Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Après la belle hausse de la Bourse en 2017, qu’attendre de 2018 ?
information fournie par H24 Finance pour Boursorama03/01/2018 à 09:50

H2O Asset Management tout comme l’équipe de Michael Hasenstab chez Franklin Templeton  Investments voient une hausse des taux américains et en conséquence une hausse du billet vert en 2018. (crédit : Roberto Junior)

H2O Asset Management tout comme l’équipe de Michael Hasenstab chez Franklin Templeton  Investments voient une hausse des taux américains et en conséquence une hausse du billet vert en 2018. (crédit : Roberto Junior)

L’année 2017 s’est donc achevée sur de bonnes performances de la part des actifs risqués et ce, avec une volatilité historiquement basse. Du point de vue des professionnels de l’investissement, cette année s’est avérée ennuyeuse : pas de forts écarts, pas ou peu de consolidations et zéro période de stress. Pour les investisseurs, pas de quoi se plaindre, une année très positive et sans stress.

Les classes d’actifs les plus performantes sont les actions japonaises, émergentes ou encore européennes et souvent de petites capitalisations. Ainsi, les actions Japon petites et moyennes capitalisations gagnent 32,5% (catégorie Morningstar), les actions Chine 29,2% et les actions zone euro petites capitalisations +24,4%. Les actions américaines ne sont pas en reste avec des performances de plus de +20% pour le S&P500 mais le risque de change (hausse de l’EUR/USD) a pesé pour l’investisseur européen, ramenant la performance juste au-dessus de +10%.

Les marchés ont profité d’un cocktail détonant : une croissance mondiale synchronisée entre les grandes zones (Etats-Unis, zone euro, Japon et émergents), une inflation basse, des liquidités toujours abondantes et une accélération des profits des entreprises. Ils ont également profité de la non survenance des grands risques qu’appréhendait le marché fin 2016 : Trump n’a pas (encore) déclenché de guerre commerciale,  l’inflation n’a pas accéléré malgré un taux de chômage en forte baisse surtout aux Etats-Unis, le système financier chinois n’a pas implosé et la zone euro n’a pas volé en éclats.

Pour les marchés obligataires, 2017 aura aussi été positive et c’est une surprise. En début d'année, la remontée des taux était sur toutes les lèvres. On la voyait surtout outre-Atlantique. Pourtant, le 10 ans US finit l’année 0,04%, en dessous de son niveau de fin 2016, idem pour le 10 ans français. En revanche, le taux des obligations à 10 ans allemandes gagne 0,15%, à 0,44%. Les obligations d’entreprises se sont elles aussi très bien comportées, contre toute attente. Les politiques toujours accommodantes des banques centrales n’y sont pas étrangères.

Les seuls actifs qui ont souffert sont les matières premières aux exceptions notables du pétrole et de l’or. Du point de vue de l’investisseur européen, cette baisse a été amplifiée par la forte baisse du dollar par rapport à l’euro (proche de -10%). Les matières premières agricoles en euros perdent par exemple 14% sur l’année et la catégorie dans son ensemble 11,7%.

Quid de 2018 ?

Les gérants s’avèrent partagés pour 2018. Beaucoup, à l’instar d’Igor De Maack de DNCA Investments, voient une hausse de la volatilité. Traduction pour les non-experts : il y aura des baisses même si l’année pourrait finir sur une note positive.

Certains s’inquiètent de la valorisation de certains actifs. Guillaume Dard, président de Montpensier Finance, n’hésite pas à parler de «bulles qui émergent partout, à l’image des 450 millions de dollars payés pour un Léonard de Vinci controversé ou d’un bitcoin à 15.000 dollars».

D’autres gérants comme Juan Nevado de M&G Investments voient justement une trop forte aversion au risque de la part des investisseurs et continuent, comme en 2017, de privilégier les actifs risqués notamment les actions d’Asie et d’Europe.

Concernant l’obligataire et les devises, même si leurs pronostics ont été déjoués en 2017, H2O Asset Management tout comme l’équipe de Michael Hasenstab chez Franklin Templeton  Investments voient une hausse des taux US et en conséquence une hausse du billet vert.

Valeurs associées

NEXC -1.14%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.