Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

" BlackRock ne doit pas devenir la police de l' environnement " , dit Larry Fink
information fournie par Newsmanagers06/10/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Le directeur général de la société de gestion américaine BlackRock, Larry Fink, s' est exprimé, lundi 28 septembre, au cours de la conférence sur le climat Ecosperity qui se déroule à Singapour. Larry Fink a affirmé durant son intervention que ce n' était pas le rôle des grandes sociétés publiques, dont BlackRock, de devenir la police du climat.

" Je ne veux pas être la police de l' environnement. Je ne veux pas que BlackRock dise à chaque société qui n' avance pas (sur le sujet du climat, ndlr) que nous allons vendre toutes nos actions. Ce n' est pas un bon résultat " , a-t-il indiqué. Selon lui, la responsabilité de la lutte contre le réchauffement climatique ne doit pas incomber qu' aux seules grandes entreprises cotées, ce qui serait " malhonnête " , les gouvernements et la société doivent aussi prendre leur part.

Larry Fink a par ailleurs reconnu " le grand rôle " joué par les activistes environnementaux dans la dynamique de lobbying pour le changement portée par les sociétés de gestion sur le sujet du climat. Il a néanmoins souligné qu' il n' était " pas nécessairement d' accord avec ce qu' ils disent " . Pour lui, les activistes ne réfléchissent pas à la manière dont les politiques ou les entreprises peuvent concrètement aller de l' avant.

Larry Fink a indiqué que les activistes pouvaient manifester " autant qu' ils le veulent " mais qu' agir dans l' intérêt des clients passait avant leurs vues. " Ce n' est pas notre argent. Si un client veut que nous investissions dans un indice qui alloue 8% à des hydrocarbures sales, nous devons jouer notre rôle de fiduciaire et investir dans cet indice " , a-t-il précisé, ajoutant que les activistes devaient comprendre le rôle de la finance ainsi que le rôle des détenteurs d' actifs par rapport à celui des conseillers comme BlackRock.

Le directeur général du gestionnaire américain a en outre constaté que les sociétés cotées se débarrassaient de leurs actifs les plus carbonés mais que cela ne changeait pas pour autant l' empreinte carbone globale de la planète. " Elle est même de plus en plus opaque " , a-t-il affirmé. Larry Fink a aussi averti d' un possible accroissement des inégalités entre pays développés et en voie de développement à travers la gestion de la transition climatique.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.