1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un rapport accuse Ryad d'avoir piraté le téléphone de Jeff Bezos
Reuters22/01/2020 à 23:56

 (Actualisé § 5-6)
    SAN FRANCISCO, 22 janvier (Reuters) - Il existe des signes
d'une "possible implication" du prince héritier d'Arabie
saoudite dans le piratage du téléphone de Jeff Bezos, selon un
rapport publié mercredi par deux experts des Nations unies, qui
réclament une "enquête immédiate".
    Les conclusions auxquelles sont parvenus Agnès Callamard,
rapporteure spéciale de l'Onu sur les exécutions
extra-judiciaires, et David Kaye, chargé de la liberté
d'expression, corroborent les soupçons de spécialistes mandatés
par le fondateur et patron d'Amazon  AMZN.O .
    A Davos, le prince Faiçal ben Farhan al Saoud, ministre
saoudien des Affaires étrangères, a jugé "absurdes" ces
accusations qui visent Mohammed ben Salman. 
    "L'idée que le prince héritier pirate le téléphone de Jeff
Bezos est complètement idiote", a déclaré le prince Faiçal dans
une interview à Reuters.
    L'ambassade d'Arabie saoudite à Washington a réclamé pour sa
part une enquête sur les affirmations des deux experts onusiens.
    Les recommandations d'Agnès Callamard et de David Kaye ne
sont pas contraignantes, et les autorités américaines n'ont pas
donné à ce stade d'indication sur les suites qu'elles
entendaient leur donner. Le Wall Street Journal rapporte pour sa
part qu'une enquête du FBI sur le piratage du téléphone portable
du patron d'Amazon est en cours.
    Les faits se seraient produits quelque mois avant le meurtre
début octobre 2018 au consulat saoudien à Istanbul du
journaliste Jamal Khashoggi, lequel écrivait régulièrement dans
le Washington Post, propriété de Jeff Bezos.   
    "Les informations que nous avons reçues laissent soupçonner
une possible implication du prince héritier dans la surveillance
de M. Bezos dans le but d'influencer, si ce n'est d'étouffer
l'actualité saoudienne par le Washington Post", peut-on lire
dans le rapport des experts.
    Ces soupçons justifient l'ouverture d'une "enquête
immédiate", sous la conduite des Etats-Unis notamment, portant
sur "l'implication personnelle, directe, continue et étalée sur
plusieurs années du prince héritier dans les efforts destinés à
prendre pour cible les opposants supposés", lit-on également.  
    L'iPhone X de Jeff Bezos aurait été piraté le 1er mai 2018
après la réception d'une vidéo vérolée envoyée depuis un compte
de messagerie WhatsApp appartenant au prince héritier saoudien
Mohamed ben Salman.
    Dans la foulée, des volumes exceptionnels de données
auraient été téléchargées depuis le GSM du milliardaire.
    Le contenu du rapport des Nations unies risque d'envenimer
davantage les relations entre Jeff Bezos et le royaume saoudien,
qui a admis sa responsabilité dans la mort de Jamal Khashoggi.

 (Joseph Menn avec Raphael Satter à Washington et Hesham Abdul
Khalek au Caire
version française Nicolas Delame, Simon Carraud, édité par
Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André)
 

Valeurs associées

NASDAQ -2.65%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Kalou17
    22 janvier13:23

    Affreux saoudiens! Bien sûr, quand Trump exécute, que la NSA écoute Sarkozy ou Merkel, ce n'est pas aussi grave...curieux que les journalistes ne fassent jamais le parallèle..

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer