Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

GESTION 2019-Oddo BHF AM prône l'audace, pas de récession à l'horizon
information fournie par Reuters17/01/2019 à 18:48

    PARIS, 17 janvier (Reuters) - Les marchés d'actifs risqués
intégraient à la fin 2018 la perspective d'une récession
imminente, scénario que ne retient pas la société de gestion
Oddo BHF AM, qui se veut audacieuse en ce début d'année avec de
fortes convictions notamment sur les grandes valeurs de la zone
euro, les actions émergentes, le crédit à duration courte et les
obligations à haut rendement européennes. 
    Après un "choc sismique" de l'ampleur de celui enregistré en
fin d'année dernière, la société de gestion a dit s'attendre
toutefois à des répliques et a souligné que les facteurs de
risques ne s'étaient pas volatilisés avec le rebond enregistré
en début d'année, lors d'une présentation de ses perspectives de
marché pour 2019.
    Elle recommande en particulier de rester attentif aux
conséquences de la montée des populismes, une tendance lourde
avec laquelle les investisseurs vont devoir apprendre à vivre,
et aux tensions commerciales. 
    "On peut avoir un transfert de la pression commerciale (des
Etats-Unis) sur la Chine vers l'Europe", a prévenu Laurent
Denize, co-responsable des investissements d'Oddo BHF en
référence aux espoirs d'une trêve entre Pékin et Washington et
aux menaces pesant sur les exportations automobiles européennes
vers les Etats-Unis.
    La société de gestion retient comme scénario central un
ralentissement de la croissance mondiale sans récession alors
que les marchés ont intégré en fin d'année dernière la
perspective d'une récession imminente, ce qui s'est accompagné
d'une reconstitution des primes de risques. 
    Sur les marchés actions, le ralentissement attendu de la
croissance économique va se traduire par un ralentissement de
celle des profits mais la violence de la correction à la fin de
l'année dernière induit un scénario de chute des profits
excessif, a dit Emmanuel Chapuis, co-responsable de la gestion
action fondamentale.
    "Pour le moment, le consensus de croissance attendue des
résultats pour 2019 est trop haut; on est encore sur des
croissances de profits de 8% à 10%. Mais le multiple moyen des
résultats est de l'ordre de 12 fois contre 14 fois en moyenne
sur une longue période et, pour normaliser les multiples
actuels, il faudrait que les profits baissent de 8% à 9%", soit
une révision de 16 points par rapport au niveau actuel, a-t-il
déclaré. 
    "Oui le consensus est certainement trop optimiste, oui il va
y avoir des révisions de résultats à la baisse mais beaucoup ont
déjà été intégrées dans les cours et certains secteurs et
certaines sociétés se traitent à des niveaux de multiples
intégrant un scénario extrêmement négatif", a-t-il ajouté. 
    Parmi les secteurs à privilégier au premier trimestre en
retenant une approche sélective, il a cité l'automobile et les
pièces détachées, mentionnant notamment Michelin  MICP.PA , la
technologie, avec des entreprises comme SAP  SAPG.DE  ou
STMicroelectronics  STM.PA , et la santé avec Fresenius Medical
Care  FMEG.DE . 
    La conviction forte de la société de gestion sur les
émergents s'appuie sur son anticipation d'un affaiblissement du
dollar. 
    Sur le marché du crédit, Oddo BHF AM préconise les durations
courtes et privilégie le haut rendement en Europe par rapport
aux Etats-Unis en raison d'un levier financier plus contenu des
émetteurs européens mais qui se tend pour les émetteurs
américains. 
    "On rentre dans l'année 2019 avec des spread très élevés et
certainement suffisamment élevés par rapport aux risques, ce qui
nous permet d'être constructif tout en restant très sélectif en
raison de la très grande dispersion des spreads", a dit Alain
Krief, responsable de la gestion taux et crédit. 
    Au sein de la catégorie des placements alternatifs Odo BHF
AM recommande plus particulièrement la dette non cotée et le
private equity, en raison notamment dans ce dernier cas du
soutien attendu des fonds collectés mais non encore investis par
les acteurs du secteur, qui, à l'échelle mondiale, dépasseraient
encore les 650 milliards de dollars, a expliqué Nicolas Chaput,
directeur général et co-responsable des investissements de la
société de gestion. 
    
    Vour aussi : 
    *LE POINT sur les perspectives de marché 2019 des gérants et
stratèges :  
    

 (Marc Joanny, édité par Wilfrid Exbrayat)
 

Valeurs associées

Euronext Paris +0.69%
XETRA -0.96%
XETRA +0.87%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.