Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Union-Macron salue le plan de relance, exhorte "à aller vite"
Reuters27/05/2020 à 17:45

(Actualisé avec source elysée, contexte)

PARIS, 27 mai (Reuters) - Emmanuel Macron a salué mercredi le plan de relance de 750 milliards d'euros de la Commission européenne destiné à soutenir l'économie du bloc ébranlée par l'épidémie de coronavirus et a appelé ses partenaires européens à "aller vite" en adoptant un "accord ambitieux".

"Jour essentiel pour l'Europe", la présidente de la Commission Ursula von der Leyen "propose un plan de relance inédit de 750 milliards d'euros pour les régions et secteurs en difficulté", a écrit le chef de l'Etat français sur son compte Twitter.

"L'accord franco-allemand a permis cette avancée", a-t-il ajouté, en référence à la proposition de Paris et Berlin du 18 mai d'un fonds de relance doté de 500 milliards d'euros. "Nous devons aller vite et adopter un accord ambitieux avec tous nos partenaires européens."

La réponse à apporter à la crise économique a mis de nouveau en lumière la ligne de fracture entre les Vingt-Sept, avec d'un côté Paris et Berlin et de l'autre les Etats dits "frugaux" (Autriche, Pays-Bas, Danemark et Suède) réticents à l'idée de simples transferts budgétaires et qui préfèrent l'option de prêts (remboursables) aux Etats les plus touchés.

L'option retenue par la Commission est un panaché entre les deux, avec 500 milliards d'euros qui seront redistribués sous forme de subventions, un point sur lequel Paris n'entend pas revenir lors des discussions qui vont s'engager entre les Etats membres.

"Il n'est clairement pas souhaitable, et nous nous battrons très fermement sur ce point, de réduire l'enveloppe qui est proposée par la Commission et notamment l'enveloppe de dépenses budgétaires", souligne-t-on à l'Elysée.

"Les 500 milliards que la Commission propose dans le sillage de la proposition franco-allemande de la semaine dernière c'est évidemment un point absolument prioritaire", ajoute-t-on. "Le mécanisme de dette commune pour financer des subventions est absolument essentiel aussi."

(Marine Pennetier, avec Michel Rose, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer