Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA-Devant le Congrès, Joe Biden appelle à l'unité et avertit sur la Chine
Reuters29/04/2021 à 10:01

(Actualisé avec précisions et contexte)

par Trevor Hunnicutt et Susan Cornwell

WASHINGTON, 28 avril (Reuters) - Le président américain Joe Biden a proposé un nouveau plan de 1.800 milliards de dollars (1.491 milliards d'euros) en faveur des familles et de l'éducation à l'occasion de son premier discours devant le Congrès, exhortant les républicains à travailler avec lui sur les sujets qui divisent l'Amérique et à faire bloc pour répondre à la concurrence de la Chine.

Défendant sa stratégie d'une augmentation des dépenses publiques financées par les riches, le président démocrate a invité les républicains qui se sont jusqu'à présent résolument opposés à lui à soutenir un large éventail de textes allant des impôts à l'immigration, en passant par la réforme de la police ou encore le contrôle des armes à feu.

Alors que les républicains sont restés silencieux pendant le discours de Joe Biden, les démocrates l'ont en revanche longuement applaudi.

Joe Biden, entré en fonction en janvier, a également lancé un vibrant plaidoyer en faveur d'une hausse des impôts payés par les entreprises et les plus riches contribuables afin de l'aider à financer son "plan pour les familles américaines".

"Il est temps pour les entreprises américaines et les 1% d'Américains les plus riches de payer leur juste part. Il suffit de payer leur juste part", a-t-il déclaré.

Le "plan américain pour les familles" repose sur un relèvement du taux marginal d'imposition de 37% à 39,6% et un quasi doublement des taxes sur les gains en capital pour les Américains dont les revenus annuels dépassent un million de dollars. Le plan d'infrastructures de plus de 2.000 milliards de dollars, pour sa part, est financé par l'impôt sur les sociétés.

L'administration Biden affirme que le projet de réforme fiscale est conçu pour récompenser le travail, et non la richesse, et "réformer le code des impôts afin que les riches soient soumis aux mêmes règles que tout le monde".

MISE EN GARDE DES RÉPUBLICAINS

Joe Biden a prononcé son discours devant un groupe restreint composé de quelque 200 parlementaires démocrates et républicains en raison des mesures sanitaires liées au nouveau coronavirus. Il a retiré son masque lorsqu'il s'exprimait.

Le président américain tente de faire le lien entre les républicains, opposés à une augmentation des dépenses et des impôts, et les démocrates en faveur de projets plus ambitieux.

L'ancien vice-président de Barack Obama s'est dit prêt à travailler avec les parlementaires des deux camps pour parvenir à un accord. Il prévoit de rencontrer les principaux élus démocrates et républicains à la Maison Blanche le 12 mai.

Le Congrès étant particulièrement polarisé et les démocrates ne détenant qu'une courte majorité dans les deux chambres, on ignore pour l'heure si Joe Biden parviendra à réduire le fossé entre les deux camps.

Il a promis, pendant la campagne présidentielle, de travailler avec les républicains mais son plan de relance de 1.900 milliards de dollars destiné à contrer les effets de la pandémie, a été adopté sans leur soutien.

Les républicains, qui ont déjà à l'esprit les élections de mi-mandat, sont divisés sur la stratégie à adopter face au président mais la Maison blanche estime que ses projets, largement soutenus par les électeurs américains, peuvent inciter certains républicains à coopérer.

Les républicains estiment que le plupart des dépenses prônées par Joe Biden visent à satisfaire sa base électorale et s'apparentent à du socialisme.

Le sénateur républicain Tim Scott a fait valoir que le programme démocrate diviserait les Américains, ferait baisser les salaires et entraînerait une contraction de l'économie américaine.

Étoile montante de son parti et seul républicain noir au Sénat, Tim Scott a déclaré que les démocrates n'avaient aucun intérêt à travailler avec les républicains sur la législation relative aux infrastructures et a rejeté le plan pour les familles de Joe Biden.

"Notre président semble être un homme bien. Son discours était plein de bons mots", a-t-il dit dans une allocution télévisée après le discours de Joe Biden.

"Mais notre pays a besoin de plus que de platitudes vides", a-t-il poursuivi. "Notre meilleur avenir ne viendra pas des combines de Washington ou des rêves socialistes".

"LA CHINE SE RAPPROCHE"

S'exprimant moins de quatre mois après l'assaut des partisans de Donald Trump sur le Capitole, Joe Biden a aussi souligné que l'Amérique était "à nouveau en mouvement".

"Nous avons regardé dans un abîme d'insurrection et d'autocratie - de pandémie et de douleur - et nous le peuple n'avons pas reculé", a-t-il déclaré. "Au moment même où nos adversaires étaient certains que nous nous diviserions et échouerions, nous nous sommes réunis, unis", a-t-il ajouté.

Joe Biden a fait valoir que le nouveau plan pour les familles et le projet de développement des infrastructures récemment dévoilé, représentant une enveloppe globale d'environ 4.000 milliards de dollars, sont vitaux pour l'avenir de l'Amérique.

"Ce soir, je viens parler de crise et d'opportunité (...) Au sujet de la reconstruction de notre pays et de la revitalisation de notre démocratie", a-t-il déclaré.

Joe Biden estime que ses projets sont nécessaires pour se maintenir au niveau de la Chine, que son administration considère comme un adversaire stratégique de premier plan.

"La Chine et d'autres pays se rapprochent rapidement", a-t-il déclaré.

Le président américain a dit avoir passé beaucoup de temps à discuter avec le président chinois Xi Jinping. "Il est déterminé à faire de la Chine la nation la plus importante et la plus conséquente du monde. Lui et d'autres, des autocrates, pensent que la démocratie ne peut pas rivaliser avec les autocraties au XXIe siècle", a-t-il déclaré.

<^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ Scott to share 'my family's American Dream' in Republican rebuttal to Biden speech FACTBOX-How Biden's proposed tax hikes for the wealthy would fund childcare, community college Masks, distanced applause: Small crowd planned for Biden's first speech to Congress

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>

(Nandita Bose, Jarrett Renshaw, Trevor Hunnicutt, Susan Cornwell et Jeff Mason; avec Patricia Zengerle, Doina Chiacu et Makini Brice; version française Camille Raynaud et Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer