1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

3 raisons de s'intéresser à la finance responsable...
H24 Finance pour Boursorama23/10/2019 à 10:54

3 raisons de s'intéresser à la finance responsable... (Crédits photo : Adobe Stock - )

Il y a quelques jours, Sébastien Raspiller de la Direction Générale du Trésor faisait le constat que les français ne sont pas très intéressés quand on leur parle d'allocation d'actif (actions, taux, immobiliers...) et qu'il vaut mieux leur parler de finance durable.

ISR, ESG, RSE, PRI, ODD, Best-in-Class... il est malheureusement plutôt compliqué pour un l'investisseur non initié de s'y retrouver avec tout le vocable utilisé quand on évoque la finance durable. Le terme courant le plus compréhensible reste celui d'investissement dit « responsable ».

Mais alors que de plus en plus d'acteurs communiquent sur le sujet, pourquoi l'épargnant devrait-il finalement s'y intéresser ?

La finance responsable améliore l'analyse des entreprises

Premier élément, les investisseurs et au premier plan les gérants de fonds qui disposaient d'une vue à 180° des entreprises ont désormais une vue à 360°.

« On n'avait pas forcément l'ensemble de ces données avant. La bonne nouvelle est que maintenant, toutes les entreprises publient leur politique climat » explique Arnaud Faller, Directeur général délégué chez CPR AM.

Dans la pratique, il s'agit pour un gérant d'actifs de considérer les critères extra-financiers dans ses choix d'investissements, en complément des traditionnels critères financiers.

« Dans nos analyses, on prend en compte l'ensemble des parties prenantes : la société mais aussi les fournisseurs, les collaborateurs, les investisseurs, les clients et l'environnement » détaille Cyril Charlot, associé fondateur de Sycomore AM, une société de gestion française pionnière de l'investissement responsable.

La finance responsable ne détruit pas de valeur boursière

On parlait déjà d'investissement responsable dans les années 90. Pour autant, il n'y a pas eu de véritable engouement pour le sujet pendant plus de 20 ans.

« Il y a toujours eu des fonds ISR (Investissement Socialement Responsable) mais on a eu beaucoup de difficulté à développer cette offre-là. Le sujet historique est que l'on n'arrivait pas à démontrer que l'ISR apportait de la surperformance boursière » reconnaît Oliver Cassé, gérant chez Generali Investments.

Une limite qui a longtemps semblé être un frein au développement de la finance responsable. « C'est difficile de montrer que l'on surperforme largement si on prend les meilleures pratiques. En revanche, c'est assez facile de montrer que l'on surperforme si on exclut ceux qui n'ont pas les bons standards » remarque Arnaud Faller de CPR AM.

De fait, la finance responsable est désormais souvent abordée par des critères d'exclusion de sociétés ou de secteurs. Par exemple, après avoir analysé, noté et classé au sein de chaque secteur les émetteurs, Generali Investments en exclut entre 40% et 45%.

La finance responsable donne du sens aux investissements

Alors que les gestions financières sont de plus en plus sophistiquées, aborder l'investissement par ce prisme est en quelque sorte une manière de revenir aux fondamentaux de l'investissement.

« Il faut créer des produits d'épargne qui soient compréhensibles, c'est-à-dire qui donnent du sens à l'investisseur. Le premier objectif est qu'il comprenne dans quoi il investit » indique Suzanne Senellart, gérant chez Mirova (filiale de Natixis dédiée à l'investissement responsable).

Pour cette raison, les produits estampillés ISR sont souvent couplées à des thématiques concrètes : aide à l'insertion professionnelle, solutions environnementales, réponses au défi alimentaire mondiale...

Une étude menée par CPR AM et le cabinet Deloitte révèle que les thèmes dominants pour les épargnants et les conseillers financiers sont la lutte contre le réchauffement climatique, la santé, le bien-être au travail, l'éducation ou encore l'égalité de revenus. Et durant ces dernières années, de nombreux véhicules d'investissement se sont ainsi lancés autour de ces diverses thématiques.

Une façon concrète d'associer épargne et développement durable.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer