Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Actualités

KON.VOPAK NV

32.450 (c) EUR
0.00% 
Ouverture théorique 32.450

NL0009432491 VPK

Euronext Amsterdam données temps différé
Chargement...
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    32.450

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • capital échangé

    0.00%

  • valorisation

    4 080 MEUR

  • dernier échange

    26.05.23 / 17:39:00

  • limite à la baisse

    30.830

  • limite à la hausse

    34.070

  • rendement estimé 2023

    4.04%

  • PER estimé 2023

    11.30

  • dernier dividende

    1.3 EUR

  • date dernier dividende

    28.04.23

  • Éligibilité

  • Risque ESG

    27.8/100 (moyen)

  • + Portefeuille

  • + Liste

événements à venir

événements passés

Voir plus d'événements Réduire
  • information fournie par Cercle Finance24.04.202311:47

    (CercleFinance.com) - Vopak annonce la signature d'accords pour une nouvelle émission de dettes représentant un montant équivalent à 400 millions d'euros, un financement qui sera versé vers la mi-juin et sera soumis aux conditions de finalisation usuelles

  • information fournie par Cercle Finance11.04.202315:57

    (CercleFinance.com) - Vopak fait part d'un accord de principe avec Gasunie par lequel Vopak fera l'acquisition de 50% d'EemsEnergyTerminal, transaction qui sera soumise à certaines conditions, dont des autorisations réglementaires, et devrait être finalisée au plus tard le 1er octobre 2023

  • information fournie par Reuters05.03.202218:46
    4

    FRANCFORT (Reuters) - L'Allemagne a franchi samedi un pas supplémentaire pour réduire sa dépendance à l'égard des approvisionnements énergétiques russes en dévoilant un projet de terminal d'importation de gaz naturel liquéfié (GNL), nouveau signe d'un changement de politique énergétique après l'invasion de l'Ukraine par Moscou. La banque publique allemande KfW a signé un protocole d'accord avec l'énergéticien allemand RWE et l'opérateur de réseau néerlandais Gasunie pour construire le terminal de la ville portuaire de Brunsbüttel, a indiqué le ministère de l'Economie

  • information fournie par Reuters05.03.202217:58

    FRANCFORT, 5 mars (Reuters) - L'Allemagne a franchi samedi un pas supplémentaire pour réduire sa dépendance à l'égard des approvisionnements énergétiques russes en dévoilant un projet de terminal d'importation de gaz naturel liquéfié (GNL), nouveau signe d'un changement de politique énergétique après l'invasion de l'Ukraine par Moscou. La banque publique allemande KfW a signé un protocole d'accord avec l'énergéticien allemand RWE RWEG

  • information fournie par Reuters02.03.202213:17

    par Markus Wacket BERLIN, 2 mars (Reuters) - L'Allemagne envisagerait une sortie du charbon plus lente que prévu si la Russie arrêtait ses livraisons de gaz à l'Europe en réponse aux sanctions visant Moscou après l'invasion de l'Ukraine, a déclaré mercredi le ministre allemand de l'Economie Robert Habeck. Ces propos, tenus devant les micros de la radio publique Deutschlandfunk, sont un signe supplémentaire du bouleversement que la crise en Ukraine a provoqué dans les plans de transition énergétique de l'Allemagne, obligeant le gouvernement à reconsidérer ses projets de sortie du nucléaire et la durée de vie des centrales au charbon

  • information fournie par Reuters28.02.202200:45

    * L'Allemagne va construire deux centrales de GNL - Scholz * Les centrales à charbon et nucléaires allemandes pourraient fonctionner plus longtemps- Habeck * La moitié de l'énergie allemande provient de Russie par Christoph Steitz, Riham Alkousaa et Maria Sheahan BERLIN, 28 février (Reuters) - L'Allemagne a signalé dimanche un revirement dans ses principales politiques énergétiques, en évoquant la possibilité d'allonger la durée de vie des centrales à charbon et même des centrales nucléaires afin de réduire sa dépendance au gaz russe, après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Plusieurs nations occidentales ont fait pression sur la première économie européenne pour qu'elle devienne moins dépendante du gaz russe, mais ses plans visant à supprimer progressivement les centrales thermiques au charbon d'ici 2030 et à fermer ses centrales nucléaires d'ici fin 2022 lui ont laissé peu d'options