1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Novethic09/11/2018 à 14:46

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n'a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres énergies polluantes ou renforcer le dialogue avec les entreprises pour améliorer leurs pratiques ? C'est le dilemme d'un nombre croissant d'investisseurs.

En 2017, 123 millions d'euros d'actifs charbonniers ont été désinvestis par les investisseurs institutionnels français selon une étude de Novethic (1). Au total ce sont 70 % des encours des portefeuilles entreprises cotées qui sont concernés par les exclusions climat. Une dynamique loin d'être circonscrite à la France et au charbon : "le désinvestissement des énergies fossiles est un phénomène global", assure 350.org.

En septembre dernier, l'ONG comptabilisait près de 1 000 investisseurs institutionnels ayant rejoint le mouvement. Leur poids commence à peser : ils représentent plus de 6 000 milliards de dollars d'actifs sous gestion, 120 fois plus qu'il y a quatre ans...

En France, l'un des derniers investisseurs institutionnels à avoir franchi le pas est l'Ircantec, le régime de retraite complémentaire des agents non titulaires de la fonction publique (2). Après avoir été stigmatisé par les ONG pour son financement des énergies fossiles, le fonds de pension a décidé de désinvestir de façon ciblée, notamment dans des entreprises pétrolières et gazières "intégrées" et "non compatibles avec une trajectoire 2°C".

L'engagement actionnarial, une dynamique montante

Pour autant, si le désinvestissement a un impact médiatique fort, son effet reste "limité" sur la production d'énergie fossile elle-même, assure Vincent Dufief, responsable des relations investisseurs de Total : "Lorsqu'un investisseur vend une action... Quelqu'un d'autre la rachète !" Et parfois par des investisseurs moins scrupuleux des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance), souligne-t-il.

En parallèle du désinvestissement - et du réinvestissement dans les énergies vertes - l'engagement ou dialogue actionnarial pour inciter les entreprises "à faire plus et plus vite face à l'ampleur des défis" prend de l'ampleur, souligne Laetitia Tankwe, conseillère du Président de l'Ircantec.

L'une des coalitions les plus en pointe sur le sujet est la Climate Action 100+. Elle regroupe plus de 300 investisseurs mondiaux. Elle demande plus de transparence et des scénarios 2°C aux 100 plus gros émetteurs mondiaux. "Pousser ainsi les entreprises dans la bonne direction" est une question de "devoir" et de "responsabilité", estime ainsi Nadine Viel Lamare, responsable de la création de valeur durable pour AP1, un grand fonds de pension suédois, membre de l'initiative.

Le dialogue, plus efficace que les désinvestissements ?

C'est aussi une question d'efficacité, assure de son côté Total, qui fait partie des entreprises ciblées. "Pour un PDG, l'actionnaire reste une partie prenantes prépondérante, c'est d'autant plus vrai pour les questions ESG. Le dialogue est efficace à la fois pour les questions de transparence sur les risques et scénarios climat, de gouvernance mais aussi de business", assure Vincent Dufief.

Patrick Pouyanné, le PDG de Total qui est intervenu lors du Positive Investors Forum 2018, organisé par Novethic le 6 novembre, confirme : "Le dialogue avec les investisseurs responsables est profitable à notre groupe. Cette année le conseil d'administration de Total a passé une heure sur la façon dont nous répondons aux questions ESG (environnement, social et de gouvernance)." 

"Quand nous sommes sortis du charbon, un modèle rentable, pour s'orienter sur des nouveaux business, plus petits, d'énergie renouvelables ou d'efficacité énergétique, cela a été dur. Nous avons eu besoin d'investisseurs qui nous soutiennent aussi dans ce que l'on fait de bien", souligne Anne Chassagnette, directrice du développement durable d'Engie. Sans quoi, l'entreprise peut être mise en péril.

Pour autant, souligne-t-elle, les actionnaires eux-mêmes doivent aussi parfois faire preuve de cohérence : "entre la lettre de Black Rock nous demandant de nous engager sur le bien commun et sur le long terme, et les rendez-vous investisseurs, les questions et préoccupations sont rarement les mêmes..."

Un silence qui incite les entreprises à demander aux investisseurs de les challenger davantage. "Ecrivez-nous!", ont ainsi réclamé, ensemble, directeurs développement durable et financier lors du Positive Investors forum organisé par Novethic le 6 novembre.

Béatrice Héraud @beatriceheraud 

(1)  173 nuances de reporting, analyse du reporting climat et ESG

(2)   L'Ircantec est le régime de retraite complémentaire obligatoire par répartition et par points du secteur public, dédié aux agents non titulaires de l'État et des collectivités publiques. Le 9 octobre 2018, il a décidé de "désinvestir des obligations du secteur pétrolier et gazier" et de se retirer des actions d'entreprises spécialisées du secteur ainsi que "des entreprises intégrées non européennes dont les dépenses d'investissement ne sont pas compatibles avec une trajectoire 2°C".

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jmlhomme
    09 novembre15:57

    Quand on voit que certains se posent encore la question ... sur la bonne orientation à prendre.... meme en agrochimie et agroalimentaire....ils vont bientôt pouvoir rire en interrogeant leur medecin : c'est grave Docteur.... Celui là est ravi et pour longtemps

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

0.0125 0.00%
5025.2 -0.17%
8.9 -11.18%
44.4 -0.58%
31.445 -0.49%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.