1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La principale interrogation des gérants pour la fin d'année
H24 Finance pour Boursorama09/10/2019 à 13:33

La principale interrogation des gérants pour la fin d'année (Crédits photo : Adobe Stock - )

Des marchés plutôt tranquilles malgré un climat tendu

Le mois de septembre a été relativement calme pour les actifs risqués malgré de nombreux évènements : relance des politiques accommodantes des banques centrales, procédure de destitution de Donald Trump, attaque sur les installations pétrolières d'Arabie Saoudite... Il a fallu attendre la toute fin du mois et la publication de très mauvais indicateurs économiques pour engendrer une correction des marchés.

S'il y a une chose à retenir ce mois-ci sur les marchés actions c'est le retour du style value (des titres décotés). Nous le savons, depuis le début de l'année ce sont les actions de style growth (celles dont la croissance des bénéfices est supérieure au marché) qui ont surperformé largement. Au contraire, en septembre les actions décotées ont eu de très bonnes performances à l'instar du secteur bancaire (+8,48% pour le MSCI Europe Financial, indice des financières européennes).

Pendant ce temps, les marchés obligataires ont connu une dynamique à deux vitesses. La première partie du mois, les rendements obligataires souverains ont fortement progressé, encouragés par l'optimisme concernant un possible accord commercial entre la Chine et les États-Unis. Les taux souverains ont atteint un pic mi-septembre. La seconde partie du mois, les rendements obligataires souverains ont été tirés vers le bas, principalement par les actions récentes des banques centrales.

Dans ce contexte, comment les gérants flexibles ont-ils réagi ?

Chez Amiral Gestion, les gérants constatent la forte polarisation du marché sur les grandes capitalisations et la croissance. Ils essaient donc de profiter de ces écarts en investissant plus avant sur des dossiers petites capitalisations et value. Cela étant dit, le taux d'investissement est passé de 33% à 28% en ligne avec l'évolution du P/E de Shiller.

Baisse également sur le fonds long/short de la société Alken AM. L'exposition nette passe de 38,10% à 32,59% pour une moyenne historique à 43,63% en raison de la mise en œuvre de nouvelles idées de « Single Short ».

A l'inverse, légère augmentation de l'exposition nette dans BDL Rempart Europe, géré par BDL CM, qui passe de 35% à 37%.

L'augmentation est plus sensible chez la Financière de l'Echiquier. Le gérant du fonds Echiquier ARTY a décidé de remonter le poids de la poche actions à 35% (hors couverture) contre moins de 31% le mois dernier, en renforçant les valeurs cycliques. La couverture reste en place à hauteur de 15% de la poche actions sur le Dax pour limiter la volatilité en cas de retournement.

Statu quo pour de nombreux fonds comme R-Co Club ou R-Co Valor (Rothschild & Co AM Europe) ou encore Haas Epargne Réactif (Haas Gestion) même si des changements d'exposition ont été opérés en cours de mois. Ainsi sur ce dernier fonds, le gérant a remonté son exposition actions courant de septembre de 62% à 67% pour la ramener à 62% fin de mois.

Idem chez Eleva Capital où l'exposition fin de mois à 27% (comme le mois précédent) masque un pic d'exposition nette de 36,65% au 19 septembre 2019. Comme à la Financière de l'Echiquier, les équipes de gestion d'Eleva retrouvent des opportunités au sein des valeurs cycliques.

On constate donc que le mois n'a pas été un mois de changement d'exposition globale actions mais un mois de rotation sectorielle. L'interrogation principale de nombreux gérants est la suivante : est-ce que la grande rotation sectorielle du style croissance vers le value a commencé ou est-ce juste un feu de paille ?

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dedem
    09 octobre16:47

    je n'investis plus en bourse, les investisseurs font n'importe quoi....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer