1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Europe rebondit en début de séance, Renault et Fiat en soutien
Reuters21/08/2019 à 11:00

LES BOURSES EN EUROPE EN HAUSSE À L'OUVERTURE

par Juliette Rouillon

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en hausse mercredi, Milan en tête alors que le président de la République Sergio Mattarella a entamé des consultations avec les dirigeants des différentes formations politiques en vue de déterminer si un gouvernement de coalition peut être formé.

Le secteur automobile soutient la cote à la suite d'une information parue dans la presse italienne évoquant la possibilité d'une reprise des négociations de fusion entre Renault et Fiat Chrysler.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,06% à 5.401,43 points vers 08h25 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,67% et à Londres, le FTSE 0,72%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,81%, le FTSEurofirst 300 de 0,73% et le Stoxx 600 de 0,76%.

La Bourse de Milan affiche un gain de 1,4% en pleine crise politique à Rome.

A la suite de la démission mardi du président du Conseil italien, Giuseppe Conte, le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a estimé mercredi à la télévision allemande qu'il n'existait pas de signe laissant planer une menace sur la zone euro provoquée par la crise politique en Italie.

Le marché est par ailleurs suspendu aux "minutes" de la dernière réunion de la Fed qui seront publiées après la clôture en Europe (18h GMT), puis celles de la Banque centrale européenne prévues jeudi, suivies de l'intervention au symposium annuel de Jackson Hole vendredi du président de la Fed, Jerome Powell.

Les investisseurs restent partagés entre d'un côté les craintes de récession mondiale et l'inquiétude face à la guerre commerciale entre Washington et Pékin qui s'éternise, et de l'autre l'espoir que les grandes économies bénéficient de mesures de soutien monétaires et fiscales, avec des baisses de taux en vue.

Après la volonté de soutien à la croissance exprimée ce week-end par l'Allemagne et la Chine, le président américain Donald Trump a confirmé mardi que son administration étudiait la possibilité de réduire la fiscalité sur les salaires comme sur les plus-values boursières, tout en précisant qu'il n'était pas question de prendre de décisions dans l'immédiat.

VALEURS

Aux valeurs, Renault s'adjuge 4,08% et Fiat Chrysler s'adjuge 3,73% à la suite d'un article paru dans le quotidien italien Il Sole 24 Ore selon lequel les discussions entre le président de Renault, Jean-Dominique Senard, et le directeur général de Nissan, Hiroko Saikawa, se sont intensifiées ces dernières semaines, ce qui pourrait relancer les négociations avortées en vue d'une fusion entre les groupes automobile français et italien.

L'automobile est en tête des hausses sectorielles en Europe avec un gain de 1,71% alors que la santé (+0,04%) est en queue de peloton.

Seb prend 4,49% à 142,30 euros. Citigroup a entamé le suivi du titre avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 163 euros.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 0,28% en attendant les déclarations du président de la Fed à Jackson Hole vendredi et le sommet du G7 qui se tiendra ce week-end à Biarritz.

L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) était stable après trois séances consécutives de hausse.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en baisse mardi après trois séances de rebond, les investisseurs ayant de nouveau délaissé les actions au profit des valeurs refuges, comme le yen ou les obligations d'Etat, dans l'attente de précisions sur les intentions de la Réserve fédérale face au ralentissement économique.

L'indice Dow Jones a perdu 173,35 points, soit 0,66%, à 25.962,44 et le S&P-500, plus large, a cédé 23,14 points, soit 0,79%, à 2.900,51. Le Nasdaq Composite a reculé de 54,25 points, soit 0,68%, à 7.948,56.

Le S&P avait gagné près de 3% sur les trois séances précédentes grâce aux espoirs de relance et de baisse de taux aux Etats-Unis, en zone euro et en Chine, ramenant à moins de 3,5% son repli par rapport à son record de clôture du 26 juillet. L'indice S&P des banques a cédé 1,58% et le compartiment financier dans son ensemble 1,4%, en réaction au reflux des rendements obligataires, favorisé par la perspective de nouveaux assouplissements monétaires et par les tensions politiques en Italie et autour du Brexit.

TAUX

Les rendements allemands sont en légère hausse avant une adjudication de nouvelles obligations souveraines à 30 ans qui pourrait être un test de la demande des investisseurs pour du papier à rendements nettement négatifs. Le rendement moyen des titres à 30 ans émis en juillet était de 0,3%.

Sur le marché secondaire, le rendement du 10 ans allemand, référence pour la zone euro, remonte légèrement à -0,67% contre -0,692% la veille.

Le rendement de l'obligation du Trésor américain à 10 ans reprend 3 points de base à 1,59%, mais reste en baisse sur son pic de 1,625% lundi.

CHANGES

Le dollar est en légère hausse avant les minutes de la Fed et le discours de Jerome Powell au symposium annuel de Jackson Hole, après avoir atteint un record de trois semaines mardi à la faveur du rebond des rendements américains..

Face au yen, le dollar gagne 0,28% à 106,50 yens tandis que l'euro plafonne sous la barre de 1,1 dollar dans un marché prudent.

PÉTROLE

Sur le marché du pétrole, le Brent est à près de 60,50 dollars le baril à la suite du rapport de l'American Petroleum Institute (API), publié après la clôture de Wall Street mardi, montrant un recul plus fort que prévu des stocks pétroliers aux Etats-Unis, en attendant les chiffres officiels à 14h30 GMT. Les inquiétudes sur la croissance continuent toutefois de limiter les gains.

Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,37% à 56,34 dollars le baril et l'échéance octobre sur le Brent prend 0,70% à 60,45 dollars.

Valeurs associées

FTSE Indices -0.16%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer