Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bourse : «2018 n'est pas 2008 mais plutôt 1987»

Le Cercle des économistes12/02/2018 à 08:45

"Bref, le paysage économique mondial apparaît aujourd'hui comme en début d'année tout à fait dégagé, et la correction boursière intervenue depuis fait apparaître la croissance économique attendue en 2018 comme plus inclusive à la fois aux Etats-Unis et dans les pays en développement, et donc plus assurée." (crédit : Adobe Stock)

Alors que les marchés connaissent une période de doute et de retour de volatilité, Bertrand Jacquillat met en avant la bonne orientation de l'économie mondiale.

A la question : Marchés financiers, quels risques pour 2018 ?, nous répondions dans notre chronique de début d'année : «Le risque d'une correction est envisageable à court terme du fait que les marchés n'avaient pas connu de correction (baisse pouvant dépasser 10% par rapport à un récent plus haut) depuis plus de deux ans.»

La correction que nous envisagions s'est produite à partir du vendredi 2 février. Celle-ci a plusieurs explications qui n'entament en rien notre analyse de fond. Une explication d'abord mécanique qui veut que dans un cycle haussier, comme celui que nous vivons, de telles corrections surviennent 15% du temps. Le moment était mûr pour qu'elles se produisent comme les commentateurs l'attendaient depuis des mois. Mais il faut bien un facteur déclencheur, et ce facteur ce fut l'annonce d'une augmentation du salaire horaire moyen américain de 2,9% sur un an, ce qui a fait déborder les craintes d'un regain d'inflation au-delà des anticipations et tendu les taux d'intérêt.

Des craintes de regain d'inflation infondées

Sans doute faut-il ajouter la tentation qu'ont les marchés de tester le nouveau président de la Réserve fédérale américaine, Jay Powell. Par une curieuse coïncidence, celui-ci a pris ses fonctions le lundi 5 février, jour de la grande séance baissière de 4,6% de la Bourse de New York. Jay Powell a besoin d'asseoir sa crédibilité vis-à-vis des marchés financiers. Est-il prêt à entrer dans l'histoire comme leur fossoyeur ? Mais s'il ne change rien au programme plus ou moins annoncé de celle qui l'a précédé, Janet Yellen, de plusieurs hausses graduelles des taux d'intervention de la Réserve fédérale en 2018, voire l'adoucit, ne risque-t-il pas de rester dans l'histoire comme celui qui a failli à la mission première de l'institution qu'il préside, celle de juguler l'inflation ?

Les craintes d'un regain d'inflation sont, semble-t-il, infondées et sans doute erronée l'explication qu'elles seraient à la source de la hausse des taux. La série des salaires horaires moyens est en effet surestimée du fait que l'hiver rigoureux a empêché les salariés les moins payés de trouver du travail.

Quant à la hausse des taux, qui sont encore à des niveaux historiquement modestes, celle-ci ne serait que la conséquence d'une réappréciation de la croissance économique américaine et mondiale, amplifiée par les mesures fiscales américaines, la dérégulation et les projets d'infrastructures et d'investissements. Sans compter qu'un dollar plus faible donne la possibilité à un grand nombre de pays dont la monnaie est indexée au dollar, de baisser leurs taux d'intérêt et stimuler la croissance de leur économie.

Des risques qui restent limités en 2018

Bref, le paysage économique mondial apparaît aujourd'hui comme en début d'année tout à fait dégagé, et la correction boursière intervenue depuis fait apparaître la croissance économique attendue en 2018 comme plus inclusive à la fois aux Etats-Unis et dans les pays en développement, et donc plus assurée.

Notre conclusion aujourd'hui sera donc la même qu'en début d'année, au-delà d'une correction de cette ampleur (10%) qui a bien eu lieu, les risques restent limités. 2018 n'est pas 2008 lorsque la gangrène des prêts immobiliers pourris avait infesté les portefeuilles des investisseurs du monde entier, mais ressemble davantage à 1987. Aujourd'hui le dénouement des contrats de volatilité VIX perturbe les marchés financiers, mais de manière très circonscrite, comme l'assurance de portefeuille les avait secoués en 1987.

Bertrand Jacquillat, membre du Cercle des économistes

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.472 +6.55%
2979.27 +0.73%
1.165 +0.02%
0.131 -7.50%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.