Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce est à court d'argent pour les 4 prochaines semaines (Amundi)

Boursorama15/07/2015 à 18:41

Six solutions s'offrent à la Grèce pour faire face à ses obligations financières de court terme. Chacune pose des problèmes.

La crise grecque s’est apaisée depuis l’accord trouvé lundi matin entre le gouvernement grec et ses partenaires européens. Néanmoins, à court terme, le pays fait face à de nombreuses échéances et ne dispose pas encore de l’aide européenne nécessaire pour payer les sommes dues.

L’aide financière européenne convenue lundi matin (82 à 86 milliards d’euros d’ici 2018) doit d’abord être approuvée par les parlements avant d’être versée progressivement. D’ici là, la Grèce a besoin d’un « pont financier ». Dans ce cadre, six options s’offrent à l’Etat grec, mais aucune n’est parfaite. Philippe Ithurbide, directeur de la recherche économique chez Amundi, fait le point sur les difficultés de chacune de ces solutions.

Quatre semaines tendues avant le déclenchement du plan d’aide

« Un pont financier pour la Grèce est nécessaire dans les 4 semaines à venir », explique ainsi Philippe Ithurbide. « En effet, dans le meilleur des cas, il faudra 4 mois pour conclure un accord après l’approbation des différents parlements (en Grèce aujourd’hui et en Allemagne vendredi) ».

« Les banques doivent rouvrir aussi tôt que possible, et la Grèce a désespérément besoin de liquidités pour faire face à ses engagements financiers sur le plan domestique et international. La Grèce a besoin de payer ses arriérés vis-à-vis du FMI (2 milliards d’euros), de rembourser la BCE (7 milliards d’euros d’ici la mi-août), et de payer les pensions et les salaires. Au total, on estime que la Grèce a besoin de 12 milliards d’euros d’ici la mi-août. Au minimum ».

Six options sur la table

L’organisation de ce « pont financier » est loin d’être simple. Les six solutions envisageables sont les suivantes, explique Philippe Ithurbide :

1. « Réactiver le « Mécanisme européen de stabilité financière » (MESF), un « ancien » mécanisme de sauvetage européen. Le problème est qu’en décembre 2010, le Conseil de l’UE a décidé que cette possibilité ne pourrait plus être utilisée dans le cadre d’un renflouement financier ». Par ailleurs, « cette option rencontre une forte opposition de la part du Royaume-Uni ».

2. « Transférer des bénéfices des obligations grecques achetées par la BCE (et les banques centrales nationales) dans le cadre du SMP [Securities Maket Program]. Cela nécessite seulement une décision des Etats-membres et des banques centrales. Au mieux, ceci permettrait à la Grèce de disposer de 3 à 3,5 milliards d’euros. Ce n’est pas (ou à peine) assez pour rembourser l’échéance du 20 juillet à la BCE (3,5 milliards d’euros) ».

3. Organiser « des prêts bilatéraux » de la part d’autres Etats de la zone euro. « C’est de loin l’option la plus sérieuse. Mais rares sont le Etats qui peuvent se permettre d’apporter ces liquidités au gouvernement grec. De plus, une approbation parlementaire est nécessaire et serait difficile à obtenir en Allemagne, en Finlande et aux Pays-Bas. Le problème est que ces prêts augmenteraient les niveaux de dettes publiques ».

4. « Permettre à la Grèce d’émettre davantage de T-Bills [obligations à court terme], et que les banques grecques achètent ces titres. Cette solution provoquerait des critiques au sujet du financement monétaire du pays. L’Allemagne s’y opposerait probablement ».

5. Emettre « des IOUs temporaires [reconnaissances de dettes à très court terme fournies à la place d’un remboursement en cash]. Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a proposé cette solution dans le cadre du paiement des pensions et des fonctionnaires. Mais ce n’est évidemment pas une solution pour payer le FMI et la BCE », explique Philippe Ithurbide. Nous rappellerons par ailleurs qu’une solution semblable avait été utilisée en Argentine en 2001, et avait été le premier pas vers une sortie du pays de la parité peso-dollar.

6. « La BCE peut repousser les échéances. Mais ici aussi, comme cela peut être assimilé à du financement monétaire déguisé, le Conseil des Gouverneurs [de la BCE] serait probablement divisé sur cette possibilité ».

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.