Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Thales n'attend pas de grandes opérations de M&A dans la défense

Reuters 21/05/2015 à 17:34

* Thales a besoin d'acquisitions ciblées dans le civil-PDG * Dassault ne voit pas de perspective de fusion Thales-Selex-PDG * Consolidation nécessaire face à la concurrence mondiale-DGA (Actualisé avec propos du PDG de Dassault Aviation et du délégué général pour l'armement) par Cyril Altmeyer PARIS, 21 mai (Reuters) - Le PDG de Thales TCFP.PA a déclaré jeudi qu'il ne s'attendait pas dans un proche avenir à de grands mouvements de fusions-acquisitions dans la défense, l'équipementier visant plutôt lui-même des rachats ciblés d'entreprises dans le civil. Thales aura des "approches pragmatiques", a observé de son côté Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, premier actionnaire industriel de l'équipementier, écartant la perspective d'une fusion de celui-ci avec Selex, filiale de l'italien Finmeccanica SIFI.MI , un scénario parfois évoquée par des analystes. "Je ne vois pas de grands mouvements à très court terme après l'échec de la fusion EADS-BAE qui en a refroidi beaucoup", a observé Patrice Caine, le PDG de Thales, faisant référence à la fusion avortée en 2012 entre EADS (devenu Airbus Group AIR.PA ) et le britannique BAE Systems BAES.L . La consolidation européenne de la défense est en panne depuis une première vague dans les années 1990, avec notamment la création du fabricant d'hélicoptères Eurocopter, puis dans les années 2000 avec les naissances d'EADS et de BAE. "Depuis, on n'a rien vu", a observé le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon, lors d'une conférence sur la défense organisée par Les Echos. L'Etat, dont dépend la direction générale de l'armement (DGA), est le premier actionnaire de Thales avec 26% - devant Dassault Aviation avec 25% - et du constructeur naval militaire DCNS avec 64% du capital (Thales en possédant 35%). Selon Eric Trappier, seule une fusion entre deux entreprises saines peut réussir, évoquant le contre-exemple de la fusion Alcatel-Lucent, qui a donné naissance en 2006 à un ensemble aujourd'hui sur le point d'être racheté par Nokia NOK1V.HE . ID:nL5N0XY0X7 "Ce n'est pas parce que Bombardier BBDb.TO est en difficulté que je vais le racheter", a-t-il ajouté, faisant référence à l'annonce le 14 mai par le constructeur canadien de la suppression de 1.750 emplois dans sa division de jets d'affaires. ID:nL5N0Y535K Bombardier est, avec Gulfstream, le concurrent le plus frontal de Dassault Aviation dans les jets d'affaires. CONSOLIDATION DANS LE NAVAL MILITAIRE Tout en précisant que Thales avait les moyens de financer d'éventuelles acquisitions, Patrice Caine a souligné que la priorité restait la croissance organique grâce aux émergents. "Thales a besoin d'acquisitions ciblées dans le civil, c'est moins probable dans la défense", a-t-il souligné. Patrice Caine a cité en exemple l'américain Live TV, spécialiste du divertissement à bord des avions récemment acquis par Thales et qui devrait doubler de taille cette année pour atteindre 200 millions de dollars de chiffre d'affaires. Eric Trappier a également indiqué que la présence de l'Etat au capital de groupes de défense et la dualité de leurs activités (civil et militaire) freinaient les rapprochements, tout en soulignant qu'il ne fallait pas confondre consolidation et rationalisation. "En Europe, il y a encore des entités qui sont en doublon (...) et il y a une réalité de les rapprocher ou d'en voir certaines disparaître", a-t-il souligné, citant le secteur naval. Laurent Collet-Billon a souligné de son côté qu'il fallait envisager "de manière forte" la consolidation industrielle, face à la concurrence mondiale accrue venant des Etats-Unis mais aussi de Chine ou de Russie. (Edité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.