Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Une immense tristesse": L'Argentine pleure le décès de Diego Maradona
Reuters26/11/2020 à 02:38

(Actualisé avec éléments supplémentaires)

BUENOS AIRES, 26 novembre (Reuters) - Le coeur brisé, des admirateurs de Diego Maradona se sont rassemblés mercredi dans les rues de la capitale argentine Buenos Aires après l'annonce du décès de l'ancienne gloire mondiale du football à l'âge de 60 ans, déposant des fleurs et entonnant des chants patriotiques.

Le président Alberto Fernandez a déclaré trois jours de deuil national en hommage à Diego Maradona, décédé d'une crise cardiaque à son domicile dans les faubourgs de Buenos Aires. Un porte-parole du gouvernement a fait savoir qu'une veillée serait organisée de jeudi à samedi au palais présidentiel.

Un groupe de personnes se sont rassemblées devant la maison où Diego Maradona a grandi à Villa Fiorito, banlieue pauvre de la capitale, pour se recueillir devant un drapeau argentin orné d'un ruban noir.

Près du siège de Boca Juniors, l'ancien club de Maradona en périphérie de Buenos Aires, des admirateurs ont déposé des bouquets de fleurs. "Il est d'ici, il est l'un des nôtres", a déclaré Juan Jose Quinteros, un supporter de Boca Juniors âgé de 50 ans.

"Avec cette 'main de Dieu', il a rendu son âme au peuple", a-t-il ajouté en référence à l'un des deux buts marqués par Diego Maradona lors du quart de finale de la Coupe du monde 1986 face à l'Angleterre - la "main de Dieu".

D'autres personnes se sont amassées dans le quartier San Andres, où Diego Maradona a vécu, et dans la ville voisine de La Plata, où l'ancien numéro dix était récemment le directeur technique de l'équipe locale Gimnasia.

Une foule chantant l'hymne national argentin s'est réunie devant l'hôpital où devait être effectuée l'autopsie de Maradona.

A travers Buenos Aires, les affichages des transports publics relayaient le message "Merci, Diego".

Quelques admirateurs ont pris place mercredi soir devant le palais présidentiel, la Casa Rosada, en amont du début de la veillée en hommage à "El Pibe de Oro" ("le gamin en or").

"Diego est le plus grand, le meilleur. J'ai rencontré mon épouse en 1986 quand Diego a marqué le but avec sa main", a déclaré Jose Luis Shokiva, 53 ans, vêtu d'un t-shirt à l'effigie de Maradona.

"La vérité, c'est que pour moi Diego représente tout. En tant que supporter de Boca, en tant qu'argentin, il est le plus grand. Ce qui est arrivé est une tristesse immense", a-t-il ajouté.

Reconnu mondialement comme l'un des plus grands footballeurs de l'histoire, Diego Maradona était idolâtré en Argentine, où les supporters l'ont longtemps surnommé "le Dieu".

"Je suis très triste, il faisait partie de notre enfance et de notre adolescence", a dit Mariela Barg, une avocate de la capitale, se remémorant des souvenirs du Mondial remporté en 1986.

(Cassandra Garrison et Reuters TV; version française Jean Terzian)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer