Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

CMA CGM voit le calme après la tempête dans le transport maritime

Reuters19/09/2017 à 19:47

CMA CGM VOIT LE CALME APRÈS LA TEMPÊTE DANS LE TRANSPORT MARITIME

par Gus Trompiz

PARIS (Reuters) - Le secteur du transport maritime de conteneurs s'est fortement redressé cette année, grâce au jeu des alliances, à la consolidation intervenue entre plusieurs acteurs majeurs et à la croissance mondiale, a déclaré mardi le directeur général de CMA CGM.

Le secteur a traversé au cours des dernières années une crise importante qui s'est traduite notamment l'an dernier par la chute du groupe sud-coréen Hanjin Shipping.

CMA CGM, troisième armateur mondial, a annoncé vendredi dernier une hausse de ses résultats au 2e trimestre, accompagnée d'une forte amélioration de ses marges, et il table sur la poursuite de cette amélioration au second semestre.

"L'année 2016 a été une mauvaise année, 2017 est une bonne année et 2018 devrait être plutôt stable", a déclaré lors d'un entretien à Reuters Rodolphe Saadé.

"Les consolidations, les alliances, la croissance mondiale font que le secteur du transport maritime va beaucoup mieux", a-t-il souligné, ajoutant que dans ces conditions, il ne s'attendait pas à une nouvelle crise.

CMA CGM, dont le siège domine la rade de Marseille port, est contrôlé par la famille Saadé depuis sa création en 1978 par le libanais Jacques Saadé. Ce dernier a confié l'an dernier à son fils Rodolphe la direction du groupe, n'en conservant que la présidence.

Une série d'acquisitions, en particulier celle du singapourien APL par CMA CGM pour 2,4 milliards de dollars ainsi que de Hamburg Sud par le leader Maersk, pour quatre milliards de dollars, ont contribué à réduire les surcapacités du secteur.

De fait, la demande est actuellement supérieure à l'offre, avec des croissances de l'ordre de 4,0-4,5% et 3,0% respectivement selon les calculs des experts cités par le directeur général.

Signe de son optimiste, le groupe a confirmé lors de la présentation de ses résultats une commande de neuf grands porte-conteneurs, l'un des plus importants contrats jamais conclu dans le secteur.

Rodolphe Saadé a rejeté l'idée que cette commande puisse recréer des surcapacités, soulignant que ces navires de 22.000 équivalent vingt pieds (EVP) étaient destinés à la route très fréquentée Asie-Europe, où la taille des navires est déterminante et où beaucoup de ses concurrents exploitent déjà des bâtiments similaires.

SUR TERRE COMME SUR MER

CMA CGM a refusé de confirmer le montant de cette commande, évaluée dans la presse à 1,2 milliard de dollars, précisant toutefois qu'elle serait financée sur fonds propres et par des prêts bancaires.

Le groupe doit décider dans les semaines qui viennent s'il décide ou non d'utiliser du gaz naturel liquifié (GNL) pour propulser ces nouveaux géants des mers, ce qui constituerait une première pour des porte-conteneurs de cette dimension.

Le GNL est considéré comme une alternative crédible permettant de limiter le recours aux carburants classiques basés sur un pétrole très soufré et donc très polluant.

Le secteur doit s'adapter à une nouvelle réglementation internationale qui prévoit de ramener la teneur maximale en soufre de 3,5% à 0,5% pour ce type de carburant à partir de 2020.

PAS D'INTRODUCTION EN BOURSE À L'HORIZON

Rodolphe Saadé a souligné par ailleurs qu'une introduction en Bourse du groupe, un temps envisagé, n'était plus d'actualité.

"Aujourd'hui, le groupe va financièrement bien, nous n'avons pas besoin de lever de financement massif pour pouvoir continuer notre développement. Il n'y a donc pas d'intérêt à aller en Bourse", a-t-il observé.

La question se poserait si son deuxième actionnaire, le conglomérat turc Yildirim, décidait de céder sa participation de 24%, comme l'intention lui a été prêtée par la presse cet été. Toutefois, Rodolphe Saadé a précisé que Yildirim n'avait pas abordé ce sujet avec lui.

De même, le dirigeant a estimé que la banque publique d'investissement Bpifrance, qui détient 6% du groupe, avait selon lui vocation à rester au capital.

"Je pense que c'est un investissement stratégique et je ne pense pas qu'ils sortiront de sitôt mais la décision est entre leurs mains", a-t-il dit.

Même si l'activité de porte-conteneurs est très cyclique, elle reste prédominante et représente environ 90% du commerce mondial.

Le directeur général a également indiqué qu'il souhaitait développer les compétences du groupe à terre afin de maîtriser toute la chaîne des services au client, en développant sa filière logistique.

"Nous sommes très bons sur la partie maritime. Ce que nous souhaitons développer également, c'est la partie terrestre", a-t-il souligné, précisant que le groupe entendait parallèlement accélérer sa mutation digitale.

(Avec la contribution de Jean-Michel Bélot pour la version française, édité par Pascale Denis)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

2.405 -1.23%
12.385 +1.10%
1.17417 -0.20%
0.1575 -2.17%
74.88 +0.36%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.