce qu'on a vu le trimestre dernier mais ça reste assez brutal", résume Philipp Lisibach, responsable de la stratégie actions globale de Credit Suisse à Zurich, en rappelant que les profits européens ont baissé de 51% au deuxième trimestre.

Signe de la fragilité de la tendance, les révisions à la baisse des estimations d'analystes, qui avaient pratiquement disparu en septembre, ont fait leur retour ces dernières semaines.

Au-delà des résultats de juillet-septembre, les investisseurs sont à l'affût d'indications sur le quatrième trimestre et 2021 ainsi que de commentaires sur l'évolution de l'activité ces dernières semaines ou encore sur l'impact du blocage des discussions entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Ils surveilleront aussi la manière dont les sociétés cotées maîtrisent l'évolution de leurs coûts et encaissent la hausse de l'euro.

Des résultats supérieurs aux attentes de grands noms ce la cote pourraient constituer "un catalyseur pour orienter les cours des actions à la hausse", estime Kevin Thozet, membre du comité d'investissement de Carmignac.

Un pronostic validé lundi par le bon accueil réservé par les marchés aux résultats de Philips, nettement supérieurs aux attentes.

La semaine dernière, les publications de Publicis, de Daimler, de LVMH et du chimiste allemand Covestro avaient déjà contribué à rassurer.

A l'agenda des jours prochains figurent entre autres Kering, L'Oréal et le suite Logitech, considéré comme l'un des gagnants européens de l'essor du télétravail lié à la crise.

En raison d'une exposition plus importante aux activités cycliques, l'évolution des bénéfices et les performances boursières en Europe sont davantage liées aux fluctuations de la conjoncture économique qu'aux Etats-Unis, où la tendance boursière est dictée pour une bonne part par les poids lourds des hautes technologies tels qu'Apple et Amazon.

Les secteurs européens de l'énergie et de la finance devraient ainsi enregistrer une baisse de leurs bénéfices de 81,6% et 38,6% respectivement au troisième trimestre.

Si ce déséquilibre explique en partie le retard des actions européennes par rapport aux américaines (le Standard & Poor's 500 est en hausse de 7% depuis le 1er janvier), il pourrait devenir un avantage une fois qu'un vaccin fiable sera disponible ou en cas de plan de relance massif aux Etats-Unis.

"Dans une période où l'économie reste soumise à une énorme pression, le manque de secteurs de croissance pénalise l'Europe mais dans le même temps, on peut avancer l'argument que si la reprise continue, il y aura un important potentiel de rattrapage", dit Philipp Lisibach.

Aux Etats-Unis, la baisse des profits au troisième trimestre devrait être limitée à 18,9% grâce au poids des "techs", qui ont bénéficié de l'évolution des modes de travail et de consommation ces derniers mois.

(Avec Sujata Rao à Londres, version française Marc Angrand, édité par Patrick Vignal)

Valeurs associées

MIL -1.09%
Euronext Paris +0.58%
Euronext Paris +0.05%
Euronext Paris +1.14%
Euronext Paris -0.29%
LSE -1.29%
SIX Swiss Exchange +0.28%
NASDAQ +0.39%
NASDAQ +0.41%
FTSE Indices +0.07%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 19/10/2020 à 12:16:07.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer