Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La hausse des péages d'autoroutes en 2019, nouvelle pomme de discorde
Reuters29/11/2018 à 15:55

    * Le barème de février prochain présenté le 11 décembre
    * La formule donnerait 1,8% d'augmentation, après +1,55% en
2018
    * Une estimation moyenne et provisoire-sources
    * Le gel des péages par Royal repercuté quatre ans plus tard

    par Gilles Guillaume
    PARIS, 29 novembre (Reuters) - La hausse des péages
autoroutiers prévue pour 2019, qui s'annonce plus forte que
cette année, risque de susciter une controverse plus animée que
d'habitude dans le contexte actuel du mouvement des Gilets
jaunes contre la vie chère.
    La présentation des nouveaux tarifs, qui devait être faite
devant le Comité des usagers le 26 novembre, a été repoussée au
11 décembre.
    Trois sources proches du dossier ont déclaré à Reuters que
l'application de la formule pourrait déboucher sur une
augmentation d'environ 1,8%, contre +1,55% en 2018.
    Deux de ces sources ont souligné qu'il ne s'agissait que
d'une estimation provisoire et moyenne, et que sur certains
réseaux d'autoroutes, l'augmentation pourrait être sensiblement
moindre.
    En août, Capital.fr avait calculé une fourchette allant de
+1,08% à +2,19%.
    "La hausse qui se profile est totalement inacceptable", a
déclaré Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40
Millions d'automobilistes. "Chaque nouvelle mesure de fiscalité
excessive qui pèse sur la voiture, essentielle à la vie des
Français, ajoute de l'essence sur le feu."
    Année après année, la hausse contractuelle des tarifs de
péages du 1er février alimente les critiques contre les
conditions de la privatisation des autoroutes françaises en
2006.
    Ces critiques, relayées par l'Autorité de la Concurrence en
2013, avaient même déclenché les deux années suivantes une grave
crise entre l'Etat et les concessionnaires, accusés de
bénéficier d'une rente juteuse. La crise s'était soldée par un
accord visant notamment à améliorer la transparence et la
régulation du secteur.
    
    INFLATION MULTIPLIEE PAR DEUX
    Ironie de l'histoire, c'est un épisode de ce bras-de-fer qui
contribuera à gonfler l'an prochain les péages sur les plus de
9.000 kilomètres concédés principalement aux sociétés privées
APRR et Vinci Autoroutes - respectivement filiales des groupes
de BTP Eiffage  FOUG.PA  et Vinci  SGEF.PA  - ou Sanef, filiale
de l'espagnol Abertis, tombé récemment dans l'escarcelle
italo-espagnole d'Atlantia  ATL.MI  et ACS  ACS.MC .
    La formule des péages s'applique aussi aux sociétés
d'autoroutes toujours détenues par l'Etat et les collectivités
territoriales, comme ATMB (Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc).
    Ségolène Royal, alors ministre de l'Ecologie, avait imposé
aux concessionnaires un gel des péages en 2015. Mais ce cadeau
aux automobilistes sera récupéré à partir de 2019, comme le
prévoyait l'accord de sortie de crise présenté par Emmanuel
Macron, alors ministre de l'Economie.
    Le mille-feuilles tarifaire des péages se décomposerait
ainsi l'an prochain en: 0,23% de hausse pour le rattrapage du
gel, au moins 0,2% au titre du financement du plan
d'investissement autoroutier de 700 millions d'euros, dernier en
date, et environ 1,33% correspondant à la répercussion de 70% de
l'inflation hors tabac.
    Cette dernière composante contribue aussi à l'accélération
des tarifs car elle a quasiment doublé en un an (impact de 0,72%
dans la hausse des péages de 2018).
    Rien n'indique que le gouvernement a déjà réfléchi à un
moyen de rendre l'application de la formule tarifaire plus
acceptable aux yeux de l'opinion, mais dans le contexte social
actuel, des discussions avec les concessionnaires ne sont pas
exclues.
    La partie des péages correspondant au dernier plan
autoroutier pourrait par exemple se transformer en une 
prolongation des concessions. Bien qu'également politiquement
sensible, elle présente l'avantage immédiat de minimiser la
valeur nominale des augmentations.
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès
des ministères de l'Economie et des Transports.
    Le plan de relance autoroutier de 2015 prévoyait ainsi 3,3
milliards d'euros d'investissements financés par les sociétés
d'autoroute en échange cette fois d'un allongement moyen de deux
ans et demi des concessions. Les principales expirent désormais
entre 2031 et 2036.

 (Avec Simon Carraud et Myriam Rivet, édité par Jean-Michel
Bélot)
 

Valeurs associées

MIL +1.32%
Euronext Paris +1.23%
Euronext Paris +1.22%
ACS
Sibe +1.37%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • BobMax7
    03 décembre12:21

    Et Ségolène Royal se gausse dans tous les medias qu'elle avait bloqué les hausses qui toutes doivent être appliquées cette fin d'année ou début 2019.Merci Madame Royal pour ce fiasco. Elle est comme Hollande à se valoriser alors que leur quinquennat a été un fiasco dont on subi les conséquences. D'où le mécontentement des Gilets Jaunes.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer