Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Investissement non coté : tout comprendre au private equity
information fournie par Café de la Bourse10/02/2022 à 08:00

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

On assiste depuis plusieurs années déjà à la démocratisation du capital investissement. Le private equity a le vent en poupe auprès des particuliers et les institutionnels du secteur accompagnent le mouvement en proposant de nombreuses solutions qui rendent l'investissement non coté plus accessible. Découvrez dans cet article ce qu'est le private equity, ses avantages et inconvénients, ainsi que les différentes façons de se positionner sur ce segment.

Private Equity : qu'est-ce que c'est ?

Le Private equity est la dénomination anglaise et très usitée par la presse spécialisée pour désigner l'investissement dans les entreprises non cotées. Il est en effet possible d'acheter des parts de sociétés alors même que celles-ci n'ont pas été introduites en Bourse. Cela constitue pour ces PME et ETI une source de financement autre que l'endettement bancaire ou l'IPO, qui leur sert à financier leur développement.

Longtemps réservé aux business angels et investisseurs institutionnels, le private equity dispose de nombreux atouts qui séduisent de plus en plus les investisseurs particuliers, et les inconvénients de ce type d'investissement vont en s'amenuisant avec le développement de solutions d'investissement spécialisées.

Les avantages et inconvénients du non coté

Le private equity, d'abord, est un univers très vaste comportant plus de 100 000 sociétés, rien qu'en France. Il peut donc paraître peu judicieux de se priver d'une telle part du marché en ne se contentant d'investir que dans les sociétés cotées. De plus, investir dans le non coté, c'est aussi soutenir l'économie réelle.

En outre, le private quity possède un potentiel de gain très élevé. En effet, l'investissement dans le non coté concerne souvent de jeunes entreprises prometteuses mais à un stade précoce de leur développement. Il se peut donc que vous acquériez des parts à un prix relativement peu onéreux, et donc la plus-value pourra se révéler en cas de succès très importante.

Cependant, justement parce qu'il s'agit de société peu matures, prometteuses certes mais qui n'ont pas encore fait leurs preuves, le risque est bien présent et en cas d'échec, la moins-value aussi pourrait être record. Notez également que ce type d'investissement est relativement peu liquide. Vous pourriez donc avoir du mal à vous désengager, le marché secondaire étant très peu développé.

Enfin, on alertera aussi l'investisseur particulier sur la difficulté que celui-ci pourra avoir à identifier des entreprises dans lesquelles investir et à entrer en relation avec elles.

Face à ces limites de l'investissement dans le non coté, les professionnels du secteur se sont efforcés ces dernières années de réduire le risque lié au capital-investissement. Ils ont par exemple favorisé l'accès à cette classe d'actif pour les particuliers via le développement de fonds dédiés.

Les différentes façons d'investir dans le private equity

Il existe pour le particulier de nombreux moyens d'investir dans le non coté. D'abord, l'investissement en direct, sans doute le plus risqué et le plus difficile d'accès car il nécessite que l'investisseur cible des entreprises privées à fort potentiel en recherche de financement. Ce dernier doit donc identifier un service ou produit de qualité, auquel doit s'ajouter un business model attractif et un plan de croissance réaliste.

Pour ne pas avoir à sélectionner soi-même les entreprises, les acteurs financiers du secteur ont créé plusieurs types de fonds spécialisés comme les FCPR (Fonds Communs de Placement à Risques) ou bien les FIP (Fonds d'Investissement de Proximité) et FCPI (Fonds Commun de Placement dans l'Innovation) par exemple. Ces fonds qui doivent obéir à des règles strictes en matière de composition permettent aux investisseurs de bénéficier en plus d'un cadre fiscal avantageux. Les fonds de private equity peuvent en outre bénéficier de différents labels comme le label Relance attribué à ce jour à 136 fonds de capital-investissement (dont 31 accessibles à tout épargnant), un label qui apparaît comme une réponse durable aux besoins en fonds propres des PME et ETI françaises et qui donne aux investisseur la garantie de participer au financement de projets de développement ou d'investissement de PME et ETI implantées sur l'ensemble du territoire.

Enfin, il est aussi possible pour l'investisseur particulier qui voudrait investir dans le non coté de le faire via… les marchés boursiers ! En effet, il existe bien quelques sociétés de private equity cotées en Bourse, composées de parts de sociétés non cotées. Elles obéissent souvent à une logique de spécialisation sectorielle (santé, Tech, conso, etc.) et permettent à l'investisseur particulier de se positionner sur le non coté avec les avantages de la Bourse en matière d'accessibilité et de liquidité notamment.

0 commentaire

Annonces immobilières