1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

GENFIT
4.8540 (c) EUR
+0.17% 
indice de référenceSBF 120

FR0004163111 GNFT

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    4.9000

  • clôture veille

    4.8460

  • + haut

    4.9500

  • + bas

    4.7920

  • volume

    667 222

  • valorisation

    189 MEUR

  • capital échangé

    1.72%

  • dernier échange

    02.06.20 / 17:35:23

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    4.3700

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    5.3350

  • rendement estimé 2020

    -

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    06.05.20

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet GENFIT

GENFIT : New article of the day

LYLOUM
24 mars 202014:09

Genfit: Near-Term Upside Of 650% As Read-Out Of The Year Approaches
Mar. 24, 2020 12:45 AMGenfit SA (GNFT)ABBV, AGN, BMY
Summary
NASH is a common disease with an expected market size of 20 Bn. $ in 2030 and currently no approved drugs.
A handful of companies including most of big pharma are in the NASH race to become early market entrants.
Crucial phase III read-out of Genfit's lead candidate in NASH (Elafibranor) expected in a matter of weeks.
If proven effective Elafibranor will become the first drug on the market against NASH resolution and the first suitable backbone therapy.
Near-term upside of 650% can be unlocked by a big pharma acquisition. Potential acquirers are identified below.
Introduction
It is remarkable how few articles have been published about Genfit (GNFT) lately on Seeking Alpha. The last articles dated from June and August last year. This is quite remarkable since the company is nearing its make-or-break moment and indicates that investors' confidence is at a low point. Before the end of Q2 the company will have released topline interim phase III results on its lead product (Elafibranor) in its lead indication (NASH). If proven effective, this milestone suffices to get FDA and EMA approval through an accelerated approval process. Less remarkable is that Genfit's price collapsed to the lowest stock price in years. Unless you lived at another planet you are aware of the global sell-off in stocks triggered by the Covid-19 pandemic. During this massive sell-off, investors have indiscriminately unloaded shares of riskful companies. Sadly, early stage biotech is in the first row of a list of risky assets that need to be disposed of at any cost. Additionally, latest news flows surrounding the company did not boost confidence in any way. There were several delays in Genfit's crucial readout and also disappointing results from a competitor molecule with a similar mode of action. This resulted in a YTD performance of nearly -40%. But there is light at the end of the tunnel. This roller-coaster can turn around fast if Genfit's crucial NASH trial is a success. Below the surface the low share price is fuelling the ultimate catalyst; a big pharma acquisition. There are good reasons to believe the big sharks will soon fight for this little fish. The goal of this article is to list and analyse the likely big pharma suspects potentially interested in such a take-over.

Genfit's Elafibranor
Genfit is trying to bring its lead product, Elafibranor, to market in several indications including NASH (Non-Alcoholic Steatohepatitis). NASH is a very common disease and will soon become the biggest cause for liver transplantation before hepatitis C. In a very early stage of the disease, fat is being built up in the liver and the liver swells up (ballooning). When the liver gets too fatty the body starts attacking the liver leading to liver inflammation. This mechanism of inflammation leads to liver damage and scarring. The first phase of liver scarring is called fibrosis in which liver tissue slowly starts to unravel. When the disease progresses further advanced liver scarring will progressively result in liver dysfunction, called cirrhosis and ultimately liver failure. Consequently, patients with liver failure die unless they have a liver transplant. Elafibranor is a small molecule that falls under the category of PPAR agonists. What makes this molecule so interesting is that it has multiple metabolic methods of action and is targeting both the underlying disease (liver fatting, glucose homeostatis and liver inflammation) and the consequences (liver dysfunction, risk on cardiovascular diseases and fibrosis) at the same time. Additionally, the molecule differentiates itself by its excellent safety profile (more than 3000 years of patient exposure). In its class, a clean safety sheet is quite exceptional. There is a long list of PPAR agonist candidates being buried over safety concerns, especially PPAR molecules that hold ?-activity. Elafibranor solely holds ?- and ?-activity and absence of ?-activity might explain its excellent safety profile. The combination of safety and stopping the underlying disease mechanism makes this an ideal candidate for a backbone treatment. Patients with advanced liver damage (fibrosis F>=2) will combine a backbone treatment with other medicines that reverse liver fibrosis or cirrhosis. Not unimportantly, Genfit has IP-protection until 2035 (another 15 years).

NASH market
What makes the NASH market so attractive is its size. Studies are estimating that 3-12% of the US population has NASH, indicating that 10-40 M. Americans suffer from the disease. Furthermore, the percentage of prevalence is expected to increase due to an expected increase in obesity. The prevalence in the rest of the world is lower and is estimated between 1-6%. There is a huge spread in estimates of the total market size. Most bearish estimates indicate a market of $7Bn by 2030. Most bullish estimates indicate a market size of $35 Bn by 2030. Like always, the truth will be somewhere in the middle and many studies predict a market size of around $20 Bn. in 2030. More information on the market size and market fragmentation of NASH can be found in this well-written SA article.

There are several justified reasons why there is so much uncertainty around the market size. Like any drug market, there is the uncertainty of what products will eventually make it to the market and around their clinical profile in terms of efficiency and safety. Ultimately, clinical results will drive drug pricing. Secondly, finding patients will not be easy. NASH is mostly asymptomatic until in advanced levels of fibrosis. Therefore, NASH is stamped as a silent killer with many parallels to the diabetes market. Consequently, there is a lot of uncertainty around how many patients will ultimately be treated.

Equally remarkable as the market size is the fact that there is still no approved medicine on the market to date. Several first wave candidates have failed in phase II and III. Most advanced drug is Intercept's (ICPT) Ocaliva. It reported mixed top-line phase III results in 2019. The trial met its primary end point for improvement in fibrosis (the consequences) but failed to hit its second primary endpoint for NASH resolution (the underlying disease mechanism). Additionally, Ocaliva had side-effects such as itching (pruritus), causing nearly 10% of test subjects to stop treatment in its phase III clinical trial and bad cholesterol amongst others. A lot of physicians put question marks on the potential success of Ocaliva arguing that the large discomfort of itching might outweigh the benefits of a largely asymptomatic disease for a patient. In conclusion, NASH is one of the last untapped and largest multiblock buster markets. Genfit's Elafibranor could become the first drug to be approved for NASH resolution. We recommend you to read through these two presentations (1, 2) by Peter Traber on the competitive clinical landscape in NASH.

Diagnosing NASH
More problematic is that performing a liver biopsy is the golden standard to diagnose NASH to this date. This method implies forcing a needle into the liver in order to obtain a tissue sample. Unfortunately, liver biopsy is expensive, invasive (not without risk) and painful. And even if we would decide this method is worthwhile there are simply not enough certified physicians to perform all biopsies. So to unlock potential in NASH, the industry has to find an alternative diagnostic method. This means they need to develop a non-invasive test that can tell how advanced (fat level, degree of fibrosis, degree of inflammation) is the disease in patients. Genfit takes a leading role here. It developed a non-invasive test called NIS4 based on a combination of 4 biomarkers. This test is able to identify advanced patients (NAS >=4 or F2) with a low false positive rate. It will file for regulatory approval for the diagnostic in 2020. Likely big pharma will first focus their efforts on patients with advanced levels of liver fibrosis, high risk subpopulations like type II diabetic patients, patients with metabolic diseases or hypertension patients until there is a more disease awareness and scalability of the diagnostics (see also Genfit's corporate presentation).

Readout of the year
No matter the outcome of Genfit's phase III trial (named RESOLVE-IT), it will be one of the most bespoken biopharma events of the year considering the stakes. If Elafibranor fails to meet its primary endpoint for NASH resolution (an endpoint recognized by FDA an EMA), it will not be just another NASH failure. Some analysts are sceptic towards Genfit's decision to push Elafibranor into phase III after it previously failed its phase II Golden trial. Indeed, Elafibranor failed to meet its primary end point in that study. Some argue that Genfit should have started a confirmatory phase II trial first instead of a larger more expensive phase III trial. And if Elafibranor fails again in phase III, Genfit just wasted a massive amount of money. Certainly, it is a gamble yet maybe one worthwhile. If the clinical trial hits its primary endpoint, Genfit will shave off at least 3 years in clinical development. Elafibranor will also be the first molecule on the market for NASH resolution (the underlying disease mechanism). One of the secondary endpoints of the trial is improvement in fibrosis (the consequence of the disease). This endpoint is also recognized by the FDA and EMA. Therefore, Elafibranor also has a shot of being second-to-market as an anti-fibrotic drug.

Phase II Golden 505 trial
The company's management assigns the trial's failure on several factors that were inherent with the trial's design. On the other hand, it confidently states the data looks promising and the drug works when looking beyond the trial's design. So what is causing the apparent failure? Genfit tried to win time on patient recruitment by applying a less stringent entry criterion on NAS score (NAS >=3). NAS score is a widely accepted composite score representing disease activity by measuring steatosis, lobular inflammation and ballooning. Most NASH trials have enrolled patients with a high disease activity (NAS >=4) because the effects of a working drug tends to be larger in sicker patients. Genfit selected patients with mild disease activity amongst sicker patients in order to speed up recruitment. Those patients were the main cause of the trial's failure. When accounting for all patients enrolled in the study' Elafibranor did not show improvement versus placebo. However, in a post-hoc analysis there was a statistically significant effect in patients with a higher disease activity (NAS >=4). Genfit rationalized this subgroup referencing to other NASH trials with stricter enrolment criteria. With that the company's management also silently confessed a bad trial design. Another explanation for enrolling patients with a NAS score of 3 is that Elafibranor was originally thought to be more effective. The drug also showed a statistically significant effect improvement in all patients versus the placebo arm by changing the definition of NASH-resolution. The company's management argues that the new definition is more relevant because it is aligned with the latest FDA guidelines (which changed during the course of its phase II trial).

A hardcore statistician will point out that you can always find an angle to look at your datasheet allowing you to see what you hope to see. In order to cope with biases, one must use good statistical practices. This means defining a protocol upfront that describes everything from the data collection plan including enrolment criteria, number of patients in each arm, procedures for performed tests by the physician, to the analysis plan of the collected data. In this strict sense, Golden trial was indeed a failure. However, this data is not Elafibranor's final exam for regulatory approval.

Phase III Resolve-It trial
The real question is how predictive is the phase II data of the Golden trial for the phase III Resolve-It results. My conviction is that the data from the post-hoc subgroup analysis is a good predictor for the nearing phase III readout; both protocol changes have a credible rationale and justify results. In Resolve-It the new operational definition for NASH resolution (in accordance to the new FDA guideline) was implemented in the protocol. This definition is more stringent towards claiming NASH resolution and increases the resolution of the measurement (decreasing the placebo effect*). Most importantly more stringent enrolment criteria (NAS >= 4) are implemented to avoid what happened in the Golden study. More insights on the phase II data can be found in this SA article. There is also a possibility that phase III results will outperform results obtained for Golden's subgroup post-hoc analysis with the new definition for NASH resolution. The duration of the treatment in the phase III study is 72 weeks versus 52 weeks in the Golden study. With a longer treatment duration, the effect of an effective drug potentially increases resulting in a larger difference versus the placebo arm. The number of patients in Resolve-It increased to 2000 (versus 270 in Golden). However, the interim readout will be based on the first ~1000 patients. Statistical power increases with sample sizes resulting in lower p-values yet does not change average improvement. A negative point is the increase in the amount of clinics for treatment from 56 in 9 different countries (Resolve-It) to 317 in 26 countries (Golden). This implies that the average number of patients per clinic decreased from 5 to 3. The number of clinics could contribute to the study variation, yet was necessary in order to cope with the higher number of patients and competing trials. As a comparison, Intercept used 347 clinics to recruit 2500 patients in its phase III Regenerate trial for Ocaliva in NASH. Another unknown is the increasing number of countries and the effect of population heterogeneity on the study variation.

Elafibranor, a strategic asset
It should be clear that Elafibranor is not just another NASH drug. It has a decent shot at being the first approved drug for NASH resolution. Elafibranor's clean safety sheet makes it the ideal molecule to further build a franchise by developing combo drugs. And opposed to Intercept's Ocaliva (an FXR receptor) there are very little other clinically advanced drugs in this molecule class (PPAR agonists) due to safety concerns. To my knowledge, there are just four PPAR in clinical development for NASH. The clinical development of one of the four (Seladelpar) was recently halted over safety issues. The other two molecules - Inventiva's Lanifibranor (IVEVF) and Intercept's Bezafibrate - are pan-PPAR's meaning they have both ?, ? and ?-activity while Elafibranor only has ?/?-activity. All three molecules seem equally promising or even more promising than Genfit's lead. Inventiva refers to impressive results in a small study with pioglitazone, a PPAR-? agonist, in its company presentation. In the near future, Inventiva will report out phase IIb results of Lanifibranor (expected H1 2020). This will allow a comparison and provide more insights on the contribution of PPAR ?-activity. Both class competitors are at least 2 years behind Elafibranor, yet Inventiva is clearly pushing hard to catch up on Genfit. For bezafibrate (marketed for hyperlipidemia) timelines are less clear. Intercept's interest in bezafibrate extends beyond improving NASH. Bezafibrate has favourable effects on pruritus and LDL-cholesterol levels. Therefore, it is a perfect match with Ocaliva to enhance both efficacy and safety versus Ocaliva's monotherapy. Note that Elafibranor also shows preliminary favourable effects on pruritus. Yet not all FXR agonists need to be combined with a PPAR agonist to counter pruritus. Pruritus in FXR agonists is potentially linked with off-target activity of GPBAR1-activation. Non bile acid FXRs (such as Novartis' tropifexor) do not have this side effect though.

But Genfit is more than just Elafibranor. It holds the key to the door for the entire industry. Breaking the golden standard of liver biopsy for diagnosing NASH and marketing a validated in-vitro diagnostic is crucial for the success of all NASH treatments. Genfit potentially is the first company to do so (submission for approval expected in 2020). NASH IVD market is estimated to be worth around $2 Bn. or 10% of the total NASH market (20 M. patients x $100 per test). If Genfit's IVD test becomes the new industry standard it can capture $500 M. in sales. The company is, however, not interested in selling diagnostic tests and therefore partnered up with LabCorp (LH) to market NIS4. Financial terms have not been disclosed but Genfit might receive an estimated 10-15% of sales as milestone payments. This could bring in an additional $50-75 M. in yearly milestones after some years. This will certainly add to Genfit's image as an industry leader. It is also a valuable sales argument that will help a salesforce in getting a foot through the door of gastroenterologists. And there is more. Genfit is also starting up a phase III study of Elafibranor in primary biliary cholangitis (PBC), a life threatening rare liver disease with a highly unmet medical need. Phase II results in PBC were promising and showed much greater effectiveness (~ double) than Intercept's marketed Ocaliva. The market size of PBC is expected to grow from $562 M. in 2017 to $8.6 Bn. in 2026. Again you also need to consider the cross-sales advantages in PBC/NASH contributing to the validity of Elafibranor and the success in NASH.

What Genfit is really worth
Recently, Genfit's stock price has hit a multiyear low of just under $10, equivalent to a market cap of $385 M. The company has a small net cash position of €140 M. (~$154 M.) and has plenty of cash (€~300 M. or ~$330 M.) to survive the current financial storm. Elafibranor has the potential as a monotherapy to reach peak sales of $1 Bn. in 2030. Of course no-one really knows what peak sales to expect considering the huge uncertainty and dynamics in the NASH market. Peak sales estimates are ranging from $600 M. to $4 Bn. and are presumably based on a similar effectiveness in the Golden study. My personal view is that $1 Bn. in peak sales seems fairly conservative considering the market size, the large amount of clinical failures so far, the lag of competition, the attractive safety profile and being first-to-market as a backbone treatment for NASH.

This number is quite conservative because it vastly underestimates Genfit's ability to build a franchise. Genfit currently has its own FXR agonist, ACC inhibitor and GLP-1 agonist under preclinical development. These molecular pathways are big pharma's most extensively investigated targets under clinical development (read below). If a big pharma company succeeds in validating one of those targets, Genfit can also benefit in term. If it plays its cards right it can stay ahead of the competition by progressing a combo of Elafibranor and its own similar molecule. Interestingly, Genfit also has a repurposed anti-fibrotic molecule in pipeline, named nitazoxanide (NTZ). NTZ is a marketed broad anti-parasitic and anti-viral drug with only minor notable side effects and an unknown mechanism of action in NASH. Genfit is launching a phase II trial to investigate NTZ as an anti-fibrotic monotherapy and also plans to investigate a combination of NTZ and Elafibranor as a backbone treatment for NASH. Notably, a large chunk of the NASH market consists of the NASH fibrosis market. The company states that preclinical data of NTZ looks promising. As a conclusion, Genfit has plenty of weapons to stay a frontrunner in the NASH race and to maximize returns on Elafibranor.

Acquisition multiples for biopharma companies usually range between 2-3 times expected peak sales (corrected with the probability of success). This implies a fair take-over price of $2-3 Bn. However, the strategic value of Elafibranor for being first-to-market as a backbone treatment, the potential for combo's with big pharma's in-house molecules, the first IVD test under development, the unique potential of NTZ, the potential of Elafibranor in PBC and the net cash position of $150 M. justifies a price card of $4 Bn. This is the equivalent of a share price of $103 per share. At current share price of $13.8, this would imply an upward potential of 650%. Interestingly, before the Covid pandemic, Intercept as a standalone company was worth around $3 Bn. trading at a historical share price of $90 and is now worth around $50 per share corresponding to $1.9 Bn. So in case Elafibranor proves successful in hitting its primary endpoint, we can at least expect similar valuations for both companies. Especially when you keep in mind Elafibranor holds more potential than Ocaliva. When flipping the numbers you could state that the market is currently estimating the probability of success for Elafibranor at a depressing 13.5% or less.

Fuel for an acquisition
Genfit is considered a one-trick-pony on Elafibranor and is therefore suitable for a bolt-on acquisition by big pharma. Additionally, Genfit still holds all licenses for Elafibranor (except for greater-China) keeping the door wide open for a potential suitor. Another argument towards an offer is the low market cap as seen today. A low market valuation will catalyse a big pharma offer because it allows for dazzling premiums on current share price. This will put the current management under pressure to sell their company (or partner up as a counter move). A bidding war might start with one opportunistic offer and a refusal by Genfit's BOD ending with a knock-out offer from another pharma giant. You might wonder why no one has approached Genfit so far? Afterall, why wait if you could swipe the company off the market today for a lot less. The answer is simple. No CEO or CFO will risk its position and career over an acquisition that could be worth zero in a short time span. In such a scenario, most investors would question management's ability to spot quality assets rather than biopharma's binary nature. Therefore, my expectation is that there will be activity after Elafibranor is derisked by top-line interim data on effectiveness. Now the question remains which pharma companies are potential suitors for Genfit?

Gilead
Gilead (GILD) is one of the frontrunners in NASH and has already splashed quite some cash in this disease area. The company acquired Nimbus Therapeutics in 2016 in a deal worth $1.2 Bn of which $400 M. upfront and $800 M. in milestones. With this deal it acquired a handful of preclinical programs and more importantly Fircosostat, a phase II ACC inhibitor. Its most advanced molecule, however, was selonsertib. Selonsertib is an ASKi and failed two phase III studies last year. One against cirrhosis and one against advanced fibrosis. Gilead also payed $470 M. in 2015 to acquire Phenex Pharmaceuticals for a handful of FXR agonists. One of them, Cilofexor, showed positive results in a phase II trial. Worth mentioning is that Gilead has an agreement with Novo Nordisk (NYSE:NVO) to use Cilofexor and Fircosostat in combination with Novo Nordisk's semaglutide (GLP-1). Gilead's CEO O'day is a true believer that drug combinations are the future in treating NASH. Of course, you first need good ingredients to make a good cocktail.

Novo Nordisk
Novo Nordisk's interest in NASH comes quite natural as the company's therapeutic focus lies in diabetes and obesity which are both closely related to NASH. Not surprisingly, Novo's two main leads in NASH, called semaglutide & liraglutide (both GLP-1 agonists), are already marketed for type 2 diabetes. Both molecules are currently in phase II for NASH and semaglutide is also in phase III for obesity. Especially liraglutide was able to show impressive results. Interestingly, there seems to be a synergetic effect of PPAR agonists and GLP-1 agonists. However, the synergetic effect is due to the enhancement of PPAR-? which Elafibranor does not have. Another markable fact is that Genfit itself has a combo-drug with Elafibranor and a GLP-1 agonist and thus believes that the classes are a good match. If I had to bet money on just one pharma company to acquire Genfit it would be Novo Nordisk. An early entrance ticket seems like the perfect runway for a long lasting franchise in NASH with at the basis Novo's GLP-1 molecules and Genfit's elafibranor. How logical this may seem, up until now Novo has only acquired several early stage molecules. Even more disappointingly CEO Jørgensen claimed that he has no interest in acquiring a late stage candidate because they have a better long-term play. This is of course in contrast with big pharma's vision that only through drug combinations satisfying results can be achieved. In this light, any molecule with a different mechanism of action can be a valuable asset in their pipeline. However, I wouldn't be surprised if they finally do make an offer. It is of course not in the Danish company's interest to put their cards on the table so we have to wait until the curtain falls.

Allergan/AbbVie
The biggest spender in NASH until now is Allergan (AGN). In 2016, Allergan acquired Tobira Therapeutics for $1.7 Bn. of which $600 M. was payed upfront in cash and the rest in milestone payments. With that acquisition, Allergan became a frontrunner in NASH with its lead molecule Cenicriviroc (a CCR2/5 inhibitor). The drug candidate is currently under investigation against fibrosis. With that deal, Allergan also acquires a less advanced phase I asset (DPP-4 inhibitor). In 2017, Allergan also teamed up with Novartis to combine Cenicriviroc with Tropifexor (an FXR inhibitor) against fibrosis. Novartis is lending out the same molecule in a collaboration with Pfizer (NYSE:PFE) to test several combos. Note that Allergan is also developing its own FXR inhibitor currently in phase I. Last year AbbVie launched an offer on Allergan, however the deal is not yet closed (expected in 2020). AbbVie's offer was considered as opportunistic and was aimed at wheeling in Allergan's cash flows from their Botox franchise at a steep discount. AbbVie has not been active in NASH and it remains a question if they see this therapeutic area as strategic. The logical answer is that AbbVie will build further on Allergan's pipeline in order to diversify further away from the world's bestselling drug Humira. The sound of the next untapped 20 Bn. $ market will be music in the ears of CEO Richard Gonzalez.

Novartis
Novartis (NVS) currently only has two drug candidates in NASH, called tropifexor and LMB763. Both molecules are FXR agonists that are currently under investigation in phase II. It is important to note that both FXR agonists are non-bile acids. Consequently, it is less likely that these molecules have pruritus as a side effect opposed to Ocaliva. Interestingly, Novartis has lent out its lead candidate (tropifexor) for combo therapies to both Pfizer and Allergan. In 2016, Novartis also in-licensed Emricasan from Conatus for a small upfront payment of $50 M. Emricasan was at that time one of the most advanced second wave NASH candidates. Last year Emricasan failed to prove itself effective against fibrosis in a phase IIb trial after also failing against cirrhosis in another clinical trial. Until now, Novartis seems mostly interested in the fibrosis and cirrhosis market. If Genfit is proven successful against fibrosis (a secondary endpoint in its phase III trial) Novartis might show interest in Elafibranor to combine with its FXR agonist.

Pfizer Inc.
Pfizer has one phase I (DGAT2i) and two phase II (ACCi & KHKi) molecules in the pipeline for NASH. It is also investigating an in-house combo of the DGAT2i and ACCi molecule in a phase II trial. Pfizer also expressed interest in the FXR agonists class as there is an agreement with Novartis to launch combos on all 3 Pfizer molecules with Novartis' lead FXR agonist, tropifexor. CEO Bourla has made it the company's strategy to launch 25 new products by 2025. Half of those will come from acquisitions. On several conferences, CEO Bourla stated that the age of doing incremental acquisitions is over. Instead, Pfizer is looking to acquire assets that are truly changing a disease paradigm. Genfit would fit needlessly under Bourla's strategy of bold moves as Pfizer is not yet a frontrunner in NASH (but holds ambitions).

Other big pharma players
Eli Lilly (LLY) is a similar story to Novo Nordisk. The company is active in the diabetes market and is testing a marketed dual GIP/GLP-1 receptor (Tirzepatide) agonist in NASH (phase IIb). They do not seem very committed towards NASH as they have sold out several assets rather than building their pipeline. Maybe the pharma giant will await a success of Tirzepatide's IIb phase to further commit into this therapeutic area. The Suisse pharmaceutical giant, Roche (OTCQX:RHHBY), did a small acquisition in NASH of preclinical assets in 2018 but hasn't made any major moves. Johnson & Johnson (JNJ) bought itself into the NASH race in 2017 by acquiring a phase I asset with a unique mode of action (CB1 receptor). Other than that it remains awfully quiet at the front of the biggest pharmaceutical company. Merck (MRK) recently (2019) brought itself into the NASH race by acquiring a phase Ib asset from NGM after it showed promising results in reducing the amount of liver fat. Merck intends to launch a phase IIb trial soon. Bristol-Meyer Squibb (BMY) has its in-house molecule (FGF21 analogue) under investigation in NASH and fibrosis. Their lead met its primary endpoint in a phase IIa study in 2017. It remains unsure when they will start a phase IIb trial.

Recommendations
In a matter of weeks, phase III results will be published to investors. This make-or-break event could unlock an intrinsic value of $4 Bn. through a near-term big pharma buyout. It is always tricky to predict the outcome of such an event. Therefore, my recommendation is to wait for top-line results of the phase III study in NASH and buy immediately after announcing good results. You might miss some part of the rally but you don't risk a stock meltdown when results are not as good as expected. The upside of such a strategy will still be considerable. For those of you who can stand the intrinsic risk of a binary phase III event, buying now gives you an upward potential of a staggering 650%. Importantly, this valuation is independent of the evolution of the current Covid-19 pandemic.

Disclosure: I am/we are long GNFT, GNFTF. I wrote this article myself, and it expresses my own opinions. I am not receiving compensation for it (other than from Seeking Alpha). I have no business relationship with any company whose stock is mentioned in this article.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

49 réponses

  • LYLOUM
    24 mars 202014:18

    Quel article magnifique
    Peut être le plus beau 

    Signaler un abus

  • Xtreml
    24 mars 202014:39

    Au cours de maintenant ça ferait 82,94E
    Bizarre j'avais prévu entre 60/90 dans un premier temps .
    Auraient ils les mêmes méthodes comptables?

    Si résultats positifs .
    Enfin des gens sérieux 

    Signaler un abus

  • belhelen
    24 mars 202014:49

    Bel article oui, ça commence enfin.

    Signaler un abus

  • remrub
    24 mars 202015:07

    Excellent résumé, très instructif, merci

    Signaler un abus

  • Sunsoi
    24 mars 202015:08

    Magnifique analyse !!
    Plus qu'attendre les résus :-)

    Signaler un abus

  • dratiser
    24 mars 202015:14

    c'est peu ou prou ce que j'avais evalué
    ily a qlq mois 80 .........bel article en tout cas  , merci

    Signaler un abus

  • LYLOUM
    24 mars 202015:15

    Vraiment une surprise pour moi cet article 
    En plus le rédacteur précise bien que c'est son analyse aucune influence 

    Signaler un abus

  • M6308011
    24 mars 202015:28

    Tu peux m'envoyer le lien merci. 

    Signaler un abus

  • remrub
    24 mars 202015:39

    Quand on lit un tel article, on a envie encore plus d'y croire; espérant que les résultats intermédiaires soient à la hauteur de nos attentes

    Signaler un abus

  • Remora37
    24 mars 202015:42

    Target  un peu bas pour moi, mais très bel article tout de meme

    Signaler un abus

  • cedmalo
    24 mars 202015:48

    Tres bon article , tres complet sauf concernant l'estimation du potentiel de genfit a 1 minable milliard en pointe sur un marché bas de 20 milliards !!
    Non.
    On sera bien au dessus.

    Pour rappel, Portzamparc estimait en 2018 ce meme potentiel a 8 milliards
    d'euros.
    https://www.tradingsat.com/genfit-FR0004163111/actualites/genfit-portz amparc-voit-un-potentiel-de-mega-blockbuster-pour-elafibranor-796263.html

    Signaler un abus

  • M6308011
    24 mars 202015:58

    Le résultat sont attendus au deuxième trimestre alors qu'il devrait être publié avant le 31.03.2020  !

    Signaler un abus

  • dnahas
    24 mars 202016:00

    il reprend ce que GDiviry a decrit dans son blog

    Signaler un abus

  • LYLOUM
    24 mars 202016:08

    M6308011 
    Entre nous le 2ème trimestre c'est la semaine prochaine 

    Signaler un abus

  • Mooogli
    24 mars 202016:12

    Merci, superbe article ...

    Signaler un abus

  • dnahas
    24 mars 202016:13

    on sera fixé dans 3 à 4 semaines

    Signaler un abus

  • LYLOUM
    24 mars 202016:17

    dnahas 
    Je sais pas pourquoi mais je pense entre le 8 et le 16 Avril les résultats 
    Attention c'est juste un ressenti 

    Signaler un abus

  • dit
    24 mars 202016:30

    mème si mon anglais de lycée me permet de comprendre l'article, est ce que quelqu'un peut mettre la traduction sur le forum ?je l'en remercie d'avance comme je remercie lyloum de nous faire profiter de sa trouvaille

    Signaler un abus

  • LYLOUM
    24 mars 202016:35

    dit C'est beaucoup trop long
    Tu devrais faire un copier coller sur google traduction 

    Signaler un abus

  • philouva
    24 mars 202016:52

    Genfit: hausse à court terme de 650% à l'approche de la lecture de l'année
    La NASH est une maladie courante avec une taille de marché attendue de 20 milliards. $ en 2030 et actuellement aucun médicament approuvé.

    Une poignée d'entreprises, dont la plupart des grandes sociétés pharmaceutiques, sont dans la course à la NASH pour devenir les premiers entrants sur le marché.

    Lecture cruciale de la phase III du candidat principal de Genfit dans la NASH (Elafibranor) attendue dans quelques semaines.

    S'il s'avère efficace, Elafibranor deviendra le premier médicament sur le marché contre la résolution de la NASH et le premier traitement de base approprié.

    Une hausse à court terme de 650% peut être débloquée par une grosse acquisition pharmaceutique. Les acquéreurs potentiels sont identifiés ci-dessous.
    introduction

    Il est remarquable de constater que peu d'articles ont été publiés sur Genfit ( GNFT) récemment sur Seeking Alpha. Les derniers articles datent de juin et août de l'année dernière. Ceci est tout à fait remarquable car la société approche de son moment de rupture et indique que la confiance des investisseurs est à un point bas. Avant la fin du deuxième trimestre, la société aura publié les résultats provisoires de la phase III de son produit phare (Elafibranor) dans son indication de plomb (NASH). S'il s'avère efficace, ce jalon suffit pour obtenir l'approbation de la FDA et de l'EMA grâce à un processus d'approbation accéléré. Ce qui est moins remarquable, c'est que le prix de Genfit s'est effondré au cours de l'action le plus bas depuis des années. À moins que vous ne viviez sur une autre planète, vous êtes conscient de la liquidation mondiale des stocks déclenchée par la pandémie de Covid-19. Au cours de cette vente massive, les investisseurs ont déchargé sans discrimination des actions de sociétés risquées. Malheureusement, la biotechnologie à un stade précoce figure au premier rang d'une liste d'actifs risqués qui doivent être éliminés à tout prix. De plus, les derniers flux d'informations concernant la société n'ont en aucun cas renforcé la confiance. Il y a eu plusieurs retards dans la lecture cruciale de Genfit et également des résultats décevants d'une molécule concurrente avec un mode d'action similaire. Il en est résulté une performance YTD de près de -40%. Mais il y a de la lumière au bout du tunnel. Ces montagnes russes peuvent se retourner rapidement si l'essai crucial de Genfit sur la NASH est un succès. Sous la surface, le bas cours de l'action alimente le catalyseur ultime; une grosse acquisition pharmaceutique. Il y a de bonnes raisons de croire que les gros requins vont bientôt se battre pour ce petit poisson. Le but de cet article est de répertorier et d'analyser les gros suspects susceptibles d'être intéressés par une telle prise de contrôle.
    Elafibranor de Genfit

    Genfit tente de commercialiser son produit phare, Elafibranor, dans plusieurs indications dont la NASH (stéatohépatite non alcoolique). La NASH est une maladie très courante et deviendra bientôt la principale cause de transplantation hépatique avant l'hépatite C.A un stade très précoce de la maladie, la graisse s'accumule dans le foie et le foie gonfle (ballonnement). Lorsque le foie devient trop gras, le corps commence à attaquer le foie, entraînant une inflammation du foie. Ce mécanisme d'inflammation entraîne des lésions hépatiques et des cicatrices. La première phase de la cicatrisation du foie est appelée fibrose, dans laquelle le tissu hépatique commence lentement à s'effilocher. Lorsque la maladie progresse, des cicatrices hépatiques avancées entraîneront progressivement une dysfonction hépatique, appelée cirrhose et, finalement, une insuffisance hépatique. Par conséquent, les patients insuffisants hépatiques décèdent à moins d'avoir subi une transplantation hépatique. Elafibranor est une petite molécule qui appartient à la catégorie des agonistes PPAR. Ce qui rend cette molécule si intéressante, c'est qu'elle a plusieurs méthodes métaboliques d'action et cible à la fois la maladie sous-jacente (graisse du foie, glucose homéostatique et inflammation du foie) et les conséquences (dysfonctionnement hépatique, risque sur les maladies cardiovasculaires et fibrose) en même temps . De plus, la molécule se différencie par son excellent profil d'innocuité (plus de 3000 ans d'exposition du patient). Dans sa catégorie, une feuille de sécurité propre est tout à fait exceptionnelle. Il existe une longue liste de candidats agonistes PPAR étant enterrés pour des raisons de sécurité , en particulier les molécules PPAR qui détiennent une activité y. Elafibranor détient uniquement une activité ? et ? et l'absence d'activité ? pourrait expliquer son excellent profil de sécurité. La combinaison de la sécurité et de l'arrêt du mécanisme de la maladie sous-jacente en fait un candidat idéal pour un traitement de la colonne vertébrale. Les patients atteints de lésions hépatiques avancées (fibrose F >= 2) combineront un traitement de base avec d'autres médicaments qui inversent la fibrose hépatique ou la cirrhose. Non négligeable, Genfit bénéficie d'une protection IP jusqu'en 2035 (15 ans de plus).
    Marché NASH

    Ce qui rend le marché NASH si attrayant, c'est sa taille. Des études estiment que 3 à 12% de la population américaine souffre de NASH, ce qui indique que 10 à 40 millions d'Américains souffrent de la maladie. En outre, le pourcentage de prévalence devrait augmenter en raison d'une augmentation attendue de l'obésité. La prévalence dans le reste du monde est plus faible et est estimée entre 1 et 6%. Il y a une énorme dispersion dans les estimations de la taille totale du marché. La plupart des estimations baissières indiquent un marché de 7 milliards de dollars d'ici 2030. La plupart des estimations haussières indiquent une taille de marché de 35 milliards de dollars d'ici 2030. Comme toujours, la vérité se situera quelque part au milieu et de nombreuses études prédisent une taille de marché d'environ 20 milliards de dollars. en 2030 . Plus d'informations sur la taille du marché et la fragmentation du marché de la NASH peuvent être trouvées dans cet article SA bien écrit .

    Il y a plusieurs raisons justifiées pour lesquelles il y a tant d'incertitude autour de la taille du marché. Comme tout marché des médicaments, il existe une incertitude quant aux produits qui arriveront finalement sur le marché et autour de leur profil clinique en termes d'efficacité et de sécurité. En fin de compte, les résultats cliniques feront augmenter le prix des médicaments. Deuxièmement, trouver des patients ne sera pas facile. La NASH est principalement asymptomatique jusqu'aux niveaux avancés de fibrose. Par conséquent, la NASH est considérée comme un tueur silencieux avec de nombreux parallèles avec le marché du diabète. Par conséquent, il y a beaucoup d'incertitude quant au nombre de patients qui seront finalement traités.

    Tout aussi remarquable que la taille du marché est le fait qu'il n'y a encore aucun médicament approuvé sur le marché à ce jour. Plusieurs candidats de la première vague ont échoué en phase II et III . Le médicament le plus avancé est Ocaliva d' Intercept ( ICPT) . Il a publié des résultats mitigés de phase III en 2019. L'essai a atteint son principal critère d'évaluation de la fibrose (les conséquences), mais n'a pas atteint son deuxième critère d'évaluation principal pour la résolution de la NASH (le mécanisme pathologique sous-jacent). De plus, Ocaliva a eu des effets secondaires tels que des démangeaisons (prurit), obligeant près de 10% des sujets testés à arrêter le traitement dans son essai clinique de phase III et le mauvais cholestérol entre autres. De nombreux médecins ont mis en doute le succès potentiel d'Ocaliva en faisant valoir que l'inconfort important des démangeaisons pouvait l'emporter sur les avantages d'une maladie largement asymptomatique pour un patient. En conclusion, la NASH est l'un des derniers marchés de bus multiblocs inexploités et les plus importants. L'Elafibranor de Genfit pourrait devenir le premier médicament approuvé pour la résolution de la NASH. Nous vous recommandons de lire ces deux présentations ( 1 , 2 ) de Peter Traber sur le paysage clinique concurrentiel de la NASH.
    Diagnostiquer la NASH

    Plus problématique est que la réalisation d'une biopsie du foie est l'étalon-or pour diagnostiquer la NASH à ce jour. Cette méthode implique de forcer une aiguille dans le foie afin d'obtenir un échantillon de tissu. Malheureusement, la biopsie hépatique est coûteuse, invasive (non sans risque) et douloureuse. Et même si nous décidions que cette méthode en vaut la peine, il n'y a tout simplement pas assez de médecins certifiés pour effectuer toutes les biopsies. Donc, pour libérer le potentiel de la NASH, l'industrie doit trouver une méthode de diagnostic alternative. Cela signifie qu'ils doivent développer un test non invasif qui peut dire à quel point la maladie est avancée (niveau de graisse, degré de fibrose, degré d'inflammation) chez les patients. Genfit y joue un rôle de premier plan. Il a développé un test non invasif appelé NIS4 basé sur une combinaison de 4 biomarqueurs. Ce test est capable d'identifier les patients avancés (NAS >=4 ou F2) avec un faible taux de faux positifs. Il déposera une demande d'approbation réglementaire pour le diagnostic en 2020. Les grandes sociétés pharmaceutiques concentreront probablement leurs efforts sur les patients présentant des niveaux avancés de fibrose hépatique, les sous-populations à haut risque comme les patients diabétiques de type II, les patients atteints de maladies métaboliques ou les patients souffrant d'hypertension jusqu'à ce qu'il y ait plus sensibilisation aux maladies et évolutivité des diagnostics (voir également la présentation corporative de Genfit ).
    Lecture de l'année

    Quel que soit le résultat de l'essai de phase III de Genfit (nommé RESOLVE-IT), ce sera l'un des événements biopharmaceutiques les plus révélés de l'année compte tenu des enjeux. Si Elafibranor ne parvient pas à atteindre son principal critère d'évaluation pour la résolution NASH (un critère reconnu par la FDA et EMA), il ne s'agira pas simplement d'une autre défaillance NASH. Certains analystes sont sceptiques vis-à-vis de la décision de Genfit de pousser Elafibranor en phase III après l' échec de son essai Golden phase II. En effet, Elafibranor n'a pas atteint son objectif principal dans cette étude. Certains soutiennent que Genfit aurait dû commencer un essai de phase II de confirmation au lieu d'un essai de phase III plus important et plus coûteux. Et si Elafibranor échoue à nouveau en phase III, Genfit vient de gaspiller une énorme somme d'argent. Certes, c'est un pari qui en vaut peut-être la peine. Si l'essai clinique atteint son critère d'évaluation principal, Genfit va raser au moins 3 ans dans le développement clinique. Elafibranor sera également la première molécule sur le marché pour la résolution de la NASH (le mécanisme pathologique sous-jacent). L'un des critères secondaires de l'essai est l'amélioration de la fibrose (la conséquence de la maladie). Ce point final est également reconnu par la FDA et l'EMA. Par conséquent, Elafibranor a également une chance d'être deuxième sur le marché en tant que médicament anti-fibrotique.
    Essai de phase II Golden 505

    La direction de l'entreprise attribue l'échec de l'essai à plusieurs facteurs inhérents à la conception de l'essai. D'un autre côté, il déclare avec confiance que les données semblent prometteuses et que le médicament fonctionne au-delà de la conception de l'essai. Alors, qu'est-ce qui cause l'échec apparent? Genfit a essayé de gagner du temps sur le recrutement des patients en appliquant un critère d'entrée moins strict sur le score NAS (NAS >=3). Le score NAS est un score composite largement accepté représentant l'activité de la maladie en mesurant la stéatose, l'inflammation lobulaire et le ballonnement. La plupart des essais NASH ont recruté des patients présentant une activité élevée de la maladie (NAS >=4) car les effets d'un médicament actif ont tendance à être plus importants chez les patients plus malades. Genfit a sélectionné des patients présentant une activité bénigne parmi les patients plus malades afin d'accélérer le recrutement. Ces patients étaient la principale cause de l'échec de l'essai. En tenant compte de tous les patients inscrits à l'étude, «Elafibranor n'a pas montré d'amélioration par rapport au placebo. Cependant, dans une analyse post-hoc, il y avait un effet statistiquement significatif chez les patients présentant une activité plus élevée de la maladie (NAS >=4). Genfit a rationalisé ce sous-groupe en se référant à d'autres essais NASH avec des critères d'inscription plus stricts. Avec cela, la direction de l'entreprise a également avoué silencieusement une mauvaise conception de l'essai. Une autre explication pour l'inscription des patients avec un score NAS de 3 est que Elafibranor était initialement considéré comme plus efficace. Le médicament a également montré une amélioration statistiquement significative de l'effet chez tous les patients par rapport au bras placebo en modifiant la définition de la résolution NASH. La direction de la société soutient que la nouvelle définition est plus pertinente car elle est alignée sur les dernières directives de la FDA (qui ont changé au cours de son essai de phase II).

    Un statisticien inconditionnel vous indiquera que vous pouvez toujours trouver un angle pour regarder votre fiche technique vous permettant de voir ce que vous espérez voir. Pour faire face aux biais, il faut utiliser de bonnes pratiques statistiques. Cela signifie définir un protocole initial qui décrit tout, du plan de collecte de données, y compris les critères d'inscription, le nombre de patients dans chaque bras, les procédures pour les tests effectués par le médecin, jusqu'au plan d'analyse des données collectées. Au sens strict, le procès Golden fut en effet un échec. Cependant, ces données ne sont pas l'examen final d'Elafibranor pour approbation réglementaire.
    Essai de phase III Resolve-It

    La vraie question est de savoir dans quelle mesure les données de la phase II de l'essai Golden pour les résultats de la phase III Resolve-It sont prédictives. Ma conviction est que les données de l'analyse du sous-groupe post-hoc sont un bon prédicteur de la lecture de la phase III qui approche. les deux changements de protocole ont une justification crédible et justifient les résultats. Dans Resolve-It, la nouvelle définition opérationnelle de la résolution NASH (conformément à la nouvelle directive de la FDA) a été mise en œuvre dans le protocole. Cette définition est plus stricte pour revendiquer une résolution NASH et augmente la résolution de la mesure (diminuant l'effet placebo *). Plus important encore, des critères d'inscription plus rigoureux (NAS >= 4) sont mis en œuvre pour éviter ce qui s'est passé dans l'étude Golden. Plus d'informations sur les données de la phase II peuvent être trouvées dans cet article SA . Il est également possible que les résultats de la phase III surpassent les résultats obtenus pour l'analyse post-hoc du sous-groupe de Golden avec la nouvelle définition de la résolution NASH. La durée du traitement dans l'étude de phase III est de 72 semaines contre 52 semaines dans l'étude Golden. Avec une durée de traitement plus longue, l'effet d'un médicament efficace augmente potentiellement, entraînant une différence plus importante par rapport au bras placebo. Le nombre de patients dans Resolve-It est passé à 2000 (contre 270 à Golden). Cependant, la lecture intermédiaire sera basée sur les premiers 1000 patients. La puissance statistique augmente avec la taille des échantillons, ce qui entraîne des valeurs de p plus faibles, mais ne change pas l'amélioration moyenne. Un point négatif est l'augmentation du nombre de cliniques pour le traitement de 56 dans 9 pays différents (Resolve-It) à 317 dans 26 pays (Golden). Cela implique que le nombre moyen de patients par clinique est passé de 5 à 3. Le nombre de cliniques pourrait contribuer à la variation de l'étude, mais était nécessaire pour faire face au nombre plus élevé de patients et aux essais concurrents. À titre de comparaison, Intercept a utilisé 347 cliniques pour recruter 2500 patients dans son essai Regenerate de phase III pour Ocaliva dans la NASH. Une autre inconnue est le nombre croissant de pays et l'effet de l'hétérogénéité de la population sur la variation de l'étude.
    Elafibranor, un atout stratégique

    Il devrait être clair qu'Elafibranor n'est pas simplement un autre médicament de la NASH. Il a une chance décente d'être le premier médicament approuvé pour la résolution de la NASH. La fiche de sécurité propre d'Elafibranor en fait la molécule idéale pour continuer à construire une franchise en développant des médicaments combinés. Et contrairement à Ocaliva d'Intercept (un récepteur FXR), il existe très peu d'autres médicaments cliniquement avancés dans cette classe de molécules (agonistes PPAR) en raison de problèmes de sécurité. À ma connaissance, il n'y a que quatre PPAR en développement clinique pour la NASH. Le développement clinique de l'un des quatre (Seladelpar) a récemment été interrompu en raison de problèmes de sécurité . Les deux autres molécules - Lanifibranor d'Inventiva (IVEVF) et Bezafibrate d'Intercept - sont pan-PPAR, ce qui signifie qu'elles ont à la fois une activité ?, ? et ? tandis qu'Elafibranor n'a qu'une activité ? / ?. Les trois molécules semblent tout aussi prometteuses, voire plus prometteuses, que l'avance de Genfit. Inventiva fait référence à des résultats impressionnants dans une petite étude avec la pioglitazone, un agoniste PPAR-?, dans sa présentation de l'entreprise . Dans un avenir proche, Inventiva publiera les résultats de la phase IIb de Lanifibranor (prévu au premier semestre 2020). Cela permettra une comparaison et fournira plus d'informations sur la contribution de l'activité ? PPAR. Les deux concurrents de la classe ont au moins 2 ans de retard sur Elafibranor, mais Inventiva s'efforce clairement de rattraper Genfit. Pour le bézafibrate (commercialisé pour l'hyperlipidémie), les délais sont moins clairs. L'intérêt d'Intercept pour le bézafibrate va au-delà de l'amélioration de la NASH. Le bézafibrate a des effets favorables sur le prurit et les taux de cholestérol LDL. Par conséquent, il correspond parfaitement à Ocaliva pour améliorer à la fois l'efficacité et la sécurité par rapport à la monothérapie d'Ocaliva. Notez qu'Elafibranor montre également des effets favorables préliminaires sur le prurit . Pourtant, tous les agonistes FXR n'ont pas besoin d'être combinés avec un agoniste PPAR pour lutter contre le prurit. Le prurit dans les agonistes FXR est potentiellement lié à l'activité hors cible de l'activation de GPBAR1 . Les FXR non biliaires (comme le tropifexor de Novartis) n'ont cependant pas cet effet secondaire.

    Mais Genfit est bien plus qu'Elafibranor. Il détient la clé de la porte pour toute l'industrie. Briser la norme d'or de la biopsie hépatique pour diagnostiquer la NASH et commercialiser un diagnostic in vitro validé est crucial pour le succès de tous les traitements NASH. Genfit est potentiellement la première entreprise à le faire (soumission pour approbation prévue en 2020). Le marché NASH IVD est estimé à environ 2 milliards de dollars. ou 10% du marché total de la NASH (20 M. patients x 100 $ par test). Si le test IVD de Genfit devient la nouvelle norme de l'industrie, il peut générer 500 millions de dollars de ventes. La société n'est cependant pas intéressée par la vente de tests de diagnostic et s'est donc associée à LabCorp (LH) pour commercialiser NIS4. Les conditions financières n'ont pas été divulguées, mais Genfit pourrait recevoir environ 10 à 15% des ventes sous forme de paiements d'étape. Cela pourrait rapporter 50 à 75 millions de dollars supplémentaires en jalons annuels après quelques années. Cela ajoutera certainement à l'image de Genfit en tant que leader de l'industrie. C'est également un argument de vente précieux qui aidera une force de vente à franchir le pas des gastro-entérologues. Et il y a plus. Genfit lance également une étude de phase III d'Elafibranor dans la cholangite biliaire primitive (CBP), une maladie hépatique rare menaçant le pronostic vital avec un besoin médical très insatisfait. Les résultats de la phase II dans la CBP étaient prometteurs et ont montré une efficacité beaucoup plus grande (~ double) que l'Ocaliva commercialisé par Intercept. La taille du marché de PBC devrait passer de 562 millions de dollars en 2017 à 8,6 milliards de dollars. en 2026. Encore une fois, vous devez également considérer les avantages des ventes croisées dans PBC / NASH contribuant à la validité d'Elafibranor et au succès dans NASH.
    Ce que vaut vraiment Genfit

    Récemment, le cours de l'action de Genfit a atteint un creux pluriannuel d'un peu moins de 10 $, ce qui équivaut à une capitalisation boursière de 385 M $. La société a une petite trésorerie nette de 140 M € (~ 154 M $) et dispose de beaucoup de liquidités (€ ~ 300 M. ou ~ 330 $ M.) pour survivre à la tempête financière actuelle. Elafibranor a le potentiel en tant que monothérapie d'atteindre des ventes de pointe de 1 milliard de dollars. en 2030. Bien sûr, personne ne sait vraiment à quel pic de ventes s'attendre compte tenu de l'énorme incertitude et de la dynamique du marché NASH . Les estimations de ventes maximales varient de 600 millions de dollars à 4 milliards de dollars . et sont probablement basés sur une efficacité similaire dans l'étude Golden. Mon opinion personnelle est que 1 milliard de dollars. dans les pics de vente semble assez conservateur compte tenu de la taille du marché, du grand nombre d'échecs cliniques à ce jour, du retard de la concurrence, du profil de sécurité attractif et de la première mise sur le marché comme traitement de base pour la NASH.

    Ce nombre est assez conservateur car il sous-estime largement la capacité de Genfit à construire une franchise. Genfit possède actuellement son propre agoniste FXR , inhibiteur ACC et agoniste GLP-1 en cours de développement préclinique. Ces voies moléculaires sont les cibles les plus étudiées des grandes entreprises pharmaceutiques en cours de développement clinique (lire ci-dessous). Si une grande entreprise pharmaceutique réussit à valider l'un de ces objectifs, Genfit peut également en bénéficier à terme. S'il joue bien ses cartes, il peut rester en tête de la compétition en faisant progresser un combo d'Elafibranor et sa propre molécule similaire. Fait intéressant, Genfit a également une molécule anti-fibrotique réutilisée en cours de développement, appelée nitazoxanide (NTZ). Le NTZ est un vaste médicament antiparasitaire et antiviral commercialisé qui n'a que des effets secondaires notables mineurs et un mécanisme d'action inconnu dans la NASH. Genfit lance un essai de phase II pour étudier le NTZ en tant que monothérapie anti-fibrotique et prévoit également d'étudier une combinaison de NTZ et d'Elafibranor comme traitement de base pour la NASH. Notamment, une grande partie du marché NASH est constituée par le marché de la fibrose NASH. La société affirme que les données précliniques de NTZ semblent prometteuses. En conclusion, Genfit possède de nombreuses armes pour rester un favori dans la course NASH et maximiser les retours sur Elafibranor.

    Les multiples d'acquisition pour les sociétés biopharmaceutiques varient généralement entre 2 à 3 fois les pics de ventes attendus (corrigés de la probabilité de succès). Cela implique un prix de rachat équitable de 2 à 3 milliards de dollars. Cependant, la valeur stratégique d'Elafibranor pour être le premier sur le marché en tant que traitement de base, le potentiel de combo avec les molécules internes des grandes sociétés pharmaceutiques, le premier test IVD en cours de développement, le potentiel unique de NTZ, le potentiel d'Elafibranor dans PBC et la trésorerie nette de 150 millions de dollars justifie une carte de prix de 4 milliards de dollars. C'est l'équivalent d'un cours de l'action de 103 $ par action. Au cours de bourse actuel de 13,8 $, cela impliquerait un potentiel de hausse de 650%. Fait intéressant, avant la pandémie de Covid, Intercept en tant que société autonome valait environ 3 milliards de dollars. se négocie à un cours historique de 90 $ et vaut maintenant environ 50 $ par action, ce qui correspond à 1,9 milliard de dollars. Donc, si Elafibranor réussit à atteindre son critère d'évaluation principal, nous pouvons au moins nous attendre à des évaluations similaires pour les deux sociétés. Surtout quand vous gardez à l'esprit Elafibranor détient plus de potentiel que Ocaliva. Lorsque vous inversez les chiffres, vous pouvez indiquer que le marché estime actuellement la probabilité de succès d'Elafibranor à une baisse de 13,5% ou moins.
    Carburant pour une acquisition

    Genfit est considéré comme un poney en un tour sur Elafibranor et convient donc à une acquisition boulonnée par big pharma. De plus, Genfit détient toujours toutes les licences pour Elafibranor ( sauf pour la Grande-Chine ), gardant la porte grande ouverte pour un prétendant potentiel. Un autre argument en faveur d'une offre est la faible capitalisation boursière comme on le voit aujourd'hui. Une faible valorisation boursière va catalyser une grande offre pharmaceutique car elle permet des primes éblouissantes sur le cours actuel de l'action. Cela mettra la direction actuelle sous pression pour vendre son entreprise (ou son partenaire comme contre-coup). Une guerre d'enchères pourrait commencer par une offre opportuniste et un refus du conseil d'administration de Genfit se terminant par une offre à élimination directe d'un autre géant pharmaceutique. Vous vous demandez peut-être pourquoi personne n'a approché Genfit jusqu'à présent? Après tout, pourquoi attendre si vous pouviez retirer l'entreprise du marché aujourd'hui pour beaucoup moins. La réponse est simple. Aucun PDG ou directeur financier ne risque sa position et sa carrière au cours d'une acquisition qui pourrait valoir zéro dans un court laps de temps. Dans un tel scénario, la plupart des investisseurs remettraient en question la capacité de la direction à repérer des actifs de qualité plutôt que la nature binaire de la biopharma. Par conséquent, je m'attends à ce qu'il y ait une activité après que Elafibranor aura été dérisqué par des données provisoires de première ligne sur l'efficacité. Maintenant, la question reste de savoir quelles sociétés pharmaceutiques sont des prétendants potentiels pour Genfit?
    Gilead

    Gilead ( GILD ) est l'un des pionniers de la NASH et a déjà versé pas mal d'argent dans ce domaine. La société a acquis Nimbus Therapeutics en 2016 dans le cadre d'un accord d'une valeur de 1,2 milliard de dollars, dont 400 millions de dollars à l'avance et 800 millions de dollars en étapes. Avec cet accord, elle a acquis une poignée de programmes précliniques et, plus important encore, le Fircosostat, un inhibiteur de phase II ACC. Cependant, sa molécule la plus avancée était le sélonsertib. Selonsertib est un ASKi et a échoué deux études de phase III l'année dernière. Un contre la cirrhose et un contre la fibrose avancée. Gilead a également payé 470 millions de dollars en 2015 pour acquérir Phenex Pharmaceuticals pour une poignée d'agonistes FXR. L'un d'eux, Cilofexor, a montré des résultats positifs dans un essai de phase II. Il convient de mentionner que Gilead a conclu un accord avec Novo Nordisk (NYSE: NVO ) pour utiliser Cilofexor et Fircosostat en combinaison avec le sémaglutide de Novo Nordisk (GLP-1). Le PDG de Gilead, O'day, est convaincu que les combinaisons de médicaments sont l'avenir dans le traitement de la NASH. Bien sûr, vous avez d'abord besoin de bons ingrédients pour faire un bon cocktail.
    Novo Nordisk

    L'intérêt de Novo Nordisk pour la NASH est tout à fait naturel, car l'objectif thérapeutique de l'entreprise réside dans le diabète et l'obésité, qui sont tous deux étroitement liés à la NASH. Sans surprise, les deux principales pistes de Novo dans la NASH, appelées semaglutide et liraglutide (les deux agonistes du GLP-1), sont déjà commercialisées pour le diabète de type 2. Les deux molécules sont actuellement en phase II pour la NASH et le sémaglutide est également en phase III pour l'obésité. En particulier, le liraglutide a pu montrer des résultats impressionnants . Il est intéressant de noter qu'il semble y avoir un effet synergique des agonistes PPAR et des agonistes GLP-1. Cependant, l'effet synergique est dû à l' amélioration du PPAR-? qu'Elafibranor ne possède pas. Un autre fait notable est que Genfit a lui-même un médicament combiné avec Elafibranor et un agoniste GLP-1 et pense donc que les classes sont un bon match. Si je devais miser de l'argent sur une seule société pharmaceutique pour acquérir Genfit, ce serait Novo Nordisk. Un billet d'entrée anticipée semble être la piste parfaite pour une franchise de longue durée dans la NASH avec à la base les molécules GLP-1 de Novo et l'élafibranor de Genfit. Comme cela peut sembler logique, jusqu'à présent, Novo n'a acquis que plusieurs molécules à un stade précoce. Encore plus décevant, le PDG Jørgensen a déclaré qu'il n'avait aucun intérêt à acquérir un candidat en fin de stage car ils avaient un meilleur jeu à long terme . Ceci est bien sûr en contraste avec la vision de Big Pharma selon laquelle seuls des combinaisons de médicaments peuvent donner des résultats satisfaisants. Dans cette optique, toute molécule avec un mécanisme d'action différent peut être un atout précieux dans leur pipeline. Cependant, je ne serais pas surpris s'ils finissent par faire une offre. Il n'est bien sûr pas dans l'intérêt de la société danoise de mettre ses cartes sur la table, nous devons donc attendre que le rideau tombe.
    Allergan / AbbVie

    Allergan ( AGN ) est le plus gros dépensier de la NASH jusqu'à présent. En 2016, Allergan a acquis Tobira Therapeutics pour 1,7 milliard de dollars. dont 600 M $ ont été payés d'avance en espèces et le reste en paiements d'étape. Avec cette acquisition, Allergan est devenu un précurseur dans la NASH avec sa molécule de plomb Cenicriviroc (un inhibiteur de CCR2 / 5). Le candidat-médicament fait actuellement l'objet d'une enquête contre la fibrose. Avec cet accord, Allergan acquiert également un actif de phase I moins avancé (inhibiteur de DPP-4). En 2017, Allergan s'est également associé à Novartis pour combiner le cénicriviroc avec Tropifexor (un inhibiteur de FXR) contre la fibrose. Novartis prête la même molécule en collaboration avec Pfizer (NYSE: PFE ) pour tester plusieurs combos. A noter qu'Allergan développe également son propre inhibiteur FXR actuellement en phase I. L'année dernière, AbbVie a lancé une offre sur Allergan , mais l'accord n'est pas encore clôturé (attendu en 2020). L'offre d'AbbVie a été considérée comme opportuniste et visait à générer les flux de trésorerie d'Allergan provenant de leur franchise Botox avec une forte décote. AbbVie n'a pas été actif dans la NASH et il reste une question s'ils considèrent ce domaine thérapeutique comme stratégique. La réponse logique est qu'AbbVie s'appuiera davantage sur le pipeline d'Allergan afin de se diversifier encore plus loin du médicament le plus vendu au monde, Humira. Le son du prochain 20 milliards inexploité. $ market sera de la musique aux oreilles du PDG Richard Gonzalez.
    Novartis

    Novartis ( NVS ) ne possède actuellement que deux médicaments candidats dans la NASH, appelés tropifexor et LMB763. Les deux molécules sont des agonistes FXR qui sont actuellement à l'étude en phase II. Il est important de noter que les deux agonistes FXR sont des acides non biliaires. Par conséquent, il est moins probable que ces molécules présentent un prurit comme effet secondaire par opposition à Ocaliva. Fait intéressant, Novartis a prêté son candidat principal (tropifexor) pour des thérapies combinées à Pfizer et Allergan. En 2016, Novartis a également accordé une licence à Emricasan de Conatus pour un petit paiement initial de 50 millions de dollars. Emricasan était à l'époque l'un des candidats NASH de deuxième vague les plus avancés. L'année dernière, Emricasan n'a pas réussi à prouver son efficacité contre la fibrose dans un essai de phase IIb après avoir également échoué contre la cirrhose dans un autre essai clinique. Jusqu'à présent, Novartis semble surtout intéressé par le marché de la fibrose et de la cirrhose. Si Genfit s'avérait efficace contre la fibrose (un critère d'évaluation secondaire dans son essai de phase III), Novartis pourrait montrer un intérêt pour Elafibranor à combiner avec son agoniste FXR.
    Pfizer Inc.

    Pfizer a une molécule de phase I (DGAT2i) et deux molécules de phase II (ACCi et KHKi) en préparation pour la NASH. Il étudie également un combo interne de la molécule DGAT2i et ACCi dans un essai de phase II. Pfizer a également fait part de son intérêt pour la classe des agonistes FXR car il existe un accord avec Novartis pour lancer des combos sur les 3 molécules Pfizer avec le principal agoniste FXR de Novartis, tropifexor. Le PDG Bourla a fait de la stratégie de l'entreprise le lancement de 25 nouveaux produits d'ici 2025. La moitié d'entre eux proviendra d'acquisitions. Lors de plusieurs conférences, le PDG Bourla a déclaré que l'ère des acquisitions progressives était révolue. Au lieu de cela, Pfizer cherche à acquérir des actifs qui changent vraiment un paradigme de maladie. Genfit s'inscrirait inutilement dans la stratégie de Bourla de mouvements audacieux car Pfizer n'est pas encore un favori dans la NASH (mais détient des ambitions).
    Autres grands acteurs pharmaceutiques

    Eli Lilly ( LLY) est une histoire similaire à Novo Nordisk. La société est active sur le marché du diabète et teste un agoniste du récepteur GIP / GLP-1 (Tirzepatide) commercialisé dans la NASH (phase IIb). Ils ne semblent pas très engagés envers la NASH car ils ont vendu plusieurs actifs plutôt que de construire leur pipeline. Peut-être que le géant pharmaceutique attendra le succès de la phase IIb de Tirzepatide pour s'engager davantage dans ce domaine thérapeutique. Le géant pharmaceutique suisse, Roche ( OTCQX: RHHBY ), a fait une petite acquisition en NASH d'actifs précliniques en 2018 mais n'a pas fait de grands mouvements. Johnson & Johnson ( JNJ ) s'est lancé dans la course NASH en 2017 en acquérant un actif de phase I avec un mode d'action unique (récepteur CB1). En dehors de cela, il reste terriblement silencieux devant la plus grande entreprise pharmaceutique. Merck ( MRK ) a récemment (2019) fait son entrée dans la course à la NASH en acquérant un actif de phase Ib auprès de NGM après avoir montré des résultats prometteurs dans la réduction de la quantité de graisse hépatique. Merck a l'intention de lancer prochainement un essai de phase IIb. Bristol-Meyer Squibb ( BMY ) a sa molécule interne (analogue FGF21) à l'étude dans la NASH et la fibrose. Leur avance a atteint son critère d'évaluation principal dans une étude de phase IIa en 2017. Il reste incertain quand ils commenceront un essai de phase IIb.
    Recommandations

    Dans quelques semaines, les résultats de la phase III seront publiés auprès des investisseurs. Cet événement de rupture pourrait débloquer une valeur intrinsèque de 4 milliards de dollars. grâce à un rachat de grande pharma à court terme. Il est toujours difficile de prédire l'issue d'un tel événement. Par conséquent, ma recommandation est d'attendre les premiers résultats de l'étude de phase III dans la NASH et d'acheter immédiatement après avoir annoncé de bons résultats. Vous pourriez manquer une partie du rallye, mais vous ne risquez pas une fusion des actions lorsque les résultats ne sont pas aussi bons que prévu. Les avantages d'une telle stratégie seront encore considérables. Pour ceux d'entre vous qui peuvent supporter le risque intrinsèque d'un événement de phase III binaire, l'achat vous donne maintenant un potentiel ascendant de 650%. Fait important, cette évaluation est indépendante de l'évolution de la pandémie actuelle de Covid-19.

    Signaler un abus

  • philouva
    24 mars 202016:56

    J'adore la traduction de "Genfit est considéré comme un poney en un tour sur Elafibranor et convient donc à une acquisition boulonnée par big pharma" !
    Poney, ou pur sang ?!
    L'avenir nous le dira !
    lol !
    ;o)

    Signaler un abus

  • txomint
    24 mars 202016:59

    Article posté ce matin par Madrail vers 9h00
    Réndons à césar.......

    Signaler un abus

  • indexlof
    24 mars 202017:04

    Genfit: hausse à court terme de 650% à l'approche de la lecture de l'année
    24 mars 2020 00:45 ET|4 commentaires | A propos de : Genfit SA (GNFT) , GNFTF , Comprend: ABBV , AGN , BMY , BMYMP , GILD , ICPT , IVEVF , JNJ , LLY , MRK , NONOF , NVO , NVS , NVSEF , PFE , RHHBF , RHHBY , RHHVF
    Le sceptique
    Le sceptique
    Petite capitalisation, situations spéciales, long seulement, pétrole et gaz
    ( 203 abonnés)
    Sommaire
    La NASH est une maladie courante avec une taille de marché attendue de 20 milliards. $ en 2030 et actuellement aucun médicament approuvé.

