1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bourse : 2019, année des valeurs de rendement ?
Boursorama21/02/2019 à 17:55

Pour Mandarine gestion, les actions qui distribuent des dividendes élevés constituent une meilleure opportunité d'investissement, notamment comparé aux obligations.

Dans un contexte de taux bas, les valeurs dites à haut rendement constituent une des meilleures alternatives du marché. C'est en tout cas la conviction de l'équipe de gestion de Mandarine qui tenait une conférence de presse sur le sujet mercredi 20 février. 

C'est un fait, le rendement de la plupart des obligations est proche du niveau zéro. Les banques centrales qui ont déversé des tombereaux de liquidités sont passées par là et ont poussé les taux au plus bas. A ces politiques monétaires ultra accommandantes s'ajoutent une croissance faible et une inflation atone qui ont poussé les rendements des obligations, notamment souveraines, à des niveaux encore jamais atteints. Le Bund, le taux de référence de l'obligation allemande à dix ans évolue par exemple à moins de 0,1%, proche de son plus bas de près de trois ans.

A la recherche du rendement perdu 

Il n'est pas rare de voir des obligations souveraines offrir un rendement négatif sur des maturités inférieures à 10 ans.  Concrètement cela signifie qu'un investisseur doit payer une prime pour placer ses liquidités dans des obligations d'états françaises, allemandes, suisse  à horizon 5 ans.  

Même constat pour les obligations d'entreprises.  Les mieux notées (AA, BBB) rapportent péniblement entre 0,5 et 1,8% tandis que les obligations d'entreprises à haut rendement (high yield), plus risquées, rapportent moins de 5% en moyenne. Pour Mandarine gestion, «on a assisté à une compression impressionnante des rendements sur les marchés obligataires, compression qui touche tous les émetteurs, que ce soit les Etats ou les entreprises ». Pour Florian Allain, cogérant du fonds Mandarine Equity Income, «les actifs obligataires sont désormais chers pour des perspectives de rendements futur modestes. Ce n'est pas de cette classe d'actif qu'on peut attendre de la performance dans les 10 prochaines années». 

Où trouver du rendement ? 

Pour Mandarine gestion, les actions qui distribuent des dividendes élevés constituent une des meilleures opportunités d'investissement.  Le rendement estimé à 12 mois sur le Stoxx Europe 600 dividendes réinvestis se situe autour de 4,2%, au-dessus de sa moyenne sur dix ans (environ 3,6%). «De plus, les dividendes européens croissent en moyenne de 5% par an, selon Florian Allain. Toutes choses égales par ailleurs, vous êtes mieux rémunéré pour le risque actions que vous prenez que pour le risque de taux.»

A voir // Ces gros mensonges à propos des dividendes

Preuve en est, une obligation Sanofi à 10 ans rapporte en moyenne 1,2 % aujourd'hui, un rendement deux fois plus faible qu'en 2013 (2,5%). A titre de comparaison, le rendement de l'action Sanofi est estimé à 4,3% en 2019. Détenir l'action en direct est donc potentiellement plus rémunérateur que de financer sa dette selon le gérant, à condition bien sûr que le cours de Bourse ne décroche pas.

Les valeurs à haut rendement sont-elles gagnantes à tous les coups ? 

Rappelons tout d'abord que le versement du dividende n'est jamais garanti. Si l'économie ralentit et que les bénéfices baissent, certaines entreprises reverront à la baisse, voire supprimeront leur dividende. «Et plus le niveau des profits distribués est important, plus le risque est grand de le voir baisser en cas de choc», selon Florian Allain.

Pour autant, et «même en réduisant les dividendes attendus de 30% comme ce fut le cas lors de la crise 2008/2009, le rendement des actions sera toujours proche de 2,75%.  Les actions sont de ce bon point de vue bon marché et conservent de meilleures perspectives de rentabilité future comparé aux marchés obligataires». 

Les atouts des valeurs à haut rendement

Selon Mandarine Gestion, les sociétés à haut rendement ont la capacité d'accompagner les phases de hausses de marché. «Elles sont aussi moins volatiles et ont un effet amortisseur lors des phases de choc. De ce point de vue elles offrent un couple rendement risque optimal y compris en cas de remontée des taux». 

En effet, bien que la plupart des études sur le sujet concluent à la sous performance des valeurs de rendement en phase de hausse de taux ceci est en réalité essentiellement dû à des biais sectoriels mal appréhendés par ces études. « Même dans l'hypothèse d'une période de hausse de taux, les valeurs de rendement conservent des perspectives de rentabilité à long terme. »

Fort de cette analyse, le gérant sélectionne des sociétés en appliquant deux filtres principaux : celles qui ont une politique de dividende stable et pérenne, que l'on retrouve dans des secteurs cycliques, tels que les financières, les télécoms, les "utilities" ou encore les majors pétrolières. Dans un second temps, le gérant va appliquer un second filtre qui se focalise sur la croissance du dividende, c'est-à-dire les sociétés qui ont la capacité à augmenter leurs dividendes au fil des années. C'est le cas notamment de LVMH dont le rendement est relativement faible (2,2%) mais qui offre une croissance du dividende de 11% par an et ce depuis vingt ans.  Plus généralement, les secteurs plus défensifs comme la santé,  les biens de consommation ont la capacité à faire croitre régulièrement leurs dividendes. « Et en appliquant ces deux filtres on élimine les bais sectoriels ce qui permet d'avoir un portefeuille bien diversifié», conclut le gérant. 

Parmi les sociétés qui ont passé avec succès les filtres, Mandarine gestion affectionne tout particulièrement ING, qui offre 6% de rendement ou encore BNP Paribas dans le même secteur. On peut également citer le britannique Diageo, les valeurs de santé Novartis et Sanofi. Enfin, dans le secteur pétrolier, les majors Total et Royal Dutch Shell font partie des principales lignes du fonds Mandarine Equity Income.

FL (redaction@boursorama.fr)

Valeurs associées

Euronext Amsterdam +8.64%
Euronext Amsterdam +7.46%
Euronext Paris +8.59%
Euronext Paris +6.15%
Euronext Paris +0.35%
LSE +0.61%
SIX Swiss Exchange +1.55%
OPCVM +2.56%

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • andrean8
    26 mars15:44

    oui mais des mandarines pleines de pesticides !!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer