1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EUROPEENNES-L'UE doit faire de l'industrie une priorité-France Industrie
Reuters16/05/2019 à 18:18

    PARIS, 16 mai (Reuters) - Quasi-absente des thèmes de la
campagne des élections européennes, l'industrie tire la sonnette
d'alarme, appelant jeudi à ce que la future commission fasse de
ce secteur clef l'une de ses principales priorités au moment où
les Etats-Unis et la Chine ont engagé une guerre commerciale
dont l'Europe pourrait faire les frais.
    La part de l'industrie n'a cessé de chuter depuis 20 ans au
sein de l'Union européenne, passant de 19,6% à 15,9% du produit
intérieur brut (PIB) de l'UE entre 1995 et 2015, selon une étude
de l'Insee http://bit.ly/2JnVFpG.     
    "Nous appelons les futurs membres du Parlement européen à
inscrire l'industrie au coeur de l'agenda politique de l'Union
européenne et inviter la prochaine commission à présenter une
stratégie de politique industrielle ambitieuse et cohérente", a
déclaré lors d'une conférence de presse Philippe Varin,
président de France Industrie et ancien président de PSA.
    L'organisation, qui regroupe 21 organisations industrielles
et les présidents des 40 plus grandes entreprises françaises,
invite ainsi la future commission à combler le retard de
l'Europe vis-à-vis de ses concurrents internationaux en portant
le prochain budget européen de Recherche & Innovation (R&I) à
120 milliards d'euros (80 milliards précédemment) et en ciblant
des technologies clefs comme les nanotechnologies, la
microélectronique, les matériaux avancées, la photonique
(systèmes optiques), les biotechnologies, l'intelligence
artificielle ou encore la cybersécurité.
    
    MOINS DE NAÏVETÉ EN MATIÈRE COMMERCIALE
    France Industrie invite ainsi Bruxelles à être moins
dogmatique sur les sujets de concurrence afin de favoriser
l'émergence de leaders industriels européens.
    "La Commission a fait dérailler beaucoup trop de projets", a
observé Jean-Pierre Clamadieu, membre de France Industrie et
président du conseil d'Engie  ENGIE.PA , faisant directement
allusion au veto de Bruxelles en février dernier au projet de
rapprochement entre Siemens  SIEGn.DE  et Alstom  ALSO.PA  dans
le ferroviaire, suscitant l'incompréhension de Paris et Berlin.
    Selon France Industrie, l'UE doit au contraire favoriser
l'émergence de "champions" européens, en concentrant ses efforts
sur neuf filières: la microélectronique, le calcul à haute
performance, les batteries, l'hydrogène, la cybersécurité,
l'"e-santé", les processus industriels bas carbone, l'internet
des objets ou encore la mobilité autonome ou connectée.
    Un premier chantier a été ouvert récemment par la France et
l'Allemagne pour créer un "Airbus" des batteries, afin de
réduire la dépendance des constructeurs automobiles européens
aux fournisseurs coréens et chinois.  
    France Industrie plaide ainsi pour que les projets
concernant ces neuf "chaînes de valeurs" stratégiques
bénéficient du label "intérêt économique européen" (PIIEC), qui
leur permet de recevoir des aides publiques, en dérogation aux
règles actuelles de l'UE.
    L'organisation invite également les futurs députés européens
et la commission à manifester moins de "naïveté" en matière de
politique commerciale et à contraindre des pays comme la Chine
ou les Etats-Unis à faire preuve de "réciprocité", en
particulier en ce qui concerne l'accès aux marchés publics.
    Selon Philippe Varin, tout n'est pas négatif pour autant,
l'UE disposant de toutes les compétences nécessaires pour
devenir également un leader des transitions numérique,
énergétique et climatique, à condition toutefois de se mobiliser
rapidement.
    "Aujourd'hui, le terme de politique industrielle n'est plus
un gros mot en Europe", se réjouit-il, faisant notamment
allusion à l'évolution de la doctrine de l'Allemagne, au moment
où son secteur automobile, véritable fleuron national, traverse
une crise majeure.

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Graphique: Part de l'industrie dans le PIB de l'UE depuis 20 ans
   https://tmsnrt.rs/2WNsWNY
Paris et Berlin adoptent une stratégie de soutien à l'industrie
européenne     
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Jean-Michel Bélot, édité par Pascale Denis)
 

Valeurs associées

Euronext Paris +0.50%
Euronext Paris +0.56%
XETRA +1.47%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

11.97 -3.58%
5316.51 +0.67%
10.185 +2.00%
1.12023 0.00%
69.3 +1.91%

Les Risques en Bourse

Fermer