    Une poignée d'entreprises, dont la plupart des grandes sociétés pharmaceutiques, sont dans la course à la NASH pour devenir les premiers entrants sur le marché.

    Lecture cruciale de la phase III du candidat principal de Genfit dans la NASH (Elafibranor) attendue dans quelques semaines.

    S'il s'avère efficace, Elafibranor deviendra le premier médicament sur le marché contre la résolution de la NASH et le premier traitement de base approprié.

    Une hausse à court terme de 650% peut être débloquée par une grosse acquisition pharmaceutique. Les acquéreurs potentiels sont identifiés ci-dessous.

    introduction
    Il est remarquable de constater que peu d'articles ont été publiés sur Genfit ( GNFT) récemment sur Seeking Alpha. Les derniers articles datés de juin et aoûtl'année dernière. Ceci est tout à fait remarquable car la société approche de son moment de rupture et indique que la confiance des investisseurs est à un point bas. Avant la fin du deuxième trimestre, la société aura publié les résultats provisoires de la phase III de son produit phare (Elafibranor) dans son indication de plomb (NASH). S'il s'avère efficace, ce jalon suffit pour obtenir l'approbation de la FDA et de l'EMA grâce à un processus d'approbation accéléré. Ce qui est moins remarquable, c'est que le prix de Genfit s'est effondré au cours de l'action le plus bas depuis des années. À moins que vous ne viviez sur une autre planète, vous êtes conscient de la liquidation mondiale des stocks déclenchée par la pandémie de Covid-19. Au cours de cette vente massive, les investisseurs ont déchargé sans discrimination des actions de sociétés risquées. Malheureusement, la biotechnologie à un stade précoce figure au premier rang d'une liste d'actifs risqués qui doivent être éliminés à tout prix. Aditionellement, les dernières nouvelles concernant la société n'ont en aucun cas renforcé la confiance. Il y avait plusieursdes retards dans la lecture cruciale de Genfit et aussi des résultats décevants d'une molécule concurrente avec un mode d'action similaire. Il en est résulté une performance YTD de près de -40%. Mais il y a de la lumière au bout du tunnel. Ces montagnes russes peuvent se retourner rapidement si l'essai crucial de Genfit sur la NASH est un succès. Sous la surface, le bas cours de l'action alimente le catalyseur ultime; une grosse acquisition pharmaceutique. Il y a de bonnes raisons de croire que les gros requins vont bientôt se battre pour ce petit poisson. Le but de cet article est de répertorier et d'analyser les gros suspects susceptibles d'être intéressés par une telle prise de contrôle.

    Elafibranor de Genfit
    Genfit tente de commercialiser son produit phare, Elafibranor, dans plusieurs indications dont la NASH (stéatohépatite non alcoolique). La NASH est une maladie très courante et deviendra bientôt la principale cause de transplantation hépatiqueavant l'hépatite C. À un stade très précoce de la maladie, la graisse s'accumule dans le foie et le foie gonfle (ballonnement). Lorsque le foie devient trop gras, le corps commence à attaquer le foie, entraînant une inflammation du foie. Ce mécanisme d'inflammation entraîne des lésions hépatiques et des cicatrices. La première phase de la cicatrisation du foie est appelée fibrose, dans laquelle le tissu hépatique commence lentement à s'effilocher. Lorsque la maladie progresse, des cicatrices hépatiques avancées entraîneront progressivement une dysfonction hépatique, appelée cirrhose et, finalement, une insuffisance hépatique. Par conséquent, les patients insuffisants hépatiques décèdent à moins d'avoir subi une transplantation hépatique. Elafibranor est une petite molécule qui appartient à la catégorie des agonistes PPAR. Ce qui rend cette molécule si intéressante, c'est qu'elle a de multiples méthodes d'action métaboliqueset vise à la fois la maladie sous-jacente (la graisse du foie, l'homéostasie du glucose et l'inflammation du foie) et les conséquences (dysfonctionnement hépatique, risque de maladies cardiovasculaires et de fibrose) en même temps. De plus, la molécule se différencie par son excellent profil d'innocuité (plus de 3000 ans d'exposition du patient). Dans sa catégorie, une feuille de sécurité propre est tout à fait exceptionnelle. Il y a une longue liste de candidats agonistes PPAR enterrés pour des raisons de sécurité, en particulier les molécules PPAR qui détiennent une activité ?. Elafibranor détient uniquement une activité ? et ? et l'absence d'activité ? pourrait expliquer son excellent profil de sécurité. La combinaison de la sécurité et de l'arrêt du mécanisme de la maladie sous-jacente en fait un candidat idéal pour un traitement de la colonne vertébrale. Les patients atteints de lésions hépatiques avancées (fibrose F >= 2) combineront un traitement de base avec d'autres médicaments qui inversent la fibrose hépatique ou la cirrhose. Non négligeable, Genfit bénéficie d'une protection IP jusqu'en 2035 (15 ans de plus).

    Marché NASH
    Ce qui rend le marché NASH si attrayant, c'est sa taille. Des études estiment que 3 à 12% de la population américaine souffre de NASH, ce qui indique que 10 à 40 millions d'Américains souffrent de la maladie. En outre, le pourcentage de prévalence devrait augmenter en raison d'une augmentation attendue de l'obésité. La prévalence dans le reste du monde est plus faible et est estimée entre 1 et 6%. Il y a une énorme dispersion dans les estimations de la taille totale du marché. La plupart des estimations baissières indiquent un marché de 7 milliards de dollars d'ici 2030. La plupart des estimations haussières indiquent une taille de marché de 35 milliards de dollars d'ici 2030. Comme toujours, la vérité sera quelque part au milieu et de nombreuses études prédisent une taille de marché d'environ 20 milliards de dollars. en 2030 . De plus amples informations sur la taille et la fragmentation du marché de la NASH sont disponibles danscet article SA bien écrit .

    Il y a plusieurs raisons justifiées pour lesquelles il y a tant d'incertitude autour de la taille du marché. Comme tout marché des médicaments, il existe une incertitude quant aux produits qui arriveront finalement sur le marché et autour de leur profil clinique en termes d'efficacité et de sécurité. En fin de compte, les résultats cliniques conduiront à la tarification des médicaments. Deuxièmement, trouver des patients ne sera pas facile. La NASH est principalement asymptomatique jusqu'aux niveaux avancés de fibrose. Par conséquent, la NASH est considérée comme un tueur silencieux avec de nombreux parallèles avec le marché du diabète. Par conséquent, il y a beaucoup d'incertitude quant au nombre de patients qui seront finalement traités.

    Tout aussi remarquable que la taille du marché est le fait qu'il n'y a encore aucun médicament approuvé sur le marché à ce jour. Plusieurs candidats de la première vague ont échoué en phase II et III . Le médicament le plus avancé est OCALIVA D' Intercept ( ICPT) . Il a publié des résultats de phase III mitigés en 2019. L'essai a atteint son principal critère d'évaluation de la fibrose (les conséquences), mais n'a pas atteint son deuxième critère d'évaluation principal pour la résolution de la NASH (le mécanisme pathologique sous-jacent). De plus, Ocaliva a eu des effets secondaires tels que des démangeaisons (prurit), obligeant près de 10% des sujets testés à arrêter le traitement dans son essai clinique de phase III et le mauvais cholestérol entre autres. Beaucoup de médecins mettent des points d'interrogationsur le succès potentiel d'Ocaliva en faisant valoir que le grand inconfort des démangeaisons pourrait l'emporter sur les avantages d'une maladie largement asymptomatique pour un patient. En conclusion, la NASH est l'un des derniers marchés de bus multiblocs inexploités et les plus importants. L'Elafibranor de Genfit pourrait devenir le premier médicament approuvé pour la résolution de la NASH. Nous vous recommandons de lire ces deux présentations ( 1 , 2 ) de Peter Traber sur le paysage clinique concurrentiel de la NASH.

    Diagnostiquer la NASH
    Plus problématique est que la réalisation d'une biopsie du foie est l'étalon-or pour diagnostiquer la NASH à ce jour. Cette méthode implique de forcer une aiguille dans le foie afin d'obtenir un échantillon de tissu. Malheureusement, la biopsie hépatique est coûteuse, invasive (non sans risque) et douloureuse. Et même si nous décidions que cette méthode en vaut la peine, il n'y a tout simplement pas assez de médecins certifiéspour effectuer toutes les biopsies. Donc, pour libérer le potentiel de la NASH, l'industrie doit trouver une méthode de diagnostic alternative. Cela signifie qu'ils doivent développer un test non invasif qui peut dire à quel point la maladie est avancée (niveau de graisse, degré de fibrose, degré d'inflammation) chez les patients. Genfit y joue un rôle de premier plan. Il a développé un test non invasif appelé NIS4 basé sur une combinaison de 4 biomarqueurs. Ce test est capable d'identifier les patients avancés (NAS >=4 ou F2) avec un faible taux de faux positifs. Il déposera une demande d'approbation réglementaire pour le diagnostic en 2020. Les grandes entreprises pharmaceutiques concentreront probablement leurs efforts sur les patients présentant des niveaux avancés de fibrose hépatique, les sous-populations à haut risque comme les patients diabétiques de type II, les patients atteints de maladies métaboliques ou les patients souffrant d'hypertension jusqu'à ce qu'il y ait plus sensibilisation aux maladies et évolutivité des diagnostics (voir aussiPrésentation corporative de Genfit ).

    Lecture de l'année
    Quel que soit le résultat de l'essai de phase III de Genfit (nommé RESOLVE-IT), ce sera l'un des événements biopharmaceutiques les plus révélés de l'année compte tenu des enjeux. Si Elafibranor ne parvient pas à atteindre son critère principal de résolution NASH (un critère reconnu par la FDA et EMA), il ne s'agira pas simplement d'une autre défaillance NASH. Certains analystes sont sceptiques quant à la décision de Genfit de pousser Elafibranor en phase III après avoir précédemment échoué à son essai en or de phase II. En effet, Elafibranor n'a pas atteint son objectif principal dans cette étude. Certains soutiennent que Genfit aurait dû commencer un essai de phase II de confirmation au lieu d'un essai de phase III plus important et plus coûteux. Et si Elafibranor échoue à nouveau en phase III, Genfit vient de gaspiller une énorme somme d'argent. Certes, c'est un pari qui en vaut peut-être la peine. Si l'essai clinique atteint son critère d'évaluation principal, Genfit va raser au moins 3 ans dans le développement clinique. Elafibranor sera également la première molécule sur le marché pour la résolution de la NASH (le mécanisme pathologique sous-jacent). L'un des critères secondaires de l'essai est l'amélioration de la fibrose (la conséquence de la maladie). Ce point final est également reconnu par la FDA et l'EMA. Par conséquent, Elafibranor a également une chance d'être deuxième sur le marché en tant que médicament anti-fibrotique.

    Essai de phase II Golden 505
    La direction de l'entreprise attribue l'échec de l'essai à plusieurs facteurs inhérents à la conception de l'essai. D'un autre côté, il déclare avec confiance que les données semblent prometteuses et que le médicament fonctionne au-delà de la conception de l'essai. Alors, qu'est-ce qui cause l'échec apparent? Genfit a essayé de gagner du temps sur le recrutement des patients en appliquant un critère d'entrée moins strict sur le score NAS (NAS >=3). Le score NAS est un score composite largement accepté représentant l'activité de la maladie en mesurant la stéatose, l'inflammation lobulaire et le ballonnement. La plupart des essais NASH ont recruté des patients présentant une activité élevée de la maladie (NAS >=4) car les effets d'un médicament actif ont tendance à être plus importants chez les patients plus malades. Genfit a sélectionné des patients présentant une activité bénigne parmi les patients plus malades afin d'accélérer le recrutement. Ces patients étaient la principale cause de l'essai » échec de s. En tenant compte de tous les patients inscrits à l'étude, «Elafibranor n'a pas montré d'amélioration par rapport au placebo. Cependant, dans une analyse post-hoc, il y avait un effet statistiquement significatif chez les patients présentant une activité plus élevée de la maladie (NAS >=4). Genfit a rationalisé ce sous-groupe en se référant à d'autres essais NASH avec des critères d'inscription plus stricts. Avec cela, la direction de l'entreprise a également avoué silencieusement une mauvaise conception de l'essai. Une autre explication pour l'inscription des patients avec un score NAS de 3 est que Elafibranor était initialement considéré comme plus efficace. Le médicament a également montré une amélioration d'effet statistiquement significative chez tous les patients par rapport au bras placebo en modifiant la définition de la résolution NASH.

    Un statisticien inconditionnel vous indiquera que vous pouvez toujours trouver un angle pour regarder votre fiche technique vous permettant de voir ce que vous espérez voir. Pour faire face aux biais, il faut utiliser de bonnes pratiques statistiques. Cela signifie définir un protocole initial qui décrit tout, du plan de collecte de données, y compris les critères d'inscription, le nombre de patients dans chaque bras, les procédures pour les tests effectués par le médecin, jusqu'au plan d'analyse des données collectées. Au sens strict, le procès Golden fut en effet un échec. Cependant, ces données ne sont pas l'examen final d'Elafibranor pour approbation réglementaire.

    Essai de phase III Resolve-It
    La vraie question est de savoir dans quelle mesure les données de la phase II de l'essai Golden pour les résultats de la phase III Resolve-It sont prédictives. Ma conviction est que les données de l'analyse du sous-groupe post-hoc sont un bon prédicteur de la lecture de la phase III qui approche. les deux changements de protocole ont une justification crédible et justifient les résultats. Dans Resolve-It, la nouvelle définition opérationnelle de la résolution NASH (conformément à la nouvelle directive de la FDA) a été mise en œuvre dans le protocole. Cette définition est plus stricte pour revendiquer une résolution NASH et augmente la résolution de la mesure (diminuant l'effet placebo *). Plus important encore, des critères d'inscription plus rigoureux (NAS >= 4) sont mis en œuvre pour éviter ce qui s'est passé dans l'étude Golden. Plus d'informations sur les données de la phase II peuvent être trouvées dans cet article SA. Il est également possible que les résultats de la phase III surpassent les résultats obtenus pour l'analyse post-hoc du sous-groupe de Golden avec la nouvelle définition de la résolution NASH. La durée du traitement dans l'étude de phase III est de 72 semaines contre 52 semaines dans l'étude Golden. Avec une durée de traitement plus longue, l'effet d'un médicament efficace augmente potentiellement, entraînant une différence plus importante par rapport au bras placebo. Le nombre de patients dans Resolve-It est passé à 2000 (contre 270 à Golden). Cependant, la lecture intermédiaire sera basée sur les premiers 1000 patients. La puissance statistique augmente avec la taille des échantillons, ce qui entraîne des valeurs de p plus faibles, mais ne change pas l'amélioration moyenne. Un point négatif est l'augmentation du nombre de cliniques pour le traitement de 56 dans 9 pays différents (Resolve-It) à 317 dans 26 pays (Golden). Cela implique que le nombre moyen de patients par clinique est passé de 5 à 3. Le nombre de cliniques pourrait contribuer à la variation de l'étude, mais était nécessaire pour faire face au nombre plus élevé de patients et aux essais concurrents. À titre de comparaison, Intercept a utilisé 347 cliniques pour recruter 2500 patients dans son essai Regenerate de phase III pour Ocaliva dans la NASH. Une autre inconnue est le nombre croissant de pays et l'effet de l'hétérogénéité de la population sur la variation de l'étude.

    Elafibranor, un atout stratégique
    Il devrait être clair qu'Elafibranor n'est pas simplement un autre médicament de la NASH. Il a une chance décente d'être le premier médicament approuvé pour la résolution de la NASH. La fiche de sécurité propre d'Elafibranor en fait la molécule idéale pour continuer à construire une franchise en développant des médicaments combinés. Et contrairement à Ocaliva d'Intercept (un récepteur FXR), il existe très peu d'autres médicaments cliniquement avancés dans cette classe de molécules (agonistes PPAR) en raison de problèmes de sécurité. À ma connaissance, il n'y a que quatre PPAR en développement clinique pour la NASH. Le développement clinique de l'un des quatre (Seladelpar) a récemment été interrompu en raison de problèmes de sécurité. Les deux autres molécules - Lanifibranor d'Inventiva (IVEVF) et Bezafibrate d'Intercept - sont pan-PPAR, ce qui signifie qu'elles ont à la fois une activité ?, ? et ? tandis qu'Elafibranor n'a qu'une activité ? / ?. Les trois molécules semblent tout aussi prometteuses, voire plus prometteuses, que l'avance de Genfit. Inventiva fait référence à des résultats impressionnants dans une petite étude avec la pioglitazone, un agoniste PPAR-?, dans sa présentation de l'entreprise. Dans un avenir proche, Inventiva publiera les résultats de la phase IIb de Lanifibranor (prévu au premier semestre 2020). Cela permettra une comparaison et fournira plus d'informations sur la contribution de l'activité ? PPAR. Les deux concurrents de la classe ont au moins 2 ans de retard sur Elafibranor, mais Inventiva s'efforce clairement de rattraper Genfit. Pour le bézafibrate (commercialisé pour l'hyperlipidémie), les délais sont moins clairs. L'intérêt d'Intercept pour le bézafibrate va au-delà de l'amélioration de la NASH. Le bézafibrate a des effets favorables sur le prurit et les taux de cholestérol LDL. Par conséquent, il correspond parfaitement à Ocaliva pour améliorer à la fois l'efficacité et la sécurité par rapport à la monothérapie d'Ocaliva. Notez qu'Elafibranor montre également des effets favorables préliminaires sur le prurit. Pourtant, tous les agonistes FXR n'ont pas besoin d'être combinés avec un agoniste PPAR pour lutter contre le prurit. Le prurit dans les agonistes FXR est potentiellement lié à l'activité hors cible de l'activation de GPBAR1 . Les FXR non biliaires (comme le tropifexor de Novartis) n'ont cependant pas cet effet secondaire.

    Mais Genfit est bien plus qu'Elafibranor. Il détient la clé de la porte pour toute l'industrie. Briser la norme d'or de la biopsie hépatique pour diagnostiquer la NASH et commercialiser un diagnostic in vitro validé est crucial pour le succès de tous les traitements NASH. Genfit est potentiellement la première entreprise à le faire (soumission pour approbation prévue en 2020). Le marché NASH IVD est estimé à environ 2 milliards de dollars. ou 10% du marché total de la NASH (20 M. patients x 100 $ par test). Si le test IVD de Genfit devient la nouvelle norme de l'industrie, il peut générer 500 millions de dollars de ventes. La société n'est cependant pas intéressée par la vente de tests de diagnostic et s'est donc associée à LabCorp(LH) pour commercialiser NIS4. Les conditions financières n'ont pas été divulguées, mais Genfit pourrait recevoir environ 10 à 15% des ventes sous forme de paiements d'étape. Cela pourrait rapporter 50 à 75 millions de dollars supplémentaires en jalons annuels après quelques années. Cela ajoutera certainement à l'image de Genfit en tant que leader de l'industrie. C'est également un argument de vente précieux qui aidera une force de vente à franchir le pas des gastro-entérologues. Et il y a plus. Genfit lance également une étude de phase III d'Elafibranor dans la cholangite biliaire primitive (CBP), une maladie hépatique rare menaçant le pronostic vital avec un besoin médical très insatisfait. Les résultats de la phase II dans la CBP étaient prometteurset a montré une efficacité beaucoup plus grande (~ double) que l'Ocaliva commercialisé par Intercept. La taille du marché de PBC devrait passer de 562 millions de dollars en 2017 à 8,6 milliards de dollars. en 2026. Encore une fois, vous devez également considérer les avantages des ventes croisées dans PBC / NASH contribuant à la validité d'Elafibranor et au succès de NASH.

    Ce que vaut vraiment Genfit
    Récemment, le cours de l'action de Genfit a atteint un creux pluriannuel d'un peu moins de 10 $, ce qui équivaut à une capitalisation boursière de 385 M $. La société a une petite trésorerie nette de 140 M € (~ 154 M $) et dispose de beaucoup de liquidités (€ ~ 300 M. ou ~ 330 $ M.) pour survivre à la tempête financière actuelle. Elafibranor a le potentiel en tant que monothérapie d'atteindre des ventes de pointe de 1 milliard de dollars. en 2030. Bien sûr, personne ne sait vraiment à quel pic de ventes s'attendre compte tenu de l'énorme incertitude et de la dynamique du marché NASH . Les estimations de ventes maximales varient de 600 millions de dollars à 4 milliards de dollars .et sont probablement basés sur une efficacité similaire dans l'étude Golden. Mon opinion personnelle est que 1 milliard de dollars. dans les pics de vente semble assez conservateur compte tenu de la taille du marché, du grand nombre d'échecs cliniques jusqu'à présent, du retard de la concurrence, du profil de sécurité attractif et de la première mise sur le marché en tant que traitement de base pour la NASH.

    Ce nombre est assez conservateur car il sous-estime largement la capacité de Genfit à construire une franchise. Genfit a actuellement son propre agoniste FXR, Inhibiteur ACC et agoniste GLP-1 en développement préclinique. Ces voies moléculaires sont les cibles les plus étudiées des grandes entreprises pharmaceutiques en cours de développement clinique (lire ci-dessous). Si une grande entreprise pharmaceutique réussit à valider l'un de ces objectifs, Genfit peut également en bénéficier à terme. S'il joue bien ses cartes, il peut rester en tête de la compétition en progressant dans un combo d'Elafibranor et de sa propre molécule similaire. Fait intéressant, Genfit a également une molécule anti-fibrotique réutilisée en cours de développement, appelée nitazoxanide (NTZ). Le NTZ est un vaste médicament antiparasitaire et antiviral commercialisé qui n'a que des effets secondaires notables mineurs et un mécanisme d'action inconnu dans la NASH. Genfit lance un essai de phase II pour enquêter sur NTZ en tant que monothérapie anti-fibrotique et prévoit également d'étudier une combinaison de NTZ et d'Elafibranor comme traitement de base pour la NASH. Notamment, une grande partie du marché NASH est constituée par le marché de la fibrose NASH. L'entreprise déclare queles données précliniques de NTZ semblent prometteuses. En conclusion, Genfit possède de nombreuses armes pour rester un favori dans la course NASH et maximiser les retours sur Elafibranor.

    Les multiples d'acquisition pour les sociétés biopharmaceutiques varient généralement entre 2 à 3 fois les pics de ventes attendus (corrigés de la probabilité de succès). Cela implique un prix de rachat équitable de 2 à 3 milliards de dollars. Cependant, la valeur stratégique d'Elafibranor pour être le premier sur le marché en tant que traitement de base, le potentiel de combo avec les molécules internes des grandes sociétés pharmaceutiques, le premier test IVD en cours de développement, le potentiel unique de NTZ, le potentiel d'Elafibranor dans PBC et la trésorerie nette de 150 millions de dollars justifie une carte de prix de 4 milliards de dollars. C'est l'équivalent d'un cours de l'action de 103 $ par action. Au cours de bourse actuel de 13,8 $, cela impliquerait un potentiel de hausse de 650%. Fait intéressant, avant la pandémie de Covid, Intercept en tant que société autonome valait environ 3 milliards de dollars. se négocie à un cours historique de 90 $ et vaut maintenant environ 50 $ par action, ce qui correspond à 1,9 milliard de dollars. Donc, si Elafibranor réussit à atteindre son critère d'évaluation principal, nous pouvons au moins nous attendre à des évaluations similaires pour les deux sociétés. Surtout quand vous gardez à l'esprit Elafibranor détient plus de potentiel que Ocaliva. Lorsque vous inversez les chiffres, vous pouvez indiquer que le marché estime actuellement la probabilité de succès d'Elafibranor à 13,5% ou moins.

    Carburant pour une acquisition
    Genfit est considéré comme un poney en un tour sur Elafibranor et convient donc à une acquisition boulonnée par big pharma. De plus, Genfit détient toujours toutes les licences pour Elafibranor ( sauf pour la Grande-Chine) garder la porte grande ouverte pour un prétendant potentiel. Un autre argument en faveur d'une offre est la faible capitalisation boursière comme on le voit aujourd'hui. Une faible valorisation boursière va catalyser une grande offre pharmaceutique car elle permet des primes éblouissantes sur le cours actuel de l'action. Cela mettra la direction actuelle sous pression pour vendre son entreprise (ou son partenaire comme contre-coup). Une guerre d'enchères pourrait commencer par une offre opportuniste et un refus du conseil d'administration de Genfit se terminant par une offre à élimination directe d'un autre géant pharmaceutique. Vous vous demandez peut-être pourquoi personne n'a approché Genfit jusqu'à présent? Après tout, pourquoi attendre si vous pouviez retirer l'entreprise du marché aujourd'hui pour beaucoup moins. La réponse est simple. Aucun PDG ou directeur financier ne risque sa position et sa carrière au cours d'une acquisition qui pourrait valoir zéro dans un court laps de temps. Dans un tel scénario, la plupart des investisseurs remettraient en question la capacité de la direction à repérer des actifs de qualité plutôt que la nature binaire de la biopharma. Par conséquent, je m'attends à ce qu'il y ait une activité après que Elafibranor sera dérisqué par des données provisoires de première ligne sur l'efficacité. Maintenant, la question reste de savoir quelles sociétés pharmaceutiques sont des prétendants potentiels pour Genfit?

    Gilead
    Gilead ( GILD ) est l'un des pionniers de la NASH et a déjà versé pas mal d'argent dans ce domaine. La société a acquis Nimbus Therapeutics en 2016 dans le cadre d'un accord d'une valeur de 1,2 milliard de dollars, dont 400 millions de dollars à l'avance et 800 millions de dollars en étapes. Avec cet accord, elle a acquis une poignée de programmes précliniques et, plus important encore, le Fircosostat, un inhibiteur de phase II ACC. Cependant, sa molécule la plus avancée était le sélonsertib. Selonsertib est un ASKi et a échoué deux études de phase III l'année dernière. Un contre la cirrhose et un contre la fibrose avancée. Gilead a également payé 470 millions de dollars en 2015 pour acquérir Phenex Pharmaceuticals pour une poignée d'agonistes FXR. L'un d'eux, Cilofexor, a montré des résultats positifs dans un essai de phase II. Il convient de mentionner que Gilead a unaccord avec Novo Nordisk (NYSE: NVO ) pour utiliser Cilofexor et Fircosostat en combinaison avec le sémaglutide de Novo Nordisk (GLP-1). Le PDG de Gilead, O'day, est convaincu que les combinaisons de médicaments sont l'avenir dans le traitement de la NASH. Bien sûr, vous avez d'abord besoin de bons ingrédients pour faire un bon cocktail.

    Novo Nordisk
    L'intérêt de Novo Nordisk pour la NASH est tout à fait naturel, car l'objectif thérapeutique de l'entreprise réside dans le diabète et l'obésité, qui sont tous deux étroitement liés à la NASH. Sans surprise, les deux principales pistes de Novo en NASH, appelées sémaglutide et liraglutide (les deux agonistes du GLP-1), sont déjà commercialisées pour le diabète de type 2. Les deux molécules sont actuellement en phase II pour la NASH et le sémaglutide est également en phase III pour l'obésité. En particulier, le liraglutide a pu montrer des résultats impressionnants . Fait intéressant, il semble y avoir un effet synergique des agonistes PPAR et des agonistes GLP-1. Cependant, l'effet synergique est dû à l' amélioration de PPAR-?qu'Elafibranor n'a pas. Un autre fait notable est que Genfit a lui-même un médicament combiné avec Elafibranor et un agoniste GLP-1 et pense donc que les classes sont un bon match. Si je devais miser de l'argent sur une seule société pharmaceutique pour acquérir Genfit, ce serait Novo Nordisk. Un billet d'entrée anticipée semble être la piste parfaite pour une franchise de longue durée dans la NASH avec à la base les molécules GLP-1 de Novo et l'élafibranor de Genfit. Comme cela peut sembler logique, jusqu'à présent, Novo n'a acquis que plusieurs molécules à un stade précoce. Encore plus décevant, le PDG Jørgensen a affirmé qu'il n'avait aucun intérêt à acquérir un candidat en fin de stage car ils avaient un meilleur jeu à long terme. Ceci est bien sûr en contraste avec la vision de Big Pharma selon laquelle seuls des combinaisons de médicaments peuvent donner des résultats satisfaisants. Dans cette optique, toute molécule avec un mécanisme d'action différent peut être un atout précieux dans leur pipeline. Cependant, je ne serais pas surpris s'ils finissent par faire une offre. Il n'est bien sûr pas dans l'intérêt de la société danoise de mettre ses cartes sur la table, nous devons donc attendre que le rideau tombe.

    Allergan / AbbVie
    Allergan ( AGN ) est le plus gros dépensier de la NASH jusqu'à présent . En 2016, Allergan a acquis Tobira Therapeutics pour 1,7 milliard de dollars. dont 600 M $ ont été payés d'avance en espèces et le reste en paiements d'étape. Avec cette acquisition, Allergan est devenu un précurseur dans la NASH avec sa molécule de plomb Cenicriviroc (un inhibiteur de CCR2 / 5). Le candidat-médicament fait actuellement l'objet d'une enquête contre la fibrose. Avec cet accord, Allergan acquiert également un actif de phase I moins avancé (inhibiteur de DPP-4). En 2017, Allergan s'est également associé à Novartis pour combiner le cénicriviroc avec Tropifexor (un inhibiteur de FXR) contre la fibrose. Novartis prête la même molécule en collaboration avec Pfizer (NYSE: PFE) pour tester plusieurs combos. A noter qu'Allergan développe également son propre inhibiteur FXR actuellement en phase I. L'année dernière, AbbVie a lancé une offre sur Allergan , mais l'accord n'est pas encore clôturé (attendu en 2020). L'offre d'AbbVie a été considérée comme opportuniste et visait à générer les flux de trésorerie d'Allergan provenant de leur franchise Botox avec une forte décote. AbbVie n'a pas été actif dans la NASH et il reste une question s'ils considèrent ce domaine thérapeutique comme stratégique. La réponse logique est qu'AbbVie s'appuiera davantage sur le pipeline d'Allergan afin de se diversifier encore plus loin du médicament le plus vendu au monde, Humira. Le son du prochain 20 milliards inexploité. $ market sera de la musique aux oreilles du PDG Richard Gonzalez.

    Novartis
    Novartis ( NVS) n'a actuellement que deux candidats-médicaments dans la NASH, appelés tropifexor et LMB763. Les deux molécules sont des agonistes FXR qui sont actuellement à l'étude en phase II. Il est important de noter que les deux agonistes FXR sont des acides non biliaires. Par conséquent, il est moins probable que ces molécules présentent un prurit comme effet secondaire par opposition à Ocaliva. Fait intéressant, Novartis a prêté son candidat principal (tropifexor) pour des thérapies combinées à Pfizer et Allergan. En 2016, Novartis a également accordé une licence à Emricasan de Conatus pour un petit paiement initial de 50 millions de dollars. Emricasan était à l'époque l'un des candidats NASH de deuxième vague les plus avancés. L'année dernière, Emricasan n'a pas réussi à prouver son efficacité contre la fibrose dans un essai de phase IIb après avoir également échoué contre la cirrhose dans un autre essai clinique. Jusqu'à maintenant, Novartis semble surtout intéressé par le marché de la fibrose et de la cirrhose. Si Genfit s'avérait efficace contre la fibrose (un paramètre secondaire dans son essai de phase III), Novartis pourrait montrer un intérêt pour Elafibranor à combiner avec son agoniste FXR.

    Pfizer Inc.
    Pfizer a une molécule de phase I (DGAT2i) et deux phases II (ACCi et KHKi) en préparation pour la NASH. Il étudie également un combo interne de la molécule DGAT2i et ACCi dans un essai de phase II. Pfizer a également manifesté son intérêt pour la classe des agonistes FXR car il existe un accord avec Novartis pour lancer des combos sur les 3 molécules Pfizer avec l'agoniste FXR principal de Novartis, tropifexor. Le PDG Bourla a fait de la stratégie de l'entreprise le lancement de 25 nouveaux produits d'ici 2025. La moitié d'entre eux proviendra d'acquisitions. Lors de plusieurs conférences, le PDG Bourla a déclaré que l'ère des acquisitions progressives était révolue. Au lieu de cela, Pfizer cherche à acquérir des actifs qui changent vraiment un paradigme de maladie. Genfit s'inscrirait inutilement dans la stratégie de Bourla de mouvements audacieux car Pfizer n'est pas encore un favori dans la NASH (mais détient des ambitions).

    Autres grands acteurs pharmaceutiques
    Eli Lilly ( LLY) est une histoire similaire à Novo Nordisk. La société est active sur le marché du diabète et teste un agoniste du récepteur GIP / GLP-1 (Tirzepatide) commercialisé dans la NASH (phase IIb). Ils ne semblent pas très engagés envers la NASH car ils ont vendu plusieurs actifs plutôt que de construire leur pipeline. Peut-être que le géant pharmaceutique attendra le succès de la phase IIb de Tirzepatide pour s'engager davantage dans ce domaine thérapeutique. Le géant pharmaceutique suisse, Roche ( OTCQX: RHHBY ), a fait une petite acquisition en NASH d'actifs précliniques en 2018 mais n'a pas fait de grands mouvements. Johnson & Johnson ( JNJ ) s'est LANCÉ dans la course NASH en 2017 en acquérant un actif de phase Iavec un mode d'action unique (récepteur CB1). En dehors de cela, il reste terriblement silencieux devant la plus grande entreprise pharmaceutique. Merck ( MRK ) a récemment (2019) fait son entrée dans la course à la NASH en acquérant un actif de phase Ib auprès de NGM après avoir montré des résultats prometteurs dans la réduction de la quantité de graisse hépatique. Merck a l'intention de lancer prochainement un essai de phase IIb. Bristol-Meyer Squibb ( BMY ) a sa molécule interne (analogue FGF21) à l'étude dans la NASH et la fibrose. Leur avance a atteint son critère d'évaluation principal dans une étude de phase IIa en 2017. Il reste incertain quand ils commenceront un essai de phase IIb.

    Recommandations
    Dans quelques semaines, les résultats de la phase III seront publiés auprès des investisseurs. Cet événement de rupture pourrait débloquer une valeur intrinsèque de 4 milliards de dollars. grâce à un rachat de grande pharma à court terme. Il est toujours difficile de prédire l'issue d'un tel événement. Par conséquent, ma recommandation est d'attendre les premiers résultats de l'étude de phase III dans la NASH et d'acheter immédiatement après avoir annoncé de bons résultats. Vous pourriez manquer une partie du rallye, mais vous ne risquez pas une fusion des actions lorsque les résultats ne sont pas aussi bons que prévu. Les avantages d'une telle stratégie seront encore considérables. Pour ceux d'entre vous qui peuvent supporter le risque intrinsèque d'un événement binaire de phase III, l'achat vous donne maintenant un potentiel ascendant de 650%. Fait important, cette évaluation est indépendante de l'évolution de la pandémie actuelle de Covid-19.

    Divulgation: je suis / nous sommes longtemps GNFT, GNFTF. J'ai écrit cet article moi-même et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que de Seeking Alpha). Je n'ai aucune relation commerciale avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

    Signaler un abus

  • OAH123
    24 mars 202017:20


    https://seekingalpha.com/article/4333790-genfit-near-term-upside-of-650-read-out -of-year-approaches?source=tweet

    Signaler un abus

  • dit
    24 mars 202017:29

    merci philouva et indexlof !!! super

    Signaler un abus

  • duduche2
    24 mars 202018:32

    tres interessant et merci pour le partage

    Signaler un abus

  • ladraill
    24 mars 202018:39

    tres bel article qui fait du bien.

    Signaler un abus

  • phlmo
    24 mars 202019:17

    Vraiment un très bel article, merci et reco!!

    Signaler un abus

  • M6662180
    25 mars 202000:38

    ENFIN  un article structuré et pragmatique : nous PP auront ou si OK  bingo , si KO  un gros flop , l'idéal étant d'acheter si elafibranor ok , même plus cher mais dérisqué .
    Nous nous sommes inscrits dans la version plus kamikaze. que prudentielle,  l'avenir dira son verdict

    Signaler un abus

  • tchoung
    25 mars 202012:37

    très intéressant il ne faut plus que je m'absente ... mon bon Bike

    Signaler un abus

  • M6308011
    25 mars 202012:47

    Nous connaitrons les résultats intérmédiaires dans moins de 5 jours;....

    Signaler un abus

  • M2825624
    25 mars 202013:24

    👍

    Signaler un abus

  • Jibaro
    25 mars 202014:39

    "Cet événement de rupture pourrait débloquer une valeur intrinsèque de 4 milliards de dollars. grâce à un rachat de grande pharma à court terme."
         Genfit a vu par le passé ce genre de propositions... Toutes refusées, alors ? un peu manipulateur ce texte

    Signaler un abus

  • Mig737
    25 mars 202019:01

    Je trouve que c'est une bonne synthèse du panorama actuel, celui qui ne connaît pas Genfit se fera une bonne idée de notre biotech et de la Nash.



    Il est rappelé que Genfit a échoué dans sa Ph2 mais ensuite ils expliquent pourquoi.

    Le nombre de centre élevé est abordé avec le risque de représentativité que cela représente (des millions de patients Nash et pas fo-utu de recruter plus de 3 patients par centre...



    Par contre l'auteur n'indique pas que le critère fibrose a évolué et que cela présente aussi un risque de moindre efficacité Vs Ph2 (mais il ne donne pas le taux de résolution Nash donc).

    L'auteur n'oublie pas la PBC et les biomarqueurs.

    1 milliards sur un marché mature (2030) de 20 milliards, peut-être, si la concurrence arrive à proposer mieux d'ici là mais en attendant tout le marché sera pour Genfit (mais pas à hauteur de 20 milliards car là c'est un potentiel et seul une partie de cette population se fera traiter).

    Maintenant, l'auteur parle d'OPA et ce montant de recette est directement lié au montant de l'OPA, Genfit pour 4 milliards...

    Pour finir, je suis en phase avec sa conclusion :
    « ma recommandation est d'attendre les premiers résultats de l'étude de phase III dans la NASH et d'acheter immédiatement après avoir annoncé de bons résultats. Vous pourriez manquer une partie du rallye, mais vous ne risquez pas une fusion des actions lorsque les résultats ne sont pas aussi bons que prévu »

    Signaler un abus

  • dit
    25 mars 202019:41

    bien ......merci Mig de ces commentaires que j'apprécie comme dab car en général tu ne loupes rien c a dire très critique quand il faut

    Signaler un abus

  • remrub
    25 mars 202019:57

    MigJuste un point et une questionConcernant le meilleur moment de rentrer sur la valeur; je me pose la question, sera-t-il encore possible de rentrer après l'annonce des résultats sont probants, sachant que la VAD devra se racheter si cela n'est pas fait avant et un ou plusieurs big pharmas sur le qui-vive pour éventuellement la racheter au moindre frais?

    Signaler un abus

  • M6662180
    25 mars 202021:36

    je, comme d'autres genfitiens, fait partie des potentiels fusionnés si "pas si bons que ça"....
    stressé ainsi je risque donc de me mettre en l'air la coronaire !   sans passer par la case virale !!!

    Signaler un abus

  • gdivry
    25 mars 202021:45

    article interessant sur la forme et sur le fond..

    Signaler un abus

  • LYLOUM
    25 mars 202022:21

    Cet article a l'air de faire l'unanimité pour une fois 
    Espérons maintenant que ça arrive vite

    Signaler un abus

  • JEdelrez
    25 mars 202022:39

    Enfin un article "made in USA" qui remet l'église au milieu du village. Honnête et bien construit.

    Signaler un abus

Retour au sujet GENFIT

49 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

34.48 +2.97%
35.545 +2.89%
4858.97 +2.02%
13.915 -0.04%
1.12045 +0.30%

Les Risques en Bourse

Fermer