1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Trump devrait reporter sa décision sur la taxation de l'auto européenne
Reuters15/05/2019 à 18:27

    WASHINGTON, 15 mai (Reuters) - Donald Trump devrait reporter
sa décision sur une éventuelle taxation des voitures et pièces
détachées européennes importées aux Etats-Unis et ce report
pourrait atteindre six mois, a-t-on appris mercredi de trois
responsables de l'administration américaine.
    Le président américain éviterait ainsi d'ouvrir un nouveau
front dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et ses
grands partenaires commerciaux, alors que les discussions avec
la Chine patinent et que l'inquiétude monte sur les marchés
financiers.
    Une annonce formelle est attendue samedi, 18 mai, la date
initialement prévue pour trancher sur les recommandations du
département du Commerce censées protéger l'industrie automobile
américaine au nom de la sécurité nationale, ont précisé les
hauts fonctionnaires interrogés.
    Un porte-parole de la Maison blanche s'est refusé à tout
commentaire.
    Reuters avait rapporté la semaine dernière que les
constructeurs automobiles s'attendaient à un report de la
décision de Donald Trump dans la perspective de négociations
commerciales plus larges avec l'Union européenne d'une part, le
Japon d'autre part.
    General Motors  GM.N , Volkswagen  VOWG_p.DE , Toyota
 7203.T  et d'autres industriels ont mis en garde ces derniers
mois l'administration américaine contre les risques que créerait
l'instauration de droits de douane susceptibles d'atteindre 25%
sur les voitures et les pièces détachées importées.
    La Maison blanche a tenu une série de réunions à haut niveau
sur ce dossier ces derniers jours et des hauts fonctionnaires
ont déclaré à plusieurs reprises aux constructeurs automobiles
s'attendre à un report de la décision. 
    Le rapport remis en février à la Maison blanche par le
département du Commerce visait à déterminer si les importations
automobiles nuisaient à la sécurité nationale des Etats-Unis en
réduisant la capacité des constructeurs automobiles américains à
investir dans les technologies du futur. Ses conclusions n'ont
pas été rendues publiques. 
    
    OPPOSITION AU CONGRÈS ET DANS LE SECTEUR AUX USA
    L'annonce la semaine dernière par General Motors de 700
millions de dollars (625 millions d'euros) d'investissements
dans trois usines et d'un projet de cession d'un site déjà fermé
a contribué à inciter Donald Trump à reporter sa décision sur
les droits de douane, ont expliqué des sources au sein de
l'administration à Reuters.
    La perspective d'une taxation des importations automobiles
suscite par ailleurs une forte opposition au Congrès. La semaine
dernière, 159 membres de la Chambre des représentants (79
démocrates et 81 républicains) ont écrit à Larry Kudlow, le
principal conseiller économique du président, pour lui demander
d'inciter ce dernier à ne pas "imposer des restrictions au
commerce susceptibles de pénaliser le secteur automobile et
l'économie américaine".
    Des membres de l'administration ont déclaré que les menaces
de droits de douane sur l'automobile étaient un moyen d'obtenir
des concessions de la part de l'Union européenne et du Japon.
L'an dernier, Donald Trump avait accepté de ne pas taxer les
importations tant que les discussions avec Bruxelles et Tokyo
restaient productives.
    Selon les industriels, des droits de douane allant jusqu'à
25% sur des millions de voitures et de composants automobiles
importés se traduiraient par une augmentation de plusieurs
milliers de dollars du coût d'une voiture et pourraient menacer
des centaines de milliers d'emplois aux Etats-Unis.
    "La conclusion est toujours claire: les voitures ne sont pas
une menace pour la sécurité nationale", estime l'Alliance of
Automobile Manufacturers, une fédération industrielle dont font
partie entre autres GM, Volkswagen et Toyota, dans un
communiqué. "Nous sommes très préoccupés par le fait que
l'administration continue d'envisager d'imposer des droits de
douane sur l'automobile."

 (David Shepardson, Marc Angrand pour le service français, édité
par Juliette Rouillon)
 

Valeurs associées

Tradegate -1.35%
Euronext Paris -100.00%
LSE -84.31%
XETRA -0.07%
NYSE 0.00%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer