Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Bourse : la divergence se creuse entre le CAC 40 et le S&P 500
information fournie par Le Cercle des analystes indépendants12/01/2023 à 13:50

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric Galiègue

Valquant Expertyse

Président

(Crédits photo : Unsplash - Aditya Vyas )

(Crédits photo : Unsplash - Aditya Vyas )

La divergence des cours de Bourse des deux côtés de l'Atlantique devient impressionnante, et se confirme en ce début d'année. En effet, le cours du CAC 40 avait franchi à la hausse sa moyenne mobile un an le 10 novembre dernier, et est désormais dans une tendance haussière très bien construite, comme le montre le graphique suivant. Le rebond sur le niveau de 6 450 points, dans des volumes de transaction consistants du 16 au 20 décembre, grâce au soutien de la moyenne mobile 3 mois, pourrait devenir un « cas d'école ».…

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Source : Facstet et Valquant Expertyse

A l'opposé, l'indice phare des USA suit toujours une tendance baissière. Le cours spot est toujours inférieur à sa moyenne mobile 3 ans, elle-même inférieure à la moyenne mobile un an.

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Cette opposition de tendance est d'autant plus étonnante que l'€ s'apprécie désormais contre le $. Il a ainsi mis un terme à sa tendance particulièrement baissière, et sa dépréciation en rythme annuel est désormais limitée à une fourchette de 5-10%.

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Le rebond du taux de change entre l' € et le $ a commencé début octobre et atteint désormais 12%. Très récemment, le passage au-delà de 1,07$ confirme le changement de tendance, caractérisé par le franchissement de la moyenne mobile un an.

Cette opposition de tendance des grands Indices européens et américains peut-elle durer très longtemps ? Tout est possible sur marchés financiers, mais aucun professionnel ne remet en doute le fait que le marché directeur des actions est bien à Wall Street, et non à Paris, Londres ou Francfort. En l'occurrence, ce que nous observons depuis presque trois mois est rarissime.

Depuis 30 ans, une telle situation, à savoir, une tendance haussière en Europe, et baissière aux USA, n'a été observée qu'à trois reprises et uniquement pendant un mois.

Une première fois en avril 1994, juste avant une baisse de l'ordre de 10% du cours des actions. Une seconde fois en aout 1998, à la veille de la grande baisse d'octobre de cette même année. Une troisième fois fin octobre 2000, juste avant une longue période de baisse très prononcée du cours des actions européennes.

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Source : Facstet et Valquant Expertyse

Cela fait donc 23 ans que le marché européen n'a pas réussi à s'opposer à une tendance baissière à  Wall Street….

On peut légitimement se demander ce qui justifie le retour à une tendance haussière en Europe sans le soutien des USA. Nous avons évoqué :

  1. Des investissements américains massifs en Europe, qui auraient quitté la Chine pour revenir sur l'Ancien Continent…
  2. La dynamique bénéficiaire, qui est plus favorable en Europe : les analytes américains ont revu en baisse bien plus intensément et depuis bien plus longtemps les prévisions de bénéfice, que les analystes européens.
  3. Les actions européennes sont moins chères que les actions américaines, mais ce n'est pas une découverte….

A l'opposé,

  1. La crise géopolitique est avant tout européenne.
  2. La flambée des cours de l'énergie touche bien plus l'Europe que les USA.
  3. La composition sectorielle des indices européens, qui accorde plus de place aux actions « value », est plus sensible à la conjoncture économique, dont le consensus pense qu'elle sera plus difficile en Europe qu'aux USA …
  4. La cohésion même de la zone € est un sujet aujourd'hui, avec le retour de la divergence Nord Sud sur le sujet du partage de la dette et de son niveau acceptable.

Au total, nous considérons que la prudence est toujours de mise, même si les marchés européens ont commencé l'année sur les chapeaux de roue…D'un point de vue stratégique, nous évitons les actions actuellement.

1 commentaire

  • 12 janvier14:12

    ca ne va faire que s'amplifier puisque le per moyen du CAC est très inférieur à celui du s&p 500...


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.