Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Joe Biden fait pencher la balance en faveur de la neutralité carbone
information fournie par TRIBUNE LIBRE 29/08/2022 à 09:55

Joe Biden. (crédit : Prachatai)

Joe Biden. (crédit : Prachatai)

Par Pascal Dudle, Head of Listed Impact, Senior Portfolio Manager chez Vontobel AM et Matthias Fawer, Senior Analyst ESG & Impact Assessment chez Vontobel AM


Les gouvernements du monde entier se sont empressés de s'engager à prendre des mesures en faveur d'un avenir neutre en carbone, mais le diable se cache dans les détails. Les États-Unis constituent un cas typique où chaque initiative risque d'être victime de querelles bipartisanes. Pour compliquer les choses, le parti démocrate, théoriquement favorable à une action gouvernementale d'envergure en faveur du climat, n'a pas réussi à mobiliser suffisamment de soutien dans ses propres rangs - du moins jusqu'à présent.

Au cours de l'été, le sénateur démocrate Joe Manchin, de l'État américain de Virginie-Occidentale, riche en charbon, a fini par céder à la loi Inflation Reduction Act1, une version allégée du projet de loi Build Back Better précédemment envisagé. La nouvelle position du sénateur a permis l'adoption de la loi au Sénat. La Chambre des représentants des États-Unis, dominée par les démocrates, l'a également soutenue.

Cette loi, censée réduire les émissions de carbone du pays d'environ 40% d'ici à 2030, entraînera des investissements dans des programmes en faveur de la sécurité énergétique et de la lutte contre le changement climatique à hauteur de 369 milliards de dollar US. Un taux minimal d'imposition des sociétés fixé à 15 %, entre autres, contribuera à son financement. Bien que son ampleur soit inférieure aux objectifs ambitieux antérieurs, ses répercussions restent considérables. Selon l'agence de presse Bloomberg, le financement de ce projet est quatre fois supérieur à celui du Recovery Act de 2009.

Après que Joe Biden ait ratifié la loi, les entreprises disposant de technologies évolutives reconnues dans des domaines tels que la production d'énergie éolienne et solaire, le stockage et les véhicules électriques, pourront bénéficier de crédits d'impôt. L'objectif général est de décarboniser le secteur électrique américain. Près de 37 milliards de dollars seront investis pour encourager la fabrication nationale d'équipements éoliens et solaires ainsi que de batteries. Cette composante du programme vise incontestablement à satisfaire le public américain et à accroître les perspectives d'emplois "verts".

Les entreprises proposant des solutions écologiques prennent leur envol

Avant même que la loi ne soit définitivement adoptée, les actions des entreprises proposant des produits et des services respectueux de l'environnement ont bondi. Cette tendance pourrait se poursuivre une fois que l'argent commencera à affluer. Ce phénomène met en lumière l'investissement à impact, un style qui a gagné en popularité ces dernières années et qui se définit de manière générale comme l'espoir que l'investissement dans des entreprises soigneusement sélectionnées aura un effet bénéfique et mesurable sur l'environnement.

Les investisseurs à impact suivent une approche pouvant se résumer à l'"intentionnalité" : le processus d'investissement commence par la définition du ou des objectifs d'impact au cœur des impacts sociaux et environnementaux positifs escomptés. Il va sans dire que les gérants d'actifs proposant de tels produits doivent veiller tout particulièrement à fournir un système convaincant et transparent pour mesurer l'impact de l'investissement.

L'impact de l'entreprise par ses actions

Toutefois, il est important de rappeler que, contrairement à ce que suggèrent certaines brochures attrayantes, les bénéfices ne sont généralement pas immédiats. Bien au contraire, l'impact environnemental ou social positif d'un investissement est généralement indirect et se produit en deux étapes distinctes (voir figure ci-dessous).

Source : Vontobel

Source : Vontobel

Maintenant que Joe Biden fait pencher la balance en faveur d'un avenir décarboné aux États-Unis, il est normal d'envisager les répercussions possibles sur les entreprises américaines. Il ne serait pas surprenant de voir des entreprises telles que First Solar, Quanta Services et NextEra Energy bénéficier des mesures prises par Washington.

Valeurs associées

219,79 USD NASDAQ +1,55%
73,02 USD NYSE +1,38%
266,05 USD NYSE +2,90%

2 commentaires

  • 29 août 11:51

    propa gande : "l'espoir que l'investissement dans des entreprises soigneusement sélectionnées aura un effet bénéfique et mesurable sur l'environnement." Mais non. L'Etat dit des règles pour que l'intérêt _financier_ des entreprise aille dans le sens que l'Etat pense être le bien Trump faisait autre chose chose, mais en tout cas on n'est as chez les Bisounours.


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.