Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bourse : méfiez-vous des biais de confirmation !
Le Cercle des analystes indépendants30/10/2020 à 14:40

Régis Yancovici
Régis Yancovici

Régis Yancovici

LUXAVIE

dirigeant-fondateur

https://www.luxavie.fr/

(Crédits photo : Adobe Stock)

(Crédits photo : Adobe Stock)

Propos liminaire : Nous gérons des allocations en ETF. Nous bâtissons des édifices dont les briques sont composées ETF. Nous travaillons avec les 200+ producteurs d'ETF en toute indépendance. Nous ne vendons aucun produit financier. Notre parole est totalement libre.

WARNING

La finance comportementale nous apprend que l'on a tendance à accorder bien moins d'importance aux arguments qui divergent avec notre opinion. Les investisseurs se concentreraient sur les informations qui confirment leur pensée initiale. Il s'agit du biais de confirmation. Nous avons décidé cette fois d'apporter la contradiction aux arguments actuels des investisseurs haussiers :

La marée bleue : Biden va emporter la présidentielle et les Démocrates vont remporter le Sénat

Les sondages prévoient une large victoire de Biden. Bien sûr, nous pourrions vous dire que les sondages se trompent et que Trump a autant de chances de l'emporter. Nous ne le ferons pas. Parce que, curieusement, plus les sondages se trompent, plus les observateurs craignent une nouvelle erreur. Nous pensons le contraire. Ils apprennent de leurs erreurs. Nous estimons donc l'hypothèse Biden très probable. Faut-il vraiment s'en réjouir ? D'un point de vue boursier, nous ne le croyons pas. Ce dénouement est largement déjà anticipé par les marchés. Par exemple, si l'on compare le ratio entre un des secteurs qui serait le plus favorisé (énergies renouvelables) et un de ceux qui serait le plus négativement impacté (compagnies pétrolières), on constate un réel emballement qui désormais s'essouffle.

Ratio ETF Invesco Solar / ETF SPDR Oil and Gas. (source : Tradingview)

Ratio ETF Invesco Solar / ETF SPDR Oil and Gas. (source : Tradingview)

Ratio ETF Invesco Solar / ETF SPDR Oil and Gas. (source : Tradingview)

Ensuite, c'est rapidement oublier que Biden promet des hausses d'impôt. De 21% à 28% sur les entreprises et de 37% à 39.6% pour les particuliers. Enfin, la Fed est explicitement inquiète du levier au sein des marchés d'actions et de taux d'intérêt. Elle se dit prête à travailler avec une administration Démocrate pour réduire la marge de manœuvre des hedge fund. D'un autre côté, nous ne percevons pas la réélection de Trump comme une nouvelle pouvant rassurer.

Le vaccin arrive

La perspective d'un vaccin rassure les investisseurs. Soit. Mais il convient de garder la tête froide, pas seulement pour éviter la fièvre provoquée par le Covid. Ce n'est pas le virus qui a mis KO les marchés en mars dernier mais la peur du virus. Fine mais importante nuance. Cette peur va-t-elle disparaitre avec un vaccin ? Probablement pas. D'abord parce qu'on ne connait pas son efficacité. Il ne sera probablement efficace sur tout le monde et tout le temps. Ensuite parce que 1/3 des français indique de pas vouloir se faire vacciner devant la crainte d'un vaccin développé à la « va-vite ». Ce phénomène de défiance se retrouve dans de nombreux pays développés.

o Les besoins de digitalisation sont tels que les valeurs technologiques ne peuvent que monter

C'est une vision bien optimiste. On ne gagne jamais durablement en bourse avec des évidences. La poignée de sociétés qui opèrent dans une situation de quasi-monopole ont désormais une épée de Damoclès. L'administration Biden sera encline à étudier la possibilité d'utiliser cette épée pour « trancher » ces grandes sociétés technologiques. C'est actuellement un risque sous-estimé. Rappelons que les 5 premiers titres du S&P500 (Apple, Microsoft, Amazon, Facebook, Alphabet) pèsent quasiment 25% de l'indice. Quant aux autres valeurs technologiques, les investisseurs semblent avoir oublié, d'une part, qu'elles évoluaient dans un environnement ultra-concurrentiel. Il faut une dose de courage pour payer Zoom 659 fois les bénéfices et 114 les ventes alors qu'il existe une dizaine de services de video-conférences (Microsoft-Teams, Cisco-Webex, Google-Meet,...). D'autre part, sans le retour de la confiance des consommateurs, les entreprises n'investissent pas. La baisse SAP (éditeur de logiciel) de 22% cette semaine illustre cette problématique.

Les taux d'intérêt vont rester bas et justifient des valorisations élevées

C'est à nos yeux l'hypothèse la plus ancrée dans l'esprit des investisseurs de tous poils et donc la plus dangereuse. L'activisme des Banques Centrales ne garantit en rien des valorisations élevées. En effet, l'afflux permanent de liquidité risque d'avoir un effet décroissant sur l'activité économique. Les aides accordées aux entreprises ont pour effet de maintenir en vie des sociétés très fragiles dites sociétés « zombies ». La part de ces entreprises a déjà plus que doublé entre 2013 et aujourd'hui aux Etats-Unis, atteignant plus de 15% de l'indice Russell 3000. Pour survivre, ces sociétés cassent les prix et ainsi mettent les marges des compétiteurs sous pression. Nous doutons que les investisseurs soient durablement prêts à payer les valorisations actuelles s'ils prennent conscience que l'afflux de liquidité pèse sur les marges des entreprises.

Selon nous, la fenêtre de reprise débutée fin mars a commencé à se refermer au mois d'aout. Cette fermeture s'accélère maintenant. Il est encore temps de se protéger. Le soulagement d'élections sans recomptage des bulletins de vote, le très probable plan de relance post-élection ou tout simplement la saisonnalité maintenant plus favorable pourraient constituer des points de protection attractifs. Comme d'habitude, nous attendrons d'avoir des réponses et de voir le pessimisme l'emporter pour envisager de modifier notre analyse.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4314275
    30 octobre16:05

    La grande majorité des personnes ne demandent pas à devenir plus riche mais à vivre honorablement.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer