Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Des investisseurs veulent accélérer la décarbonation du secteur chimique
information fournie par Newsmanagers13/09/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Les investisseurs ont laissé de côté le secteur de la chimie dans leurs récentes prises de position sur l' engagement actionnarial au sujet de la décarbonation des entreprises, constate l' organisation non gouvernementale britannique ShareAction. Cette dernière a donc publié, jeudi 9 septembre, un rapport dans lequel elle incite les investisseurs à dialoguer avec les entreprises européennes du secteur chimique au sujet de leur décarbonation et à les questionner plus en détail sur leurs plans visant à atteindre la neutralité carbone.

L' ONG a aussi constitué une coalition d' investisseurs, dont les encours cumulés avoisinent les 3.200 milliards de dollars, pour accélérer le dialogue avec les firmes du secteur chimique en Europe. Cette coalition compte notamment les sociétés de gestion NN Investment Partners (récemment acquise par Goldman Sachs), EdenTree Investment Management, Sarasin & Partners ou encore EOS, l' unité de politique d' engagement, de vote et gouvernance des entreprises (stewardship) du gestionnaire américain Federated Hermes. Mirova, la boutique de gestion spécialisée sur l' investissement responsable de Natixis Investment Managers, en fait également partie.

Air Liquide dans le viseur

ShareAction souligne dans son rapport que le secteur chimique européen s' est engagé à la neutralité carbone d' ici 2050 mais que les plans de transition " crédibles " demeurent une rareté au sein des entreprises concernées. Seulement deux des 21 compagnies du secteur chimique faisant partie de l' indice Stoxx Europe 600 disposent d' objectifs basés sur la science (science-based targets) et visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius d' ici 2050. La coalition, coordonnée par l' ONG, s' intéresse à 13 sociétés mais en vise sept en particulier, responsables de la majorité des émissions de CO2 générées par le secteur chimique européen, parmi lesquelles Solvay, BASF, Air Liquide ou encore LyondellBasell Industries. Ces deux dernières ont été par ailleurs les seules sur les sept ciblées à avoir discuté de la problématique du changement climatique lors de leur assemblée générale annuelle cette année, pointe ShareAction.

Dans son rapport, l' ONG liste neuf questions que peuvent poser les investisseurs aux groupes du secteur chimique européen, portant sur les solutions envisagées pour décarboner la production de divers produits chimiques (méthanol, ammoniaque, oléfine…) et produits finis (fertilisants, plastique). ShareAction estime qu' il est techniquement et économiquement faisable que le secteur se décarbone totalement d' ici 2050. Elle avance deux pistes dans son rapport. D' une part, électrifier les processus énergétiques et couvrir les besoins énergétiques du secteur chimique européen par l' utilisation d' énergies renouvelables. D' autre part, remplacer les matières fossiles utilisées pour provoquer les réactions chimiques par de l' hydrogène vert ou du méthanol vert. L' ONG juge que la biomasse, la capture de carbone et l' hydrogène bleu ne doivent pas être utilisées comme solutions de décarbonation par le secteur chimique européen.

1 commentaire

  • 13 septembre10:25

    " énergies renouvelables " ... ça n'existe quasiment pas . Hydrogène vert non plus .


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.