1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Spread Research et EthiFinance accélèrent leur développement
Newsmanagers27/02/2019 à 10:15

(NEWSManagers.com) -

Développement accéléré, augmentation de capital, nouvelle identité, nouveaux locaux... Deux ans après avoir annoncé leur rapprochement avec le soutien de neuf investisseurs institutionnels, l'agence issue du rapprochement du fournisseur de recherche et de notation crédit Spread Research et du spécialiste de l'analyse extra-financière EthiFinance franchit une nouvelle étape avec l'objectif de devenir la première agence européenne d'analyse intégrée financière et extra-financière.

C'est très précisément en mars 2017 que Spread Research et EthiFinance se sont rapprochées. Le projet a ensuite reçu, à l'été 2017, le soutien financier de plusieurs investisseurs institutionnels français, à savoir AG2R La Mondiale, Apicil, BpiFrance, Eiffel Investment Group, Groupama Rhône-Alpes Auvergne, Klésia, Siparex et SMABTP, qui en sont devenus les actionnaires de référence.

En deux ans, les agences ont rapproché et renforcé leurs équipes, harmonisé leurs procédures et développé leur offre commerciale. " Le marché est venu vers nous, ce qui nous a permis d'accélérer le développement du projet" , a indiqué ce 19 février Julien Rérolle, président de Spread Research, à l'occasion d'un point de presse. Présente à Paris, Lyon et Londres, la nouvelle agence compte aujourd'hui 40 collaborateurs et assure le suivi de quelque 1.000 sociétés européennes.

L'agence a ainsi enregistré une progression de son chiffre d'affaires de 25% en 2018

Les sociétés analysées sont réparties sur l'Europe du Nord à hauteur de 30%, sur l'Europe du Sud pour 30%, et sur la France à hauteur de 40%. Cette dynamique de développement est liée à la forte demande de notation des émetteurs et aussi à l'essor de l'offre d'abonnement dédiée aux investisseurs européens.

Dans un marché où l'utilisation d'instruments diversifiés se développe fortement avec des demandes de financements tels que les NEU CP, Spread Research a effectué des notations court terme sollicitées pour des signatures telles Bellon, Clarins, Fimalac, Sonepar ou encore Sodexo. En outre, les prêts à impact, qui permettent de bonifier les conditions de crédit bancaire en fonction de la performance ESG de l'emprunteur, ont fait leurs premiers pas cette année. En juillet 2018, EthiFinance a ainsi accompagné Séché Environnement et un pool bancaire à l'occasion d'un tel prêt. Côté émetteurs publics, EthiFinance a émis une " Second Opinion" sur un programme de financements du département de l'Eure pour des projets à impacts environnementaux et sociaux. Par ailleurs, dans un contexte de forte baisse de l'offre de recherche dans le sillage de l'entrée en vigueur de la directive MiFID II, Spread Research a renforcé son positionnement de premier fournisseur de recherche crédit indépendante sur plus de 200 sociétés à destination des investisseurs européens.

Le bureau de recherche anticipe de nouveau une forte croissance en 2019 avec une demande accrue pour les analyses combinées commercialisées tout récemment. Le marché semble désormais convaincu du bien-fondé des critères extra-financiers dans les analyses crédit et les conditions de prêts octroyés par les banques. Le contexte réglementaire appuie ces évolutions, avec les projets de la Commission européenne (plan d'action pour la finance durable), la loi de transition énergétique et la loi Pacte en France.

Fort de ces bons résultats et du contexte favorable, l'agence a décidé d'accélérer son développement en Europe en renforçant ses talents et en investissant dans les technologies. Le groupe a ainsi reçu le plein soutien de ses actionnaires de référence, rejoints par Aviva France. Une augmentation de capital d'un montant de 3 millions d'euros, qui vient d'être bouclée, sera prochainement complétée par une seconde opération avec de nouveaux actionnaires institutionnels. Selon Phalla Gervais, directrice financière et directrice générale déléguée d'Aviva France, " l'intégration des enjeux ESG est au coeur de notre stratégie d'investissmeent. En participant au développement de Spread Research, nous souhaitons contribuer à la promotion des critères ESG dans les outils de financement en faveur des entreprises en Europe" .

Pour accompagner la transformation et le développement à l'international du groupe, ses dirigeants ont décidé de se doter d'un nouveau nom, Qivalio. Une dénomination qui se rapproche, dans la langue de Shapespeare, de " Key Value" . Cette marque ombrelle coiffera les quatre marques produits d'analyse financière (Spread Research et Spread Ratings) et extra-financière (EthiFinance et Gaïa Ratings) du groupe. " Le développement des synergies commerciales et le niveau d'innovation supérieur à nos attentes sont le résultat du travail conjoint de nos équipes (...). Nous allons poursuivre nos investissements en services, systèmes et méthodes pour répondre encore mieux à nos clients avec lesquels nous développons des partenariats de long terme" , a indiqué Emmanuel de La Ville, directeur général d'EthiFinance.

De son côté, Sylvain de Forges, président du conseil de surveillance de Qivalio, estime que " dans un contexte européen volatil, l'occasion nous est donnée de participer activement à la structuration d'un marché des capitaux européens renouvelé et de renforcer les outils qui permettront d'accélérer le financement durable et le développement de son tissu très riche d'entreprises et d'entrepreneurs" . Sylvain de Forges estime aussi qu'il est temps de mettre en pratique un modèle de rémunération moins " biaisé" que le modèle anglo-saxon qui a débouché sur la catastrophe financière de 2008.

Actuellement, environ 20% des revenus tirés de la notation proviennent des entreprises, au travers de notations sollicitées sur des classes d'actifs court terme (les financements évoqués plus haut). Pour le reste, les investisseurs rémunèrent l'agence pour avoir accès à un abonnement qui leur permet de suivre sur le long terme quelque 200 sociétés... Autrement dit, les émetteurs ne sont plus les seuls payeurs, comme ce fut le cas par le passé...

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